Accéder au contenu principal

Régulons la finance !

C’est un fait entendu : cette crise est une conséquence directe de la dérégulation financière, de la funeste erreur commise par nos dirigeants qui ont cru, aveuglés par la doxa néolibérale, que le marché pouvait s’autoréguler, que cette fameuse main invisible était autre chose qu’un conte pour enfants naïfs. Il n’y a pas de débat et il ne doit pas y en avoir : l’heure est aux solutions, aux réformes ambitieuses, au volontarisme ; en un mot : à la reprise en main des banques, des marchés et de la finance en général par les pouvoirs publics.

Voici donc mes propositions :

Ce qu’il faudrait, dans un premier temps, c’est confier la supervison du secteur bancaire et financier au pouvoir politique – au ministère de l’économie et des finances – auquel on adjoindrait un comité que je propose d’appeler le Comité consultatif de la législation et de la réglementation financières qui serait en charge d’assister le ministre dans l’élaboration d’un cadre légal pour mettre fin aux excès de la finance. Nous pourrions alors élaborer quelques lois et règlements pour mettre un peu d’ordre dans notre système bancaire et financier et regrouper ces textes dans un code – nous appellerions ça le Code monétaire et financier [1] – qui viendrait, naturellement, s’ajouter aux dispositions législatives qui s’appliquent aux autres types d’entreprises.

Évidemment, l’irresponsabilité criminelle des banquiers et le comportement spéculatif des acteurs des marchés financiers laissent à penser qu’un cadre législatif et réglementaire ne suffit pas : il faut aussi que nous nous dotions d’une autorité chargée de réguler au jour le jour ces activités et de préserver ainsi la stabilité financière de notre économie. La Banque de France me semble tout à fait indiquée : c’est, bien sûr, une institution publique mais elle présente aussi l’avantage d’avoir des homologues dans tous les pays du monde ce qui pourra, par la suite, s’avérer utile. On y reviendra plus loin.

Bien sûr, il ne sert à rien d’avoir des lois si personne ne les fait respecter : nous auront donc également besoin de gendarmes. Au premier abord, il y a deux possibilités : soit nous créons un gendarme par corps de métier – un pour les banques, un pour les compagnies d’assurance etc… - soit nous regroupons ses fonctions dans une seule administration. Je plaide, pour ma part, pour la création de deux entités : une première – que j’appellerai ci-après l’Autorité de contrôle prudentielle (ACP) – qui serait chargée de surveiller les banques et les compagnies d’assurance et une seconde – mettons l’Autorité des marchés financiers (AMF) – qui se chargerait plus particulièrement d’encadrer, comme son nom l’indique, les marchés financiers [2]. Après un rapide chiffrage, j’estime que l’ACP devrait pouvoir fonctionner avec un petit millier de collaborateur et – mettons – 170 millions d’euros de budget tandis que l’AFM devrait se contenter de 400 collaborateurs et d’un budget annuel de 80 millions d’euros. Rassurez-vous : on fera payer les financiers.

Ces deux gendarmes spécialisés auront principalement trois missions. Primo, contrairement à ce qu’il se passe aujourd’hui, ils délivreront des autorisations administratives, des agréments, qui permettront de faire en sorte que personne ne pourra plus exercer le métier de banquier, d’assureur ou de gérant de portefeuille sans être dûment fiché. Deuxio, une fois identifiés, les différents acteurs pourront être contrôlés ; on dotera donc nos gendarmes de pouvoir élargis qui leur permettrons, par exemple, de faire une descente dans n’importe quel établissement quand ils le souhaitent et on leur demandera d’exercer leur contrôle sur le périmètre le plus large possible (les comptes, les relations-clients, le choix des fournisseurs, l’équipement informatique, les produits…). Enfin, bien sûr, nos gendarmes auront un pouvoir de sanction : l’état actuel de notre bloc de constitutionalité ne permettant pas de leur donner le droit de prononcer des peines de prisons [3], on se contentera de leur donner la possibilité de faire fermer boutique aux éventuels contrevenants.

Dans le cas de l’AMF, l’irrationalité malsaine et versatile des marchés financiers apatrides et mondialisés étant ce qu’elle est, il peut aussi être utile de lui donner la possibilité de légiférer. Oui, je sais, vous me direz sans doute que seul le peuple, au travers de ses représentants, est détenteur du pouvoir législatif, que c’est le principe même de la démocratie, mais vous voyez bien que c’est inefficace : nous ne pouvons pas espérer pacifier les marchés financiers et les remettre au service de l’économie réelle et donc de l’Homme en perdant du temps en procédures aussi longues et complexes qu’aléatoires. Il faut impérativement que cette autorité soit, tout à la fois, gendarme, juge et législateur. C’est à ce prix que nous nous garderons à l’avenir des excès de la finance ; pour faire simple, nous appellerons ce règlement le Règlement général de l’AMF [4].

Ce serait un bon début mais c’est encore insuffisant. Comme je le rappelais plus haut, les banques, la finance et les marchés sont non-seulement irresponsables mais aussi mondialisés et apatrides. Au cadre national, il faut donc superposer un cadre, dans un premier temps, européen. Du point de vue de la supervision, je propose la création d’un Système européen de supervision financière (SESF) qui sera chargé de mettre en œuvre la règlementation commune des marchés financiers. Ce dernier comportera deux niveaux : un Conseil européen du risque systémique (CERS) chargé de la surveillance des marchés à l’échelle macro-économique et un Système européen de surveillance financière (SESF aussi) qui regroupera les gendarmes nationaux des autres pays de l’Union lorsqu’ils auront, eux aussi, décidé de mettre fin aux exactions de la finance.

Pour ce qui est de la régulation, comme nous envisageons de la confier à la Banque de France au niveau national, il semble logique de faire de même dans toute l’Europe et de créer ainsi un Système européen de banques centrales (SEBC) qui regrouperait les banques centrales des pays de l’Union européenne et coordonnerait ainsi la régulation à l’échelle continentale. Ce sera aussi l’occasion de revenir sur la privatisation de la création monétaire en rétablissant le monopole de la Banque Centrale Européenne (dont on se demande bien à quoi elle peut servir) : je vous passe les détails techniques mais, en gros, il suffirait de faire en sorte que seule la BCE puisse imprimer des billets en euro et d’obliger les banques à maintenir une proportion minimale des dépôts qu’elles reçoivent sous forme de réserves auprès de la banque centrale. Croyez-moi, c’est imparable : avec un tel système, les banques seront enfin pieds et mains liées et nous pourrons dormir sur nos deux oreilles.

Voilà donc pour l’Europe ; passons au reste du monde. D’abord, c’est une des grandes leçons de la crise actuelle, il nous faut un organisme qui veille à la stabilité du système monétaire international et qui puisse venir au secours des nations qui font l’objet d’une attaque coordonnée des marchés financiers. Ce serait une sorte de fonds monétaire international que nous pourrions appeler International monetary fund (IMF) même si, je l’admets, ce n’est pas très original. Ensuite, de la même manière que nous avons coordonné les régulateurs nationaux européens, il faut faire de même à l’échelle mondiale en créant, un Financial stability board (FSB) qui s’occupera des banques et des assureurs et une International organization of securities commissions (IOSCO) pour les marchés financiers. Enfin, nous avons tous constaté les dégâts causés par la dérégulation totale de l’industrie bancaire – notamment l’abrogation du fameux Glass–Steagall Act – qui a permit aux banques, toute en même temps et partout dans le monde, de ne plus prêter aux riches mais aux pauvres et de prendre ainsi des risques tout à fait démesurés. Il nous faut donc créer une institution que nous chargerons de créer les normes prudentielles bancaires qui seront ensuite transcrites dans nos futurs cadres législatifs nationaux. La jolie ville de Bâle, en Suisse, pourrait accueillir ce comité que nous pourrions dès lors appeler le Comité de Bâle.

Voilà, dans les grandes lignes, la structure que nous devons mettre en place pour nous protéger des excès de la finance, de la rapacité des banquiers et des attaques spéculatives des marchés financiers. Bien sûr le projet est ambitieux – il est même révolutionnaire ; il marque la fin du règne du néolibéralisme de sinistre mémoire. Ce sont des centaines de milliers de lois qu’il va falloir écrire, des centaines d’organismes de contrôles et de surveillance qu’il va falloir créer, des centaines de milliers de fonctionnaires qu’il va falloir mobiliser. Mais songez au résultat : pour la première fois de l’histoire du genre humain, une industrie entière serait règlementée et contrôlée de manière homogène et efficace à l’échelle mondiale. Ce serait une grande première. La finance n’aurait plus un recoin sombre sur terre où se cacher ; elle n’aurait plus d’autre choix que soutenir l’économie réelle, solidaire et citoyenne, elle obéirait enfin aux injonctions du pouvoir politique, elle serait enfin au service de l’Homme.

---
[1] Voici quelques idées de textes.
[2] On en profitera pour lui confier la supervision des agences de notation.
[3] Comme le disait si bien Ernesto Che Guevara, un procès équitable et la présentation de preuves de la culpabilité de l’accusé sont des « détails bourgeois archaïque. »
[4] Là aussi, voici quelques suggestions.

Commentaires

  1. Bonjour Monsieur Kaplan.
    Pardon d'être hors sujet. Mais il me semble avoir lu de votre plume la fable de l'hotelier et du billet de 100 euros. Ce matin je viens de recevoir une nouvelle version qui circule sur Facebook. Elle est globalement la même, sauf qu'elle finit ainsi
    : "A l'instant où le billet revient sur le comptoir de l'hôtel, le client redescend, dit que la chambre ne lui convient pas, reprend ses 100 euros, et remonte dans sa voiture...

    Il ne s'est rien passé de particulier...

    Sauf que plus personne n'a de dettes, dans ce village...

    A méditer...."
    étonnant, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alain Briens25/10/2012 15:50

      Oui, et plus personne n'a de créance non plus...donc la situation financière des protagonistes n'a pas changé.

      Supprimer
  2. Voici 2 autres idées pour mater la finance mondialisée apatride ultra-néo-méga-hyper-giga-libérale:
    - On pourrait interdire la concurrence monétaire et créer une banque qu'on appellerait "centrale" à qui on attribuerait un monopole légal sur la monnaie, le rôle de prêteur de dernier ressort, et la possibilité de fixer des taux "directeurs" plutôt que de se fier à cette idiotie de "taux naturel" de marché. On pourrait ainsi booster artificiellement la croissance quand on en aurait besoin/envie en pratiquant une politique de taux bas. Certains esprits chagrins feront remarquer que cela peut entraîner des bulles de malinvestissement, mais n'en ayez cure, ce sont des ultra-néo-méga-hyper-giga-libéraux.
    - On pourrait forcer les banques à prêter aux personnes les moins solvable, les plus pauvres, pour favoriser l'accès à la propriété pour tous. On pourrait faire cela de 2 manières: d'une part avec une loi "encourageant fortement" les banques à prêter aux communautés les plus pauvres, qu'on appellerait "Community Reinvestment Act" (parce-que ça sonne mieux en anglais), et d'autre part en créant des organismes para-publics (de droit privé, mais avec des privilèges leur permettant d'être plus attrayants que la concurrence, et sous tutelle de l'Etat) auxquels on donnerait des objectifs de rachat de subprimes. On les appellerait Fannie Mae et Freddy Mac par exemple

    RépondreSupprimer
  3. Evidemment, c'est de l'ironie Mr Kaplan.
    votre message est un effrayant révélateur de la mauvaise foi et de l'ignorance ambiante...
    Enfin, si j'ai bien compris votre message, car j'ignore moi même beaucoup de chose à propos de la finance.
    En toute humilité, j'aurai bien une requête:
    Pouvez vous me confirmer que tous les mécanismes de contrôles que vous citez existent déjà? et depuis quand?
    si à la suite de cette démonstration par l'absurde vous faisiez un bref historique de la mise en place de ces systèmes de régulation des marchés par les politiques, un parallèle à ce texte pour les ignorants comme moi (de bonne foi).
    Je vous en serai très reconnaissant

    RépondreSupprimer
  4. John,
    Je vous confirme que tous les mécanismes et institutions décrites ci-dessus existent bel et bien (j'ai même un peu allégé, je vous ai épargné Tracfin, la loi de sécurité financière etc.)
    Elles ont été créées à des dates variables. La plus ancienne étant - je crois - le FMI (1945) et la plus récente étant l'ACP (qui est le résultat de la fusion de plusieurs agences qui couvraient le même périmètre mais séparément).
    Faire un historique serait très, très, très long. Sincèrement, je n'ai pas me courage ;)

    RépondreSupprimer
  5. Merci beaucoup!
    Le bref historique que je vous demandais ne sera pas nécessaire, cette courte réponse me satisfait pleinement.
    Surtout continuez d'écrire au grès de vos humeurs, j'apprécie toujours vos billets, tant sur la forme, que sur le fond.
    C'est un plaisir de vous lire!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …