Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2014

Le pacte de dupes

Le président de la République a donc souhaité passer un pacte avec le patronat. En substance — au diable les détails — il est question d’alléger les charges qui pèsent sur le compte de résultat des entreprises en contrepartie de quoi ces dernières s’engageraient à embaucher.Dans la réalité tout à fait concrète des choses, il va de soi que le président n’a pas couru nos vertes campagnes pour rencontrer, un à un, les millions d’entrepreneurs qu’il est convenu de désigner sous le terme générique de « patron ». Dans la plus pure tradition du corporatisme d’ancien régime, il a passé ce contrat avec les « partenaires sociaux » ; c’est-à-dire des organisations qui n’ont d’autre légitimité que celle d’avoir été désignés comme interlocuteurs légitimes du pouvoir par le pouvoir lui-même. En l’espèce, c’est du Medef qu’il s’agit ; une organisation dite « patronale » à peu près aussi représentative des entrepreneurs français que la CGT peut l’être des salariés de même nationalité.C’est dire assez…

Tip : modifier la fonte des titres sous Blogger

Comme vous l’avez sans doute remarqué, je m’amuse avec le visuel de ce blog. Chemin faisant, j’ai réalisé qu’il est possible et même facile d’utiliser des fontes [1] qui ne sont pas prévu au catalogue de Blogger. Voici comment modifier la fonte du titre de vos billets :1/ Rendez-vous sur google.com/fonts/ et choisissez la police que vous souhaitez utiliser (par exemple, Audiowide);2/ Cliquez sur le petit bouton « Quick-use » en bas, à gauche ; 3/ Dans la troisième section, copier le code (mettez-le de côté dans un fichier texte) :
<link href='http://fonts.googleapis.com/css?family=Audiowide' rel='stylesheet' type='text/css'> 4/ Dans la quatrième section, copiez le code (idem) :
font-family: 'Audiowide', sans-serif;5/ Dans Blogger, rendez-vous dans « Modèle » et sélectionnez « Modifier le code HTML » ;6/ Cherchez la ligne <head> (tout en haut de la page ; vraisemblablement ligne 4) et insérez la première ligne de code juste en dessous en pren…

La révolution bolivarienne ne marche plus, elle court

Le 1er janvier 2008, le bolivar fuerte remplace le bolivar à une parité de 1 pour 1 000 ; à cette occasion le gouvernement chaviste établi le taux de change de sa nouvelle monnaie à 2,15 Bs par dollar étasunien. Le 11 janvier 2010, le bolivar fuerte est dévalué de 50% à 4,3Bs/$ ; parallèlement, le Venezuela créé un second taux de change officiel, réservé aux importations de produits de premières nécessité, de 2,6Bs/$. Un an plus tard, le 4 janvier 2011, ce second taux officiel est supprimé — il n’existe alors plus que la parité officielle de 4,3Bs/$ — et, le 13 février 2013, le bolivar est de nouveau dévalué à 6,3Bs/$ (-31,75%).Nous sommes donc en janvier 2014, le taux de change officiel du bolivar est toujours fixé à 6,3Bs pour un dollar (soit une dévaluation officielle de 66% en 6 ans) et le président Maduro l’a promis, il l’a juré : il ne le dévaluera pas en 2014.Techniquement, le contrôle des changes fonctionne de la manière suivante : pour se procurer des dollars, les vénézuélien…

L’effet 35 heures

En 2000, le salarié français médian gagnait 1 311 euros nets par mois [1]. Dix ans plus tard, en 2010, il gagnait 1 651 euros – soit une progression de 25,9%. Bien sûr, en corrigeant ces chiffres de l’inflation officielle (1 euro de 2000 = 1,189 euros de 2010), la progression est moins spectaculaire : en euros 2010, le salaire net de notre salarié médian est passé de 1 559 à 1 651 euros (+5,9%).Le tableau ci-dessous répète la même opération pour quatre autres seuils de salaire net : le Smic net (en moyenne sur l'année), le seuil du 1er décile (D1), celui du 9ème décile (D9) et celui du 99ème percentile (C99) [2]. Voici les données :Salaires nets
(en euros 2010)Seuil20002010%Smic1 0371 056+1,8%D11 0161 103+8,5%Médiane1 5591 651+5,9%D93 1333 280+4,7%C997 4477 573+1,7%C’est D1 – le seuil en deçà duquel vous faites partie des 10% les moins bien payés – qui progresse le plus : +8,5%. Symétriquement, D9 – le seuil à partir duquel vous faites partie des 10% les mieux payés – ne progresse …

Les philosophes et les croyants

Hier, j’ai publié ce graphique depuis mon compte Twitter : C’est une infographie réalisée par mes soins et basée sur les données de la Banque Mondiale qui montre la proportion d’individus, à l’échelle mondiale, qui vivaient avec plus ou moins de $36,27 par mois en 1981, en 1990, en 1999 et en 2010. Comme le précise la légende, ces données sont exprimées en dollars constants – des dollars de 2005 – c’est-à-dire en dollars corrigés de l’inflation ; dollars qui ont également été ajustés de la parité du pouvoir d’achat pour tenir compte du fait que le pouvoir d’achat d’un dollar à New York n’est pas le même que celui d’un dollar à Calcutta [1].Le seuil de $36,27 par mois n’a, bien-sûr, pas été choisi au hasard : comme le suggère la première barre en partant de la gauche, c’était le revenu mensuel médian en 1981 – c’est-à-dire qu’à l’époque, 50% de l’humanité vivait avec moins de $36,27 et 50% vivaient avec plus de $36,27.Une décennie plus tard, la proportion d’individus vivant avec moins d…

Plus avec moins

Le 16 février 1991, Radio Shack, le « magasin de technologie de l’Amérique », fêtait l’anniversaire de son président [1] en s’offrant cette page de publicité dans les colonnes du Buffalo News. Au total, si vous souhaitiez acquérir l’ensemble des merveilles présentes sur cette publicité, il y en avait pour 3 285 dollars de 1991 ; soit 11,4% du revenu annuel médian d’une famille étasunienne (28 875 dollars). Vingt-deux ans plus tard, en corrigeant les prix de ces gadgets high-techs de l’inflation, il vous en coûterait – grosso modo – 5 650 dollars actuels [2] ; soit 11,3% du revenu annuel médian d’une famille étasunienne (50 009 dollars, chiffre de 2012). Dès lors, pensez-vous peut-être, on peut en conclure que le niveau de vie des américains, du moins en ce qui concerne les appareils électroniques et informatiques, n’a quasiment pas progressé.Sauf que, si vous y regardez de plus près, à l’exception du détecteur de radar à 79,95 dollars et des haut-parleurs à 149,95 dollars, tous ces app…

Asymétrique à droite

La distribution des patrimoines (les stocks), comme celle des revenus (les flux), est très fortement asymétrique à droite.Une manière de représenter visuellement cette idée consiste, comme le fait le Crédit Suisse [1], à dessiner une pyramide comme celle-ci : Voici comment interpréter ce schéma : la base de la pyramide représente les 3,2 milliards d’adultes – 68,7% de la population adulte mondiale – dont le patrimoine est inférieur à 10 000 dollars étasuniens. Collectivement, ils détiennent 7,3 trillions de dollars ; soit 3% de la richesse mondiale. À l’opposé, en haut de la pyramide, on trouve les 32 millions d’individus (0,7% de la population adulte) qui possèdent un patrimoine supérieur à un million de dollars et détiennent ensemble 98,7 trillions de dollars – soit 41% de la richesse mondiale [2].Dire que la distribution des patrimoines est très fortement asymétrique à droite, cela signifie qu’un très petit nombre de personnes détiennent des fortunes colossales tandis que l’immense …

Revers de fortune

Dans un épisode précédent, nous avons vu que Top 10 des plus grandes fortunes mondiales, comme n’importe quel autre classement ou découpage de la population par tranches de revenus, n’est pas stable dans le temps. C’est-à-dire que sa composition change d’année en année ; les ultra-riches de l’année dernières ne sont pas nécessairement les ultra-riches de cette année : il peuvent avoir étés - et sont souvent - remplacés par des nouveaux venus.Voici une illustration du phénomène issue du Global Wealth Report 2013 de Crédit Suisse (page 29) cette fois-ci sur la base du Top 100 des plus grandes fortunes mondiales selon Forbes :
Lecture : si vous faisiez partie du Top 100 en 2003 (la courbe verte), vous aviez 82% de chances d’y être encore en 2004 – c’est-à-dire que vous aviez 18% de chances d’être remplacé par un autre qui a gagné plus que vous ou perdu moins. En 2005, ce « taux de survie » passe à 72% puis à 64% en 2007 et ainsi de suite jusqu’en 2013, dix ans plus tard, où seuls 44% des …

Un Musk contre dix Montebourgs

Né en 1971 d’un père ingénieur et d’une mère nutritionniste et mannequin à ses heures, Elon Musk est sans doute l’un des entrepreneurs les plus remarquables de sa génération. En 1995, après des études de commerce et de physique, il fonde Zip2, un éditeur de logiciel qu’il revend à Altavista (Compaq) en 1999 pour plus de 300 millions de dollars. La même année, il cofonde X.com, société avec laquelle, en 2000, il achète PayPal qui est alors totalement inconnu, développe l’activité et revend le tout à eBay en 2002, empochant au passage $165 millions en actions. C’est à ce moment qu’il fonde SpaceX, une entreprise qui produit rien de moins que des lanceurs spatiaux – notamment pour la NASA – et dont il est toujours propriétaire. En 2004, enfin, il rejoint l’aventure Tesla Motors et investit au passage (en 2006) dans SolarCity, un installateur de panneau solaire dont il est largement l’initiateur. Bref, Elon Musk est un type techniquement brillantissime doublé d’un serial entrepreneur au f…

Ultra-riches et biais de sélection

Depuis le début de la crise, la fortune des dix hommes les plus riches du monde a augmenté d’un peu plus de 117 milliards de dollars – soit 35% en moyenne.Ce que cette affirmation a de remarquable c’est qu’elle a beau être tout à fait exacte, elle n’en induit pas moins ceux qui la lisent à en tirer des conclusions parfaitement erronées. Typiquement, lorsque vous l’avez lue, il est très probable que vous ayez compris que les hommes les plus riches du monde en 2008 ont vu leur fortune croître de 35% pendant la crise et sont donc aujourd'hui encore plus riches qu'il y a cinq ans.Eh bien ce n’est pas du tout le cas. Explication :Pour parvenir à ce chiffre, il suffit d’identifier les dix hommes les plus riches du monde (nous allons utiliser les données de Forbes), calculer le montant agrégé de leurs fortunes en mars 2008, faire de même en mars 2013 et mesurer la variation entre ces deux dates. Voici à quoi ça ressemble :Le Top 10
(mars 2013)Nom20082013Carlos Slim Helu (MX)6073Bill G…

Sa Majesté change de maîtresse !

« — Grande nouvelle ! Le roi a congédié madame de Mailly, pour prendre sa sœur madame de la Tournelle. Cela s’est passé avec une dureté inconcevable de la part du roi très-chrétien. C’est la sœur qui fait chasser la sœur ; elle exige son exil, et cette troisième sœur, prise pour maîtresse, fait croire à bien des gens que la seconde, madame de Vintimille, y a passé. »
— Argenson, Journal (5 novembre 1742).En effet, le marquis ne se trompe pas : madame de Vintimille y a bien passé au même titre que trois autres de ses sœurs. Dans l’ordre d’apparition dans le lit de Louis XV, c’est madame de Mailly [1] qui avait ouvert le bal avant d’être évincée temporairement par madame de Vintimille [2] puis, par la duchesse de Lauraguais [3] et enfin, en ce début du mois de novembre 1742, par madame de la Tournelle [4]. Des cinq sœurs de Nesle, seule Hortense-Félicité n’aura jamais eu l’honneur de satisfaire l’appétit royal de Louis de France, quinzième du nom.« Tu m’ennuies, j’aime ta sœur. » C’est …

Pied-de-mouche

Vous avez sans doute remarqué qu’à la fin de chaque paragraphe, votre logiciel de traitement de texte affiche – pour peu que vous n’ayez pas désactivé l’option idoine – le symbole : ¶On l’appelle pied-de-mouche et, comme nous allons le voir ci-après, son origine est bien plus ancienne qu’on ne le croit.¶Voici ce à quoi ressemblait la transcription d’un discours prononcé par l’empereur Claude devant le Sénat romain en 48 (i.e. Table claudienne) :¶TOT.ECCE.INSIGNES.IVVENES.QVOT.INTVEOR.NON.MAGIS.SVNT.PAENITENDI.SENATORES.QVAM.PAENITET.PERSICVM.NOBILISSIMVM.VIRVM.AMICVM.MEVM.INTER.IMAGINES.MAIORVM.SVORVM.ALLOBROGICI.NOMEN.LEGERE.QVOD.SI.HAEC.ITA.ESSE.CONSENTITIS.QVID.VLTRA.DESIDERATIS.QVAM.VT.VOBIS.DIGITO.DEMONSTREM.SOLVM.IPSVM.VLTRA.FINES.PROVINCIAE.NARBONENSIS.IAM.VOBIS.SENATORES.MITTERE.QVANDO.EX.LVGVDVNO.HABERE.NOS.NOSTRI.ORDINIS.VIROS.NON.PAENITET.TIMIDE.QVIDEM.P.C.EGRESSVS.ADSVETOS.FAMILIARESQVE.VOBIS.PROVINCIARVM.TERMINOS.SVM.SED.DESTRICTE.IAM.COMATAE.GALLIAE.CAVSA.AGENDA.EST.IN.Q…

Cassez-moi si vous le pouvez

Lettre ouverte à M. Le Drian, ministre de la défense.Monsieur le Ministre,Votre majorité a donc entériné, dans le courant du mois de décembre, cette fameuse loi de programmation militaire et notamment son article 20 (anciennement 13) qui permet désormais à l’administration de suivre pas à pas les faits et gestes des citoyens que nous sommes sur internet sans même avoir à en référer à un juge. Pour que les choses soient tout à fait claires, je suis de ceux de nos concitoyens qui sont farouchement opposés à ce texte qui permet à notre République de grignoter encore un peu plus ce qui nous reste de res privée.Vous connaissez nos arguments. Ils n’ont pas varié depuis des siècles et peuvent se résumer en une seule phrase : « Quis custodiet ipsos custodes ? » Qui surveillera les gardiens ? Qu’est-ce qui nous garantit que votre système de surveillance se limitera à ses objectifs affichés et, quand bien même nous vous ferions aveuglément confiance, qu’adviendra-t-il de ce Big Brother en puiss…

Le signe à

Une adresse e-mail est composée de trois éléments essentiels. Le premier est l’identifiant de l’utilisateur, le troisième est le nom de domaine et le second, celui qui fait la jointure entre les deux, c’est le désormais omniprésent signe @.Pourquoi donc ce signe et d’où peut-il bien venir ?Pour le savoir, il va nous falloir suivre sa trace en commençant par ce beau jour de 1971 où Ray Tomlinson, l’ingénieur américain qui a inventé et envoyé le premier message électronique de l’histoire, va décider d’utiliser ce symbole plutôt qu’un autre. Quand on lui demande la raison de ce choix, la réponse de Tomlinson est d’une désarmante logique : le symbole @ présentait le double avantage de ne pas être ambiguë (on ne risquait pas de le confondre avec le nom de l’utilisateur ou celui du domaine) et de « faire sens » puisque, chez nos amis anglo-saxons, il était déjà largement compris comme signifiant at (à) de telle sorte que user@domain se lit intuitivement « user at domain » ; ce qui, vous en …

La montagne de cash

L’injection massive de liquidités à laquelle nous avons assisté ces dernières années – la base monétaire du dollar, par exemple, est passée de 852 milliards le 10 septembre 2008 à 2,69 trillions au 1er janvier 2014 – ne semble avoir eu pour ainsi dire aucun effet sur l’indice des prix à la consommation – le Consumer Price Index (CPI) ne progresse que de 1,2% YoY en novembre.De cette constatation, de nombreux observateurs déduisent que la théorie quantitative de la monnaie a cessé d’être une description satisfaisante de la réalité, qu’il est désormais possible d’accroître indéfiniment l’offre de monnaie sans que la valeur de cette dernière ne s’en trouve impactée. Une rapide mise au point s’impose :Une croissance de la base monétaire ne se traduit pas nécessairement par une croissance de l’offre de monnaie.La base monétaire est créée par les banques centrales. Elle est composée principalement de deux éléments : les pièces et billets en circulation dans l’économie auxquels s’ajoutent le…