Accéder au contenu principal

Le pacte de dupes

Le président de la République a donc souhaité passer un pacte avec le patronat. En substance — au diable les détails — il est question d’alléger les charges qui pèsent sur le compte de résultat des entreprises en contrepartie de quoi ces dernières s’engageraient à embaucher.

Dans la réalité tout à fait concrète des choses, il va de soi que le président n’a pas couru nos vertes campagnes pour rencontrer, un à un, les millions d’entrepreneurs qu’il est convenu de désigner sous le terme générique de « patron ». Dans la plus pure tradition du corporatisme d’ancien régime, il a passé ce contrat avec les « partenaires sociaux » ; c’est-à-dire des organisations qui n’ont d’autre légitimité que celle d’avoir été désignés comme interlocuteurs légitimes du pouvoir par le pouvoir lui-même. En l’espèce, c’est du Medef qu’il s’agit ; une organisation dite « patronale » à peu près aussi représentative des entrepreneurs français que la CGT peut l’être des salariés de même nationalité.

C’est dire assez le sérieux de cette affaire.

On imagine d’ici ce que pensent ces milliers d’entrepreneurs, officiellement engagés par une parole qu’ils n’ont pas donné dans une aventure qui n’entretient avec leur réalité quotidienne qu’un rapport lointain — dans le meilleur des cas.

De deux choses l’une : soit le président a signé ce pacte de bonne foi, pensant avoir réellement affaire à patronat monolithique et à des organisations réellement représentatives, soit il se fiche ouvertement de notre poire en brassant de l’air pour tenter de s’envoler dans les sondages. Dans le premier cas, c’est un imbécile ; dans le second, c’est un démagogue. Au choix.

Bref, remettons ce pacte de pacotille à sa juste place et intéressons-nous, Ô lecteur, à l’effet qu’il est raisonnable d’attendre d’une baisse des charges — des impôts — qui pèsent sur les entreprises qui ont l’outrecuidance d’exploiter le lumpenprolétariat — i.e. d’embaucher des salariés.

Commençons par rappeler deux vérités essentielles.

Primo, les entreprises ne paient pas d’impôts — jamais, en aucune manière et pas un centime : ce sont partout et toujours des personnes physiques, faites de chair et de sang, qui paient l’impôt. Il peut peser sur les actionnaires, les créanciers, les salariés, les clients ou les fournisseurs d’une entreprise mais jamais sur l’entreprise elle-même. En l’occurrence, nous dit la théorie fiscale, ce sont les actionnaires — a.k.a. les « patrons » — qui sont supposés payer la facture des charges dites patronales ; en réalité, personne n’en sait rien et il est même assez vraisemblable que ce soient les salariés qui en supportent réellement la charge — soit qu’ils soient au chômage, soit qu’ils se fassent ponctionner plus de la moitié de leur salaire réel.

Deuxio, il existe une règle d’or, aussi fondamentale qu’elle est méconnue du législateur, qui dit que quel que soit le système que vous mettez en place, vous devez toujours partir du principe que celles et ceux auxquels il est supposé s’imposer l’exploiteront au mieux de leurs intérêts. Ce n’est pas du cynisme, c’est du réalisme : il faut être politicien de carrière et, de surcroît, en grande difficulté pour se payer de « patriotisme économique » ou de « responsabilité sociale ». Dans la réalité concrète, et même si certains arrivent à se convaincre du contraire, nous ne coopérons les uns avec les autres que lorsque nous y trouvons un intérêt clairement identifiable.

Forts de ce qui précède, demandons-nous comment réagira l’employeur lambda face à ce pacte de dupes. Il sait que, pour un temps au moins, l’état lui réclamera moins de charges ce qui lui donne — au moins — sept possibilités : rétablir ses marges pour se payer mieux, rétablir ses marges pour réinvestir, en faire bénéficier ses fournisseurs, augmenter ses salariés, baisser ses prix de vente, rembourser ses dettes et, enfin, si le besoin s’en fait sentir, embaucher de nouveaux salariés.

Or, dans un environnement où les marges des entreprises sont au plus bas, où les carnets de commandes se vident, où les taxes et les règlementations prolifèrent et où les salariés voient leur pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil ; dans un tel environnement, disais-je, toutes les autres options semblent clairement préférables à l’embauche. Honnêtement, qui peut croire qu’une baisse sous conditions des prélèvements obligatoires soit de nature à redonner confiance à des entrepreneurs avec un Montebourg en liberté et un Front National en embuscade ?

Très clairement, la seule stratégie raisonnable aujourd’hui, c’est celle du passager clandestin : profiter de la baisse des charges tant qu’elle dure tout en évitant soigneusement de donner suite au pacte présidentiel. Même à supposer que vous ayez eu, ne serait-ce qu’un bref instant, envie de jouer le jeu, un bref détour par la théorie des jeux — une variante du dilemme du prisonnier — vous convaincra que vous avez toutes les chances d’être le dindon de la farce. Un tiens, dit le proverbe, vaut mieux que deux tu l’auras.

Les employeurs, pour peu qu’ils en aient les moyens, n’emploieront que lorsqu’ils seront convaincus d’avoir intérêt à le faire — c’est aussi bête que ça. De la même manière que la baisse planifiée des taux d’intérêt n’a pas incité les emprunteurs potentiels à s’endetter, une baisse du coût du travail ne fonctionnera que lorsque les employeurs potentiels auront de solides raisons de développer leurs activités. Baisser les charges aurait pu être une bonne idée si et seulement si cette mesure s’était insérée dans une démarche d’ensemble destinée à redonner confiance aux entrepreneurs : imposé du bout des lèvres par un gouvernement aux abois qui, il y a quelques semaines encore, ne jurait que par les vertus de la redistribution, de l’état-stratège et de la régulation à tout va, cet énième sparadrap n’a tout simplement aucune crédibilité et n’aura donc aucun effet.

Commentaires

  1. Certes! Mais Normal 1er s'en servira politiquement vers 2017 pour expliquer qu'il a tout essayé contre le chômage, y compris faire des cadeaux aux patrons Après un tel effort, comment ne pas le trouver digne d'un second mandat?...

    RépondreSupprimer
  2. Il pourra même refaire le coup d'insulter les patrons, la finance, les riches, ces salauds qui n'ont pas rempli leur part du contrat.

    RépondreSupprimer
  3. Imbécile ou démagogue? Les entreprises (PME surtout, les plus importantes) étaient prises a la gorge, on desserre l’étreinte suffisamment pour qu'elles ne gonflent pas les chiffres des faillites mais trop peu pour permettre quoi que ce soit d'autre comme des embauches massives. Je pense que le gouvernement le sait que c'est volontaire et qu'ils vont nous sortir un "les entreprises ne jouent pas le jeu", j'insiste sur l'expression, comme prétexte pour leur taper dessus encore plus fort ("en punition") lorsque le chômage aura encore augmenté ou même avant. C'est de la politique tout simplement, Hollande pense a sa clientèle et aux voix potentielles.

    RépondreSupprimer
  4. "If it moves, tax it. If it keeps moving, regulate it. And if it stops moving, subsidize it." R.Reagan

    Quand on veut limiter quelque chose, il suffit de le taxer ou d'arrêter de le subventionner. Il suffirait que les allocations chômage cessent d'être une année sabbatique par un accompagnement efficace des chômeurs.

    On pourrait ensuite utiliser ces 35Mds€ pour "offrir" 10k€ par chômeur de plus de 10 mois qui retrouve un emploi (à condition de le garder bien sûr).
    Car subventionner ce qu'on veut obtenir fonctionne (au moins un temps). Ca ne coûterait pas si cher au final, car en reprenant un emploi, ils ne seraient plus à la charge de la société.

    Ca serait anti-social bien sûr, car ça montrerait que quand on veut un emploi, on en trouve un :-)

    RépondreSupprimer
  5. Personne n'est dupe.

    En outre le "primo" est complétement hors sujet : c'est très différent pour moi si je paie des impôts en tant que "entreprise" (IS), "patron" (charges), actionnaire (IR), consommateur (TVA) ou propriétaire (TF). Je vais m'adapter, et, en fonction des taxes et subventions, adopter plus ou moins un rôle ou l'autre. Ce qui, multiplié par les millions de gens agissant tous comme moi, aura des conséquences économiques lourdes sur la production (qualitativement et quantitativement) et l'emploi, en bien ou en mal. Le fisc n'est pas neutre.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …