Accéder au contenu principal

La montagne de cash

Plus je discute avec des gens dont tout laisse à supposer qu’ils connaissent ces petites choses parfaitement, plus je réalise qu’il n’en est rien. J’en conclue donc qu’un petit point sur les ordres de grandeur de la politique de la Federal Reserve des États-Unis ces 3 dernières années n’est pas inutile.

Depuis début septembre 2008, la Fed a crée deux fois plus de dollars qu’elle n’en avait crée depuis sa fondation en 1913. D’environ 851 milliards de dollars juste avant la faillite de Lehman Brothers, la base monétaire (M0) étasunienne frôle désormais les 2 600 milliards de dollars. Ce petit graphique illustre assez bien l’ampleur du mouvement (en milliards de dollars US) :

Mais pourquoi donc n’observons nous pas un effondrement du dollar sur le marché des changes et une inflation galopante aux États-Unis ? Eh bien c’est très simple : environ 84% de cette gigantesque injection monétaire est aujourd’hui détenue par les banques sous formes de réserves excédentaires. En d’autres termes, contrairement à ce qu’espéraient les banquiers centraux, les banques n’ont pas utilisé ces dollars pour les prêter mais les ont immédiatement replacés à la Fed.

On peut avancer au moins trois raisons à cela : la première, c’est que les banques cherchent à tout prix à se déleverager et à assurer leur liquidité en cas de nouveau coup dur (et l’instabilité règlementaire US n’arrange rien à l’affaire). La seconde, c’est qu’il n’y a pas de demande : entre les particuliers qui subissent encore les conséquences de l’explosion de la bulle immobilière et les entreprises qui ont accumulé des montagnes de dollars pour parer à l’éventualité d’un nouveau credit crunch, il n’y a tout simplement personne qui souhaite s’endetter. Enfin, le fait que la Fed rémunère désormais les réserves des banques à hauteur de 0.25% - c'est-à-dire mieux que le taux d’un bon du Trésor US à 2 ans à l’heure où j’écris ces lignes – n’est probablement pas étranger au phénomène. Bref, le multiplicateur monétaire est cassé. Depuis 1995, le rapport M2/M0 oscillait autour de 8.3 ; aujourd’hui, il s’est effondré à 3.7.

Et maintenant, voici le problème : tôt ou tard – à moins, bien sûr, que l’administration Obama ne trouve une nouvelle méthode pour prolonger la récession dans la plus pure tradition du New Deal – les banques vont se remettre à prêter et donc, le multiplicateur devrait se remettre à fonctionner. Or, avec la base monétaire actuelle et un multiplicateur au niveau de ce qu'il était durant la période 1995-2005, M2 devrait plus que doubler.

Commentaires

  1. Bonjour,

    En gros ce que vous nous annoncez c'est une inflation sévère dès que la reprise sera là, ou alors je n'ai pas compris le dernier paragraphe ?

    D'autre part, comment les bons US à 2 ans (et moins) arrivent-ils à trouver preneur dans ces conditions ?

    RépondreSupprimer
  2. Donc achetez de l'or et de l'argent.

    RépondreSupprimer
  3. PYB,
    C’est bien ça.
    Je vous au moins deux explications : avec des taux courts inférieurs à 10 bps (les Fed Funds sont à 0.08%) et les déclarations de la Fed qui affirme les maintenir à ce niveau jusqu’à mi-2013, les investisseurs (et les banques) ont une incitation massive à faire de la transformation (i.e. emprunter le taux court pour prêter à plus long terme). Par ailleurs, beaucoup d’investisseurs sont dans l’obligation d’investir (c’est parfois même une contrainte légale) et préfèrent toucher un taux réel négatif plutôt que d’acheter des actifs risqués.

    Anonyme,
    Faut voir... Les prix des métaux précieux anticipent déjà largement l'inflation...

    RépondreSupprimer
  4. Alain Briens12/01/2012 11:42

    Bonjour,

    Comment, à la lecture de cet article, justifiez-vous un de vos précédents billets où vous recommandiez de placer de l'argent dans des actions américaines (12 conseils pour ne pas se faire plumer en 2012)?

    RépondreSupprimer
  5. Goerge : concernant ton annalyse sur le différenciel entre les taux courts et les taux long, c'est justement l'objectif de l'opération twist de supprimer ce gap dans les mois à venir.
    Pour les métaux, je t'invite à aller voir le ratio dow gold sur 1 siécle, il est très clair (c'est dans mon album photo sur facebook : sébastien maurice, ca doit te rappeler quelque chose).
    Moi je ne fais que suivre les conseils de Peter Schiff et de Jim Rogers, qui ont tout deux fait leurs preuves.

    RépondreSupprimer
  6. En revanche ce n'est pas le moment d'acheter des métaux car l'argent va corriger autour de 20$, voir 10$, et l'or autour de 1200$, mais en suite ce sera une super opportunité, ainsi que les miniéres.

    RépondreSupprimer
  7. Alain,
    Le prix d’une action est fonction des revenus futurs qu’elle procurera à ses actionnaires. Ce n’est pas de l’argent, c’est de la richesse réelle : si la monnaie perd de sa valeur dans le temps, les investisseurs réajustent leurs estimations et le prix nominal monte. Bref, une action est une excellente protection contre l’inflation. Par ailleurs, les entreprises américaines sont extrêmement saines (peu endettées, bourrées de cash et très profitables) et les primes de risques sont très élevées. À la croissance du prix nominal vient donc s’ajouter une croissance de la valeur réelle. C’est mon point de vue :)

    RépondreSupprimer
  8. Seb,
    Oui, la Fed tente de d’aplatir la courbe des taux pour palier à la panne du multiplicateur. Ce faisant, ils sont tout simplement en train de créer une bulle sur les Treasuries. Le dernier truc sur lequel je mettrais du fric aujourd’hui, ce sont les obligations d’État – je précise que c’est une analyse à moyen terme (1 ou 2 ans).
    Sur les métaux précieux, c’est ce que je dis : l’inflation est déjà « pricée » en grande partie – à moyen terme ça me semble être un pari risqué ; en revanche, lorsque l’inflation sera là, ce sera une des options disponibles pour éviter de se faire tondre.

    RépondreSupprimer
  9. Oui c'est clair la pire des choses qu'on puisse faire c'est d'acheter des obligations fédétales, c'est une énorme bulle...on ne sait pas quand ca va péter, mais ca va péter, sauf à détruire complétement l'économie US en monaitisant à mort.

    Actuellement le dow gold est autour de 8, et on est clairement dans une phase baissiére, les deux précédents points bas étaient de 2 en 1930 et 1 en 1980, je serais très surpris si on ne retrouvait pas un ratio inférieur à 2:1, je te laisse donc imaginger le prix que cela donne pour l'or, sachant que l'argent suivra, et même si les actions s'effondrent aux états unis de 50%.

    D'après Jim Rogers les actions sont déjà sur évalué, l'inflation des années 70 n'a pas fait monté les marchés boursier, ils ont toalement stagné en évoluant dans une trade range.
    En terme réél elles ont donc même baissé.
    C'est ce qui est en train de se passer avec le dow depuis le début de la crise, et ca va continuer.
    On ira peut être à 13 000 ou 14 000, mais pas plus loin, et en suite ca fera très très mal...

    RépondreSupprimer
  10. http://www.futuresbuzz.com/dj.bmp

    http://borsayorumum.com/wp-content/uploads/2011/12/dowalt%C4%B1n-%C5%9Fekil3.jpg

    sur facebook c'est quoi déjà ton pseudo ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…