Accéder au contenu principal

La montagne de cash

L’injection massive de liquidités à laquelle nous avons assisté ces dernières années – la base monétaire du dollar, par exemple, est passée de 852 milliards le 10 septembre 2008 à 2,69 trillions au 1er janvier 2014 – ne semble avoir eu pour ainsi dire aucun effet sur l’indice des prix à la consommation – le Consumer Price Index (CPI) ne progresse que de 1,2% YoY en novembre.

De cette constatation, de nombreux observateurs déduisent que la théorie quantitative de la monnaie a cessé d’être une description satisfaisante de la réalité, qu’il est désormais possible d’accroître indéfiniment l’offre de monnaie sans que la valeur de cette dernière ne s’en trouve impactée. Une rapide mise au point s’impose :

Une croissance de la base monétaire ne se traduit pas nécessairement par une croissance de l’offre de monnaie.

La base monétaire est créée par les banques centrales. Elle est composée principalement de deux éléments : les pièces et billets en circulation dans l’économie auxquels s’ajoutent les réserves des banques auprès des banques centrales. Par offre de monnaie, on désigne un agrégat monétaire (M1, 2, 3) censé mesuré la quantité de monnaie effectivement en circulation dans l’économie. L’offre de monnaie est composée des pièces et billets en circulation ainsi que des dépôts issus des crédits accordés par le système bancaire.

La période récente est, à ce titre, particulièrement intéressante. En principe, lorsque la banque centrale créé de la base monétaire, les banques commerciales – ou banques de second rang – qui reçoivent cet argent sous forme de dépôts de leurs déposants en réservent une part pour constituer des réserves (obligatoires à hauteur d’un minimum de 10% des dépôts aux États-Unis) et prêtent le solde à leurs clients à la recherche de financements. Ce faisant, elles créent de nouveaux dépôts qui permettent, à leur tour, de créer de nouveaux crédits et, de proche en proche, de démultiplier l’injection monétaire initiale.

Typiquement, on peut facilement démontrer qu’avec un ratio de réserves obligatoires de 10%, une injection de $100 de la Federal Reserve (monnaie centrale) permet au système bancaire de porter la masse monétaire, l’offre de monnaie totale, à un maximum de $1 000.

Encore faut-il, bien sûr, que les clients des banques souhaitent s’endetter et que ces dernières acceptent de prêter. Si tel n’est pas le cas, si entreprises et particuliers, craignant pour leur avenir, préfèrent stocker des liquidités sur leurs comptes plutôt que de s’endetter et si les banques, échaudées par quelques récents évènements, se montrent volontiers plus prudentes qu’à l’accoutumée, il va de soi que ce phénomène multiplicateur ne fonctionne plus.

En de telles circonstance et ce, particulièrement si la banque centrale se pique de rémunérer les dépôts des banques commerciales, l’injection de base monétaire ne se transforme pas en crédits – et donc en nouveaux dépôts – mais en réserves des banques commerciales auprès de la banque centrale. C’est-à-dire que les banques, sitôt la base monétaire nouvelle créée reçue, s’empressent de la créditer sur leurs comptes ouvert chez le banquier des banquiers : la base monétaire augmente mais l’offre de monnaie, celle qui circule dans l’économie, reste (relativement) constante.

Et c’est précisément ce à quoi nous assistons depuis cinq ans. Sous l’effet, notamment, des rounds successifs de Quantitative Easings, la base monétaire du dollar a augmenté de $1,8 trillions mais, dans le même temps, les réserves des banques auprès de la Federal Reserve se sont accrues de $1,5 trillions dont 95% de réserves excédentaires, c’est-à-dire de réserves constituées par les banques de leur propre chef, sans aucune contrainte règlementaire. En d’autres termes, l’écrasante majorité (83%) de l’injection monétaire de la Fed ne circule pas dans l’économie et n’a, dès lors, aucune raison de provoquer la moindre forme d’inflation.

Une croissance de l’offre de monnaie ne passe pas nécessairement par le panier de la ménagère.

Pourtant, une part restreinte de l’injection monétaire de la Federal Reserve – probablement de l’ordre de 300 milliards de dollars tout de même – a bel et bien trouvé son chemin jusque dans l’économie et a donc contribué à gonfler les agrégats monétaires. Depuis le début de la crise, M2, par exemple, progresse de 9,1% par an contre 6% en moyenne entre mars 2000 (explosion de la bulle internet) et septembre 2008. Pourquoi cela ne créé-t-il pas d’inflation ?

Il n’y a, là encore, aucun mystère : il suffit de considérer la nature de l’outil qui nous permet de mesurer l’inflation par la hausse généralisée des prix, les fameux indices des prix à la consommation et, dans le cas étasunien, l’indice CPI (headline ou core). Ce que ces indices cherchent à faire, c’est mesurer le prix moyen pondéré des biens qui composent le panier de la ménagère dans le temps et donc, par déduction, le rythme de dépréciation de la monnaie.

Or, il y a là un présupposé qui veut qu’une augmentation de l’offre de monnaie se traduise, par un moyen ou un autre, par un accroissement de la quantité de monnaie dont dispose la ménagère. En effet, pour que la valeur relative du kilo de carottes par rapport dollars se trouve modifiée par une augmentation de l’offre de dollars, il faut nécessairement que ce gonflement de la masse monétaire atteigne le marché où l’on échange des kilos de carottes contre des dollars – c’est-à-dire les poches de la ménagère, puis celles du maraicher.

Mais l’histoire récente prouve – si besoin en était – que ce n’est pas nécessairement le cas. Typiquement, de 2003 à 2007, les injections monétaires de la Fed, dûment aiguillées par la règlementation étasunienne, ont essentiellement alimenté les crédits immobiliers de telle sorte que ce n’est pas le prix des carottes qui a monté mais celui des biens immobiliers. C’est ce que nous appelons une bulle.

Une « bulle spéculative » n’est jamais rien d’autre que de l’inflation à ceci près que, ne passant jamais par les poches de notre ménagère, cet accroissement de la masse monétaire ne se traduit pas par une hausse du CPI mais par une envolée des prix d’autres actifs, le type d’actifs qu’achètent ceux qui bénéficient encore de la capacité de crédit d’une économie étouffée par le poids des taxes et des règlementations ; typiquement des actifs financiers.

Pour résumer : il y a, là-dehors, une gigantesque montagne de cash qui n’attend que quelques signes positifs pour se transformer en crédits et qui, au regard de l’état de nos économies occidentales, a toutes les chances d’alimenter la plus spectaculaire des bulles jamais observées.

Commentaires

  1. C'est aussi ce que dit Jean-Pierre Chevallier sur son blog. Voici un lien vers son dernier article parlant de la FED : http://chevallier.biz/2013/12/bilan-de-la-fed-de-4-000-milliards-de-dollars/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…