Accéder au contenu principal

Le nombre de Dunbar

Selon Robin Dunbar, la taille de notre néocortex limite le nombre de personnes avec lesquelles nous pouvons entretenir une relation stable à (environ) 150 individus. Trivialement, ça signifie que ceux d’entre nous qui ont plus de 150 « amis » sur Facebook ne connaissent pas vraiment, ou n’ont pas de relations suivies avec, une proportion significative desdits amis.

Une conséquence plus pratique de la théorie de Dunbar, c’est que plus la taille d’un groupe humain augmente, plus les coûts afférents au maintien de sa cohésion interne — coordination, communication, fête du village, stage de base-jumping en entreprise… — augmentent. Selon les estimations de l’anthropologue, basées sur des communautés humaines composées d’individus qui ont de très fortes incitations personnelles à rester groupés [1], il semble que dès ce seuil de 150 individus les efforts nécessaires à maintenir la cohésion du groupe consomment, à eux seuls, 42% du temps de travail.

Augmentez la taille du groupe et il ne vous reste plus que trois méthodes pour tenter de maintenir un semblant de cohésion : y consacrer un temps considérable (sous forme de « communication interne »), créer des incitations individuelles (i.e. la méthode libérale) ou utiliser la contrainte (i.e. la méthode socialiste).

Considérez maintenant l’hypothèse communiste, une société dans laquelle, de leur plein grès, tous les membres coordonnent leurs efforts afin d’atteindre une sorte d’optimum de Pareto, « l’intérêt général », sur lequel ils s’accordent tous. L’existence même de cette société repose sur l’idée selon laquelle il est possible d’atteindre cet optimum sans coercition ni incitations individuelles et le projet communiste consiste à instaurer cet ordre social à grande échelle.

Que savons-nous objectivement de toutes les tentatives d’avènement du communisme ?

(i) C’est un type de société qui a fonctionné et fonctionne sans doute encore sur de petites populations — de la taille d’un clan — mais qui n’a jamais pu être mise en œuvre à grande échelle.

(ii) Toutes les tentatives à grande échelle se sont caractérisées par d’immenses efforts de propagande interne (grands rassemblement, embrigadement des jeunes, campagnes d’affichages etc.)

(iii) Toutes les tentatives à grande échelle ont systématiquement dégénéré en états totalitaires. Par totalitaire, on entend une forme de dictature qui cherche à modeler les pensées de ses sujets.

Très clairement, tout ce passe comme si la limite du communisme était le nombre de Dunbar. C’est-à-dire qu’au-delà d’une petite communauté dans laquelle la cohésion du groupe est relativement peu coûteuse à obtenir, le projet communiste se heurte systématiquement au même écueil : coordonner les efforts d’une large population sans coercition ni incitations individuelles.

---
[1] Village de subsistance, unités militaires (les centuries romaines) etc.

Ce papier doit plus que beaucoup à Fanfan qui m’en a soufflé l’idée.

---
Addendum (2014-02-14) :

Un exemple concret de communautés qui pratiquent une forme de communisme, ce sont les huttériens, un mouvement chrétien anabaptiste né au XVIe dans le Tyrol mais qui est aujourd’hui essentiellement présent au Canada et aux États-Unis.

D’après Wikipédia, on compte environ 465 colonies huttériennes composées chacune de 60 à 150 personnes. Au-delà de 150 membres, les huttériens estiment qu’il devient impossible de maintenir la cohésion de la colonie et ont donc pour habitude de la séparer en deux en créant une colonie « sœur ».

Commentaires

  1. Tres intéressants ces deux derniers articles, merci !

    RépondreSupprimer
  2. Oui on sait que la démocratie est faisable jusqu'à 150. Au-dela s'instaure un
    quelconque totalitarisme. Le système du clan comme finalité?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Comment j’ai déprogrammé l’obsolescence

C’est arrivé ce matin. Notre lave-vaisselle familial, que nous avions programmé pour tourner la nuit dernière, n’avait pas fonctionné. Mon épouse, étonnée par cette inhabituelle défaillance, a essayé de le relancer : rien à faire, le bestiau ne fonctionnait plus. Dépités, nous convînmes donc, ma dulcinée et moi-même, qu’il était temps de lui trouver un remplaçant. Cette fois ci, nous disions nous pas plus tard que ce matin, nous n’achèterons pas la première camelote venue à 300 euros : rendez-vous fût pris en début de soirée pour faire l’acquisition d’une bête de course qui, nous l’espérions, durerait vingt ans, comme celle de belle-maman.Dans les entrailles de la bêteMais la journée avançant, cette histoire ne sortait pas de ma tête. Le lave-vaisselle en question, nous l’avions tout de même acheté il y a à peine plus de trois ans : ce n’est pas Dieu possible que ce machin, même s’il ne nous avait objectivement pas coûté grand-chose, nous lâche aussi vite. Si ça se trouve, me disais-j…