Accéder au contenu principal

La Fed est un faux monnayeur légal

Au dernier pointage, la Fed détient USD 1,7 trillions [1] de bons du Trésor américains – soit près de 64% du portefeuille de la Fed ($2,6 trillions), 17% des titres de créances émis par le Trésor US ($9,9 trillions) et près de 16% de la dette publique américaine ($10,5 trillions [2]). La banque centrale américaine est ainsi le premier créancier de son propre gouvernement.

Bien sûr, ce n’est pas parce que ces obligations sont détenues par la Fed que le gouvernement des États-Unis ne paie pas d’intérêts. Comme dans la plupart des pays civilisés, le U.S. Department of the Treasury n’a pas le droit de venir se financer directement auprès de sa banque centrale. Le portefeuille de la Fed ne résulte donc pas d’achats d’obligations d’État sur le marché primaire mais de ses opérations dites d’open market ; c'est-à-dire de ses achats d’obligations sur le marché secondaire qui lui permettent de piloter la liquidité disponible sur le marché interbancaire et donc le niveau des taux à court terme – bref, ce portefeuille résulte de l’activité normale de la Fed et devrait continuer à grossir avec la masse monétaire américaine.

Sauf que, ces derniers temps, les opérations d’open market ont pris un tour quelque peu inhabituel avec les 2 (bientôt 3 ?) phases d’assouplissement quantitatif (Quantitative Easing) : du 10 septembre 2008 au 4 janvier de cette année, le portefeuille de Treasuries de la Fed a été multiplié par un facteur de 3,5 [3]. Donc, la Fed gagne énormément d’argent sur ce titanesque portefeuille : avec un taux moyen estimé à 3,7% en 2010 et 2,94% en 2011, ce sont des milliards de dollars d’intérêts qui sont payés chaque année par le Trésor US à sa banque centrale.

Seulement voilà, la Fed - qui n’est pas vraiment une entreprise privée – n’a pas le droit de garder ses gains. Lorsqu’elle touche des intérêts, elle en utilise une infime partie pour ses frais de fonctionnement et doit reverser le reste… au Trésor des États-Unis. En 2011, ce sont ainsi $76,9 milliards qui sont revenus dans les poches d’Oncle Sam – soit 17% des intérêts payés sur la dette publique ($454,4 milliards). Oui, vous avez bien compris : le gouvernement US paye des intérêts d’une main pour les récupérer de l’autre et il fait ça sur 16% de sa dette.

Résumons : la Fed fait chauffer à blanc sa planche à billet pour acheter des Treasuries sur le marché ; cet énorme flux acheteur fait baisser le niveau des taux d’intérêts et permet donc ainsi au Trésor de se financer à moindre coût ; ce faisant, la Fed engrange des quantités monumentales de Treasuries dont elle s’empresse de reverser les intérêts à celui-là même qui les lui a payé. C’est donc 16% de la dette qui ne coûte, en réalité, rien parce qu’elle a été rachetée par des dollars fraichement imprimés à cet effet. Je ne sais pas pour vous, mais moi j’appelle ça de la monétisation pure et simple.

Mieux encore : il ne vous a pas échappé que cette même Federal Reserve ne semble pas particulièrement pressée de faire remonter les taux ; c’est une mesure typiquement keynésienne de soutient à l’économie me direz-vous sans doute. Oui, c'est possible mais vous me permettrez de faire un peu de mauvais esprit en soulignant que (i) étant donné sa dette et son déficit budgétaire abyssal, je suis à peu près certain que le gouvernement étasunien se satisfait très bien de cette politique et (ii) il semblerait que le portefeuille de la Fed affiche une duration en dollars de près de $900 millions ; c'est-à-dire qu’une remontée de taux de 0,01% (1 point de base) coûterait à la Fed (et donc au Trésor) $900 millions de dollars. Autrement dit, une politique de taux hyper-accommodante, c’est surtout l’intérêt bien compris des politiciens de Washington qui se préparent à siphonner l’épargne de leurs compatriotes à commencer par leurs retraites.

La Fed n’est rien d’autre que le plus gigantesque faux monnayeur légal de l’histoire.

---
[1] $1.10^12 ou mille milliards de dollars.
[2] En excluant la dette intergouvernementale (ce qu’Oncle Sam se doit à lui-même).
[3] La taille du portefeuille d’ensemble, qui inclus les $900 milliards de MBS et autres dettes des GSEs (Fannie Mae et Freddie Mac), a été multipliée par un facteur de 5,4.
[4] Contre $79,3 milliards en 2010.

Commentaires

  1. C'est la raison pour laquelle les marchés américains sont actuellement en lévitation au dessus du vide de facon totalement déconecté de la situation économique...moi je serais vous, je ferais comme Jim Rogers, je vendrais à découvert les actions ! (enfin en particulier les technos)

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien moi je fais le contraire :)
    Je suis long actions, en particulier les financières et les pétrolières.

    RépondreSupprimer
  3. Financières car elles sont les plus proches de la source d' "argent gratuit" qu'est la Fed et pétrolières car les matières premières vont flamber à cause de l'inflation ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…