Accéder au contenu principal

Gizeh n’est pas le centre du monde

(Cet article fait partie d’une série dans laquelle je m’amuse à démonter les théories ésotériques avancées par Jacques Grimault, principalement dans La révélation des pyramides.)

Pour les pyramidologues en général et Grimault en particulier, Gizeh est le centre du monde. Plutôt que chercher à expliquer en quoi leurs démonstrations relèvent de la foutaise la plus absolue [1], je vous propose de prendre le problème dans l’autre sens et de nous demander pourquoi, précisément, c’est ce site qui a été retenu par les constructeurs de la grande pyramide de Khéops (puis celles de Khephren et Mykérinos). Ils avaient, en réalité, au moins trois bonnes raisons.

Primo, c’est un site à la frontière entre la vallée du Nil et le désert libyque, situé une cinquantaine de mètre au-dessus du fond de la plaine et, incidemment, juste à côté de Memphis, la capitale de l’Ancien Empire. La plupart des sites funéraires de l’époque —Saqqara, Dahshour… — répondent exactement aux mêmes critères : on veut que les pyramides soient visibles et on préfère, évidemment, éviter les coller au milieu des champs et des habitations.

Dans un mouchoir de poche

Deuxio, Gizeh c’est aussi un plateau de roche calcaire. Ça n’a peut-être l’air de rien mais ça a au moins deux avantages considérables : d’abord, quand vous construisez des bâtiments de cette taille, vous préférez les asseoir sur des fondations stables et robustes (sur du sable ou du limon, c’est une très mauvaise idée) ; ensuite, ça met l’essentiel de votre matière première à portée de main [2].

Topographie

Tercio, la grande autoroute égyptienne, le Nil, est à 8 km et on sait que des canaux le connectaient directement au complexe funéraire [3] ; détail très utile lorsqu’il est question d’acheminer des tonnes de calcaire blanc depuis les carrières de Tourah — de l’autre côté du fleuve, à une quinzaine de kilomètres — et surtout les énormes blocs de granite extraits dans la carrières d’Assouan — à 900 km plus au sud.

Sens pratique

Bref, le choix du site n’a rien d’ésotérique et Gizeh n’est pas plus le « centre du monde » qu’Abousir, Saqqara, Dashour, Meïdoum et, plus généralement, tous les sites de la vallée du Nil. Si des pyramides ont étés construites à cet endroit, c’est pour des raisons infiniment pratiques et rationnelles.

---
[3] D’autres l’ont très bien fait ; voir, par exemple, le le site d’Irna
[1] La plupart des blocs de calcaire utilisés pour la pyramide de Khéops ont été extraits à 400 mètres de là (grosso modo autour du Sphinx) ; seuls le calcaire blanc des parements et le granite rose de la chambre funéraire viennent d’ailleurs.
[2] Il en existe encore un qui arrive à un petit kilomètre du site et on a retrouvé des vestiges d’installations portuaires jusque dans le temple de la vallée de Khefren, à 400m de la grande pyramide.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…