Accéder au contenu principal

QDDPF ? Les assureurs français

QDDPF pour « qui détient la dette publique française » ? Comme évoqué précédemment, cette donnée n’existe officiellement pas et c’est un problème parce que (i) par les temps qui courent, l’information ne manque pas d’intérêt et (ii) son absence donne libre cours à l’imagination débordante des spécialistes de la théorie du complot – notamment d’extrême droite/gauche.

L’union fait la force : je vous propose donc un petit exercice collaboratif dont l’objectif est d’obtenir l’estimation la plus fiable possible.

De quoi parlons nous ?

Commençons par bien définir le périmètre du problème. La dette publique dont il est habituellement question dans les médias et le discours public, c’est la dette de l’ensemble des administrations publiques au sens de Maastricht. À la fin du second trimestre 2012, elle atteignait la modique somme de 1 832,6 milliards d’euros – soit 91% du PIB [1]. Dans son immense majorité (78%), cette dette a été contractée par l’État lui-même (budget général, comptes spéciaux du Trésor, budgets annexes) ; suivent les administrations de sécurité sociale (12%), les administrations publiques locales (9%) et, enfin, les organismes divers d’administration centrale (ODAC, comme Pôle Emploi, le CNRS, les musées nationaux…) qui pèsent moins de 1% de l’ensemble.

Dans son immense majorité, cette dette publique a été contractée via des émissions obligataires sur les marchés financiers ; les crédits bancaires ont essentiellement été contractés par des administrations locale (villes, départements, régions…), notamment auprès de Dexia. À la fin du second trimestre 2012, l’Insee évalue la dette publique émise sous forme de titres à 1 571,3 milliards d’euros – soit 86% de la dette publique totale [1]. L’écrasante majorité de ces titres de dette ont été émis par l’État ; c’est ce qu’on appelle la dette négociable de l’État [2], celle qui est émise via l’Agence France Trésor sous forme d’OAT, de BTAN ou de BTF. À la fin du mois de juin 2012, 1 394,9 euros [3] – soit 76% de la dette publique totale.

C’est à la dette négociable de l’État que je vous propose de nous intéresser.

Les assureurs (etc.) français

Je tire le premier avec la part de la dette négociable de l’État détenue par les compagnies d’assurance, mutuelles et autres organismes de prévoyance à la fin de l’an 2011 de notre ère. À cette date, la dette négociable de l’État était valorisée à 1 313 milliards d’euros [4]. Or, la Banque de France, dans sa grande bonté, nous informe [5] qu’au même moment, 14,6% des 1 765 milliards d’euros de placements des compagnies d’assurance (etc.) étaient investis sur la dette souveraine française (après transparisation des fonds d’investissement) ; soit environ 258 milliards d’euros ou 19,6% de la dette négociable de l’État.

Check : selon l’AFT [6], nos amis assureurs détenaient 22% de l’encours des OAT à la fin du second trimestre 2012 mais, selon la même source, « la proportion des acheteurs français est en général plus importante pour les OAT que pour les BTAN ou les BTF, dans la mesure où les assureurs français ont une préférence pour des maturités longues. [7] » Notre chiffre est donc parfaitement cohérent.

À votre tour ! Si vous avez des idées, n’hésitez pas à m’en faire part (mail, @ordrespontane, Facebook ou dans les commentaires ici mêmes).

---
[1] Insee, Dette de Maastricht des APU, répartition par sous-secteur et par instrument.
[2] Il existe aussi une dette non-négociable qui correspond, pour l’essentiel, aux dépôts de certains organismes (comme les collectivités territoriales et les établissements publics) sur le compte du Trésor.
[3] AFT, Bulletin mensuel n°266 - Juillet 2012.
[4] AFT, Bulletin mensuel n°260 - Janvier 2012.
[5] Gaël Hauton, Omar Birouk et Alain-Nicolas Bouloux, Les placements des organismes d’assurance à fin 2011
[6] AFT, sur son site.
[7] Philippe Mills, DG de l’AFT, interviewé par Next Finance.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le socios de Le Média

Pour devenir socio de Le Média, la future web-TV des amis de M. Mélenchon, vous devez (i) acquérir un ou plusieurs titres de propriété de Le Média (5 euros l’unité) et (ii) régler une contribution destinée à « financer le Média » (en fonction de vos revenus de 50, 80, 120 ou 200 euros). C’est le paiement de ces deux sommes, appelé droit d’entrée, qui fait de vous un socio. Les conditions générales stipulent très clairement qu’aucune cotisation n’est demandée.En contrepartie, vous promettent-ils, vous deviendrez propriétaire du nouveau média (selon la homepage) ou, du moins, d’une partie de celui-ci via l’association « Le Média » (selon la page socios, j'y reviens) et vous bénéficierez d’un certain nombre de « services exclusifs » comme, par exemple, le droit de publier un avis et de commenter les programmes ou, plus prosaïquement, celui d’avoir votre nom au générique d’un programme de votre choix.À l’heure où j’écris ces lignes, Le Média revendique 9 421 socios pour 1 117 972 eur…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…