Plus avec moins

Le 16 février 1991, Radio Shack, le « magasin de technologie de l’Amérique », fêtait l’anniversaire de son président [1] en s’offrant cette page de publicité dans les colonnes du Buffalo News.

Au total, si vous souhaitiez acquérir l’ensemble des merveilles présentes sur cette publicité, il y en avait pour 3 285 dollars de 1991 ; soit 11,4% du revenu annuel médian d’une famille étasunienne (28 875 dollars). Vingt-deux ans plus tard, en corrigeant les prix de ces gadgets high-techs de l’inflation, il vous en coûterait – grosso modo – 5 650 dollars actuels [2] ; soit 11,3% du revenu annuel médian d’une famille étasunienne (50 009 dollars, chiffre de 2012). Dès lors, pensez-vous peut-être, on peut en conclure que le niveau de vie des américains, du moins en ce qui concerne les appareils électroniques et informatiques, n’a quasiment pas progressé.

Sauf que, si vous y regardez de plus près, à l’exception du détecteur de radar à 79,95 dollars et des haut-parleurs à 149,95 dollars, tous ces appareils peuvent avantageusement être remplacés par un simple iPhone. Les fonctions téléphoniques ? Évidemment. La radio ? Aussi. Le réveil ? Je l’utilise tous les jours. La musique ? Combien de CDs rentrez-vous dans un iPhone ? Calculatrice, caméscope, dictaphone et jusqu’au Tandy 1000 [3], un iPhone, même d’entrée de gamme, fait plus et mieux que tous ces appareils réunis.

Sans le détecteur et les haut-parleurs, notre panier de gadgets vaut l’équivalent de 5 255 dollars actuels (3 055 dollars de 1991) tandis que vous pouvez acquérir le dernier iPhone (5s, 16GB) pour 649 dollars. C’était il y a vingt-deux ans.

---
[1] Un certain Leonard H. Roberts, né le 19 février 1949.
[2] 1 dollar de 1991 vaut environ 1,72 dollars de 2013. Ça n’est jamais que 2,5% d’inflation cumulée pendant 22 ans.
[3] Et son disque dur de 20 MB quand le moindre iPhone affiche 819 fois plus de capacité de stockage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cheval de fer, acte II

La première partie est ici. Quand John Kennedy s’y était installé au tout début des années 1790, Manchester n’était encore qu’un gros bour...