Accéder au contenu principal

Le paradis est-il à Saint-Nazaire ?

L’Observatoire des inégalités a publié récemment un palmarès des villes françaises les plus inégalitaires où on apprend – entre autres – que Neuilly-sur-Seine est la grande ville [1] la plus affreusement inégalitaire de France tandis que Saint-Nazaire est un petit paradis égalitariste.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, quelques petites précisions s’imposent. Les « revenus » dont il est question dans cette étude ce sont les revenus fiscaux des ménages par unité de consommation en 2009 et selon l’Insee [2]. C'est-à-dire l’ensemble des revenus perçus par une famille (salaires, allocations chômage, pensions, retraites, bénéfices et autres revenus du patrimoine) avant impôt et avant prestations sociales divisé par le nombre d’« unités de consommation » qui composent ce ménage [3]. Dès lors, amis lecteurs, vous imaginez bien que (i) notre fiscalité redistributive modifie considérablement ces résultats (en imposant les riches neuilléens pour mieux redistribuer aux pauvres nazairiens) et que (ii) la composition des ménages d’une ville à l’autre a une influence non-négligeable sur les résultats.

L’Observatoire des inégalités nous propose deux mesures des inégalités de revenus : le coefficient de Gini et rapport des premier et neuvièmes déciles de revenus. Pour ceux qui ne sont pas habitués à ces petites choses, le coefficient de Gini varie entre 0 et 1 ; 0 signifiant que l’égalité des revenus est parfaite (tous le monde gagne la même chose) et 1 signifiant qu’un seul et unique ménage perçoit tous les revenus. Le rapport inter-décile (ici entre le premier décile et le neuvième) mesure le revenu minimum des 10 % des individus les plus riches (pour simplifier la lecture de ce qui suit nous allons appeler ça le « revenu haut ») en multiples du revenu maximum des 10 % des individus les plus pauvres (i.e. le « revenu bas ») ; par exemple, un rapport inter-décile de 5,6 signifie que le revenu haut est 5,6 fois plus élevé que le revenu bas [4].

Quelques soit la mesure, deux villes – Neuilly-sur-Seine et Paris – apparaissent comme étant les plus inégalitaires de France et deux villes – Saint-Nazaire et Cholet – ressortent comme profondément égalitaires. En revanche, le cas de Roubaix est assez atypique : si l’on se base sur le coefficient de Gini, c’est une des dix villes les plus inégalitaires de France mais sur la base du rapport inter-décile, c’est – au contraire – une des dix villes les plus égalitaires de France ; cette étrangeté est due au fait que, d’après l’Insee, 10% de la population roubaisienne gagnerait moins de 10 euros par mois avant redistribution (...).

Voici un rapide résumé des données pour ces cinq villes auquel je rajoute le revenu médian (en euros) :

GiniRapportR med
Neuilly0.51710.73 656
Paris0.49011.42 052
Cholet0.3534.91 457
Saint-Nazaire0.3305.21 448
Roubaix0.476210.9786

Graphiquement, un résumé de la distribution des revenus (premier décile, médiane et dernier décile, en euros) :

(Cliquez pour une meilleure définition)

Je vous laisse conclure…

---
[1] L’étude se concentre sur les 100 plus grandes villes en termes de nombre de ménages fiscaux (et pas en terme de population comme ils le précisent en bas de l’article).
[2] La base de donnée utilisée par L’Observatoire des inégalités est disponible gratuitement sur le site de l’Insee.
[3] L’Insee utilise l’échelle dite de l’OCDE : le premier adulte du ménage compte pour 1 UC, les autres personnes âgées de plus de 14 ans comptent pour 0,5 US et les enfants de moins de 14 ans comptent pour 0,3 UC.

Commentaires

  1. J'en conclus, comme Maggie, que les socialistes préféreraient que les pauvres soient plus pauvres, dès lors que les riches seraient moins riches.

    http://journal-libertas.blogspot.com/2010/08/daily-thatcher-2.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Comment j’ai déprogrammé l’obsolescence

C’est arrivé ce matin. Notre lave-vaisselle familial, que nous avions programmé pour tourner la nuit dernière, n’avait pas fonctionné. Mon épouse, étonnée par cette inhabituelle défaillance, a essayé de le relancer : rien à faire, le bestiau ne fonctionnait plus. Dépités, nous convînmes donc, ma dulcinée et moi-même, qu’il était temps de lui trouver un remplaçant. Cette fois ci, nous disions nous pas plus tard que ce matin, nous n’achèterons pas la première camelote venue à 300 euros : rendez-vous fût pris en début de soirée pour faire l’acquisition d’une bête de course qui, nous l’espérions, durerait vingt ans, comme celle de belle-maman.Dans les entrailles de la bêteMais la journée avançant, cette histoire ne sortait pas de ma tête. Le lave-vaisselle en question, nous l’avions tout de même acheté il y a à peine plus de trois ans : ce n’est pas Dieu possible que ce machin, même s’il ne nous avait objectivement pas coûté grand-chose, nous lâche aussi vite. Si ça se trouve, me disais-j…