Accéder au contenu principal

La révolution bolivarienne ne marche plus, elle court

Le 1er janvier 2008, le bolivar fuerte remplace le bolivar à une parité de 1 pour 1 000 ; à cette occasion le gouvernement chaviste établi le taux de change de sa nouvelle monnaie à 2,15 Bs par dollar étasunien. Le 11 janvier 2010, le bolivar fuerte est dévalué de 50% à 4,3Bs/$ ; parallèlement, le Venezuela créé un second taux de change officiel, réservé aux importations de produits de premières nécessité, de 2,6Bs/$. Un an plus tard, le 4 janvier 2011, ce second taux officiel est supprimé — il n’existe alors plus que la parité officielle de 4,3Bs/$ — et, le 13 février 2013, le bolivar est de nouveau dévalué à 6,3Bs/$ (-31,75%).

Nous sommes donc en janvier 2014, le taux de change officiel du bolivar est toujours fixé à 6,3Bs pour un dollar (soit une dévaluation officielle de 66% en 6 ans) et le président Maduro l’a promis, il l’a juré : il ne le dévaluera pas en 2014.

Techniquement, le contrôle des changes fonctionne de la manière suivante : pour se procurer des dollars, les vénézuéliens ont en principe l’obligation de s’adresser à l’administration créée à cet effet — la Cadivi [1] — qui change des bolivars au taux officiel. D’où la Cadivi tient-elle ses dollars ? Eh bien, pour l’essentiel, elle les achète à Petróleos de Venezuela (PDVSA), l’entreprise publique qui a la haute main sur le stock de pétrole et de gaz naturel vénézuélien ; l’un des plus importants au monde. C’est le principe : on échange du pétrole contre des dollars puis on revend ses derniers contre des bolivars au cours officiel – c’est-à-dire qu’on les brade.

Or, non seulement la production de PDVSA, qui ne recrute désormais que des militants chavistes, s’effondre littéralement mais en plus, il semble que, depuis au moins septembre 2012, la planche de la Banco Central de Venezuela tourne à plein régime pour financer la révolution bolivarienne. C’est-à-dire qu’il y a de plus en plus bolivars et de moins en moins de dollars et que Caracas doit piocher dans ses réserves de changes pour tenter de compenser (8 milliards de dollars, rien qu’en 2013).

En d’autres termes, à 6,3 bolivars pour un dollar, le taux de change officiel relève de la plaisanterie : au marché noir, le dollar se négocie aujourd’hui au-delà des 80 Bs. Pour mémoire, en août 2011, alors que la parité officielle était encore fixée à Bs 4,3, le dollar se négociait déjà aux alentours de Bs 8,5 : c’est-à-dire qu’en deux ans et demi, la décote du marché noir est passée de 49% à 92% et qu’en six ans, le bolivar « fuerte » a en réalité perdu environ 97% de sa valeur.

Selon les estimations de Steve H. Hanke, professeur d’économie appliquée à la Johns Hopkins University, cet écart entre le taux officiel et le taux de marché [2] implique une inflation de l’ordre de — tenez-vous bien — 333%. Chiffre à comparer au taux d’inflation officiel de 54,34% (octobre 2013) évoqué par Caracas ; lequel, étant donné le contrôle des prix qui se généralise, ne signifie absolument rien.

Le résultat, outre le développement du marché noir du bolivar, c’est que la Cadivi rationne sévèrement les billets verts ce qui implique que les entreprises et les particuliers qui souhaitent importer ce dont le Venezuela a cruellement besoin — c’est-à-dire à peu près tout sauf du pétrole — ne peuvent tout simplement plus le faire [3]. Bref, c’est la pénurie.

Pas plus tard qu’hier, Empresas Polar, le principal importateur de produits agroalimentaires vénézuélien, avertissait que, la Cadivi étant manifestement incapable de lui fournir les 463 millions de dollars dont elle a besoin pour régler ses fournisseurs, ces derniers lui coupaient ses lignes de crédit. Quelques heures plus tard, c’était la compagnie aérienne Air Canada qui, après American Airlines, Aeromexico, Avianca et Air Europa, annonçait qu’elle cessait de vendre des billets au Venezuela afin d’éviter de s’exposer plus encore à une devise manifestement aussi inconvertible qu’elle est surévaluée [4].

Naturellement, qui dit pénurie de biens et services dit envolée des prix ; laquelle est naturellement mise sur le dos des fameux spéculateurs et autres ennemis de l’intérieur ; ce qui entraine invariablement, lorsque l’on a affaire à de tels analphabètes, la promulgation de lois visant à contrôler les prix. Ainsi donc, après avoir organisé, manu militari, la baisse forcée des prix de nombreux biens de consommation courante — et, au passage, détruit encore un peu plus le tissu économique local — voilà que Maduro entend imposer un taux de marge maximum (30%) à l’ensemble de l’économie — ce qui ne va, bien sûr, faire qu’empirer les choses.

Entre temps, afin d’alléger un peu le poids du contrôle des changes sur certains secteurs (tourisme, compagnies aériennes…), l’administration chaviste a également créé un nouveau machin administratif, la Sicad, chargé de mettre aux enchères quelques dollars de plus à un prix plus élevé — environ 11,3Bs/$ au dernier pointage. L’objectif de la manœuvre ne trompe à peu près personne : le gouvernement Maduro prépare la prochaine dévaluation ; laquelle ne sera pas suffisante pour rétablir les importations mais largement assez importante (à 11,3Bs/$, cela ferait du -44,25%) pour ruiner encore un peu plus le pouvoir d’achat des vénézuéliens.

La révolution bolivarienne ne marche plus, elle court. La suite au prochain numéro…

---
[1] La Comisión de Administración de Divisas, créée par Chavez le 5 février 2003 en même temps que le contrôle des changes lui-même.
[2] Voir la page du Troubled Currencies Project.L’équipe du Pr. Hanke utilise une parité de $ 1 = Bs 73,42 (19/01/2014).
[3] Ironie du sort, c’est aussi le cas de PDVSA qui, privé de ses dollars, ne peut plus investir sans s’endetter massivement.
[4] Au total les compagnies aériennes auraient l’équivalent de 3,3 milliards de dollars au taux officiel bloqués en bolivars pour cause de contrôle des changes. Les revendre au taux du marché signifierait une perte de 92% de ce montant.

Commentaires

  1. Cédric Salvador24/01/2014 12:49

    C'est amusant, les même causes qu'en Argentine provoquent les mêmes effets.
    Espérons qu'un jour les apologètes de ces régimes cesseront de se cacher derrière leur petit doigt.

    RépondreSupprimer
  2. Il me semble que le Venezuela doit importer plus de 50% de ce qu'il consomme en pétrole. Donc même dans ce secteur, c'est le désastre.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Nombre d'heures travaillées par an et pour 100 personnes

Selon les données de l’OCDE pour 2015, le taux d’emploi de la population française âgée de 15 à 64 ans était de 63.8%. C’est-à-dire que sur 100 personnes en âge de travailler, un peu moins de 64 ont effectivement occupé un emploi — fût-ce à temps partiel — durant l’année considérée. Par ailleurs, selon la même source, le temps de travail annuel moyen des français qui ont travaillé en 2015 s’établissait à 1 482 heures [1].En croisant ces deux données, on peut facilement estimer le nombre d’heures de travail fournies en une année par 100 français en âge de travailler : ça fait environ 94 552 heures. Juste pour remettre ce chiffre dans son contexte, voici ce que ça donne pour tous les pays pour lesquels les données sont disponibles dans les bases de l’OCDE : Juste pour votre information, pas moins de 84.7% des islandais âgés de 15 à 64 ans travaillent (c’est le record du panel) et ils travaillent en moyenne 1 880 heures par an. Ce sont les mexicains et les coréens (du sud) qui, lorsqu’ils…