Accéder au contenu principal

Austérité au royaume des aveugles…

Il ne se passe pas une journée sans que l’on nous parle de « politiques de croissance » opposées aux « politiques d’austérité » et que l’on accuse ces dernières d’êtres responsables de la situation pour le moins tendue dans laquelle se trouvent les économies de notre vénérable continent. Les médias et le discours politique relaient à l’envie l’idée selon laquelle, si l’État réduit la dépense publique, il ne peut en résulter qu’une aggravation de la situation et, qu’au contraire, seul un accroissement desdites dépenses soit de nature à provoquer le retour de la croissance. Pourtant, cette affirmation n’a rien d’une vérité révélée ni d’un axiome économique ; elle repose sur une théorie.

Appelez la « synthèse néoclassique » ou « néokeynésianisme », elle est – pour schématiser grossièrement – la réconciliation des concepts micro-économiques développés par les néoclassiques et des idées macroéconomiques de John Maynard Keynes. C’est cet ensemble de théories, cette vision du monde qui constitue le logiciel de nos politiciens, la grille de lecture qui leur sert de vadémécum, la science économique telle qu’elle est enseignée dans la plupart des universités et telle qu’elle est restituée dans la plupart de vos journaux – l’économie mainstream, la pensée unique, c’est elle et rien d’autre. Croissance ou austérité sont les deux types de politiques économiques qui résultent directement de ce cadre théorique ; c’est l’application du policy-mix.

Le policy-mix néokeynésien

Un petit rappel théorique ne sera pas inutile. Pour Keynes, durant les périodes de récession économique, les entreprises comme les ménages tendent à se montrer exagérément pessimistes (les « esprits animaux »), privilégient l’épargne à la consommation et tendent ainsi à aggraver la situation. Dès lors, il suit que l’État doit intervenir en menant une politique contra-cyclique destinée à relancer la demande et donc la croissance – raison pour laquelle on parle de « politiques de relance ». Dans le cadre du policy-mix, la relance repose sur la combinaison de deux instruments d’intervention :

Le premier c’est la politique budgétaire. Pour relancer la demande, Keynes préconise une augmentation des dépenses de l’État financée par du déficit budgétaire – c'est-à-dire des emprunts. C’est typiquement le New Deal de Roosevelt, le plan Chirac de 1975, celui de Mauroy en 1981 ou, plus proche de nous, ceux d’Obama et de Sarkozy [1]. L’idée de Keynes était qu’un surcroit de dépense publique en phase de récession déclencherait un effet boule de neige, le multiplicateur keynésien : le plan de relance permet aux gens de toucher des revenus qu’ils dépensent à leur tour, créant ainsi de nouveaux revenus et ainsi de suite. En théorie, lorsque la croissance est de retour, l’État bénéficie de rentrées fiscales supplémentaires et en profite pour rembourser les dettes créées lors du plan de relance ; en pratique, dans le cas de la France tout du moins, nous sommes en relance permanente depuis 1975.

Le deuxième outil du policy-mix, c’est la politique monétaire : lorsque la récession frappe, en toute bonne logique keynésienne, il faut encourager la consommation au détriment de l’épargne. Pour ce faire, la banque centrale est priée de faire baisser le niveau des taux d’intérêt en injectant de la monnaie dans l’économie. Le coût du crédit étant moins élevé, les entreprises comme les particuliers se remettent à investir et à consommer et comme par ailleurs la rémunération de l’épargne a baissé, les investisseurs sont moins incités à épargner. Évidemment, la limite de l’exercice c’est l’inflation : les banquiers centraux assouplissent leur politique monétaire pour relancer la croissance tout en surveillant les indices de prix à la consommation pour éviter que la monnaie ne perde trop de sa valeur [2].

Le cadre théorique étant posé, je vous propose un petit détour loin de la cacophonie médiatico-politique, dans le monde froid des faits et des chiffres, qui nous permettra peut-être de déterminer si nos gouvernements européens ont effectivement mis en œuvre des politiques d’austérité ou, au contraire, s’ils se sont conformés strictement aux recettes macroéconomiques keynésiennes.

Rigueur ou pas ?

Pour ce qui est de la politique monétaire, vous m’accorderez que la Banque Centrale Européenne a bel et bien fait baisser le niveau des taux d’intérêts. Son principal taux directeur, le taux « refi », est passé de plus 4% à l’automne 2008 à 1% aujourd’hui et l’injection monétaire massive qui a accompagné ce mouvement a également permit de faire baisser l’ensemble des taux d’intérêt. Par exemple, le taux des obligations d’État notée AAA à 10 ans est passé d’environ 4,3% au début du mois de septembre 2008 à moins de 2,3% en ce moment et on en arrive même à des extrêmes ; malgré la perte de son troisième A, jamais l’État français ne s’était endetté à si bon compte : lors de ses dernières adjudications, l’Agence France Trésor a collecté plus de 3 milliards d’euro à un taux de 2,96% sur 10 ans et a même réussit à placer pour près de 4 milliards de bons du Trésor à 3 mois à un taux de – tenez-vous bien – 0,074%. Du point de vue de la politique monétaire il n’y a donc pas photo : nous sommes bien dans une optique de relance.

Évidemment, lorsque l’on parle d’austérité, c’est plutôt à la politique budgétaire que l’on pense. Il y a donc trois possibilités : soit les États de l’Union Européenne ont effectivement réagit à cette crise en réduisant le niveau de leurs dépenses et de leurs déficits – auquel cas il s’agit bien de politiques d’austérité –, soit nous avons assisté à des réactions très différentes d’un pays à l’autre et il faut donc juger au cas par cas, soit le niveau des dépenses publiques et des déficits budgétaires ont augmenté – auquel cas la politique mise en œuvre est précisément celle qu’aurait sans doute préconisé Keynes de son vivant.

Commençons par la dépense publique et comparons, pour chaque pays, son niveau moyen entre la période d’avant crise (2004-2007) et la période de crise (2008-2011) : sur la base des données d’Eurostat, il n’y a, au sein de l’Union Européenne, pas un seul pays qui ait réduit son niveau de dépense publique. Pas un seul. Mieux encore : seuls le Royaume-Uni (qui parvient à la maintenir à un niveau relativement stable aux environs de 840 milliards d’euros par an), la Hongrie et la Suède affichent des dépenses publiques qui progressent de moins de 10%. Les 24 autres membres de l’Union, ont augmenté massivement leurs dépenses : plus 15% en France, 16% au Portugal, 25% en Grèce, 28% en Espagne et 42% en Irlande [3]. À l’échelle de l’UE, les dépenses publiques progressent de 14% entre les deux périodes et passent de 46,4% du PIB à 49,5%. Le seul pays européen à avoir mis en œuvre une politique qui puisse s’assimiler à de l’austérité, c’est l’Islande qui réduit sa dépense publique de 10%.

Même opération pour les déficits : comparons le déficit budgétaire annuel moyen des pays de l’Union avant la crise (2004-2007) à celui des quatre dernières années (2008-2011). Toujours sur la base des données d’Eurostat, il n’y a, dans toute l’Union, qu’un seul pays qui ait réduit son déficit : c’est la Hongrie (d’environ 6,5 milliards d’euros par an à un peu moins de 2 milliards). Les 26 autres pays, sans aucune autre exception, sont passés de budgets excédentaires à des déficits ou ont augmenté les déficits déjà existants. En Espagne, on est passé d’un surplus de 13,5 milliards à un trou de près de 89 milliards ; en France et en Grèce, le déficit annuel des finances publiques a pratiquement doublé ; à l’échelle de l’Union, on passe d’un déficit moyen de 217 milliards par an à pratiquement 619 milliards ; de 2% du PIB à 5,1%.

Au royaume des aveugles…

Existe t’il quelqu’un de sensé qui pourrait m’expliquer en quoi, exactement, les pays européens seraient victimes des conséquences de politiques d’austérité qui n’ont jamais été mises en œuvre ? Pourrait-on m’expliquer comment il est possible de qualifier la politique de Nicolas Sarkozy de politique d’austérité ou de rigueur alors que ce même Nicolas Sarkozy, sur la durée de son mandat, a augmenté la dépense publique de 52,6% du PIB en 2007 à 56% en 2011, a fait creusé notre déficit annuel (au sens de Maastricht) de 2,7% du PIB à 5,2%, a fait exploser notre dette publique (au sens de Maastricht) de 64,2% du PIB à 86% et nous a gratifié d’un plan de relance de 34 milliards d’euros en 2009/10 (soit environ 1,8% du PIB – proportionnellement plus que celui de Pierre Mauroy en 1981) ?

Sommes-nous devenus aveugles au point de ne pas voir que c’est précisément parce que nous avons, une fois de plus, appliqué les recettes des apprentis sorciers keynésiens que nos économies s’enfoncent dans ce marasme ? Voilà 37 années consécutives que les gouvernements de ce pays, de gauche comme de droite, nous appliquent les mêmes remèdes ; 37 années d’échecs, de chômage, de pouvoir d’achat en berne et nous en redemandons ? Mais enfin, que faut-il pour que ces imbécilités cessent ? Allons-nous vraiment devoir en passer par la planche à billet, le blocage des prix et le protectionnisme ? Faut-il vraiment que nous reproduisions les mêmes erreurs ? Combien de misères cette humanité devra t’elle encore supporter avant que nous comprenions enfin qu’une économie n’est pas une somme de grands agrégats abstraits, qu’une économie ne se planifie pas, qu’elle ne se pilote pas et toute tentative en ce sens n’aboutira jamais à rien d’autre qu’une catastrophe ?

---
[1] Bien avant Keynes, des politiques similaires avaient été mises en œuvre comme par exemple par Charles Alexandre de Calonne, Contrôleur général des finances de Louis XVI de 1783 à 1787.
[2] C’est en ce sens que le policy-mix intègre l’apport du courant monétariste de Milton Friedman (la théorie quantitative de la monnaie).
[3] Ou 30% si l’on exclue l’année 2010 qui est, il est vrai, exceptionnelle.

Commentaires

  1. Excellent article!

    Mais les keynésiens et autres étatistes te répondront qu'il y a bien "austérité" mais que ce sont les méchants spéculateurs de la finance apatride qui font rien qu'à augmenter le coût du remboursement de la dette. Et donc qu'il faut regarder l'évolution des dépenses HORS remboursement de la dette pour voir s'il y a austérité (sans comprendre, ou en faisant semblant de ne pas comprendre que le coût de la dette d'aujourd'hui est la conséquence directe de l'excès de dépense publique et de déficit d'hier)...

    RépondreSupprimer
  2. En 1872, Adolf Wagner déclare que la part de la dépense publique ne baissera pas.

    Plus connue sous le nom de Loi de Wagner, il déclare que le XXème siècle se caractérisera par une lutte entre les contribuables et les bureaucrates.

    Nous y sommes.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    dans un commentaire de l'article sur causeur vous dites "Primo, elles ont prêté de l’argent qu’elles avaient reçu sous forme de dépôt (c’est le métier d’une banque)".

    C'est faux.
    Lorsqu'elle prete de l'argent, une banque CREE de l'argent.
    Nous ne sommes pas dans un systeme "100% reserve", contrairement a ce que bcp de gens croient.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Je sais bien mais lorsqu’une banque prête de l’argent, elle ne peut prêter qu’une fraction des dépôts qu’elle a reçus (c’est le principe des réserves obligatoires qui obligent les banques à mettre de coté une fraction des dépôts qu’elles reçoivent). Le multiplicateur – et donc la part privée de la création monétaire – vient du fait chaque crédit accordé par une banque devient le dépôt d’une autre (ou de la même banque d’ailleurs).
    C’est une question de présentation. Les propositions :
    (i) Lorsqu’elle accorde un crédit €90, la banque crée ces €90 ex-nihilo mais doit, afin de se garantir contre le risque d’illiquidité, s’assurer qu’elle dispose de €10 de monnaie centrale.
    et
    (ii) Lorsque la banque reçoit un dépôt de €100, elle ne peut prêter que 90% de ce montant et doit réserver €10 afin de se garantir contre le risque d’illiquidité.
    Sont en réalité équivalentes.
    Dans un système « 100% réserves », une banque n’est plus une banque ; c’est un entrepôt à billet qui n’accorde pas de crédit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "c’est un entrepôt à billet qui n’accorde pas de crédit."

      Pas exactement. Ça c'est une banque de dépôt uniquement. Une banque peut en plus avoir une fonction d'intermédiaire entre épargnants et emprunteurs, et donc accorder des "crédits". L'épargne n'est pas le dépôt.

      Supprimer
  5. Ok, donc si A depose 10 a la banque.
    La banque fait un pret de 100 a B. (la banque cree 90 pour cela).
    B utilise ce pret pour faire un achat a C qui coute 100.
    C depose les 100 a la banque.
    Grace a ce depot la banque peut faire un pret de 1000 en creant 900....

    Ca peut continuer longtemps comme cela...

    RépondreSupprimer
  6. re loi de Wagner:

    voir aussi l'entree wikipedia sur Schumpeter. Je cite un passage

    " Les intellectuels déconsidérés et peu rémunérés ont tout intérêt à se liguer contre le capitalisme et à abreuver l'opinion publique de discours contre l'argent et l'esprit d'entreprise. Ils catalysent et font précipiter l'hostilité générale contre le capitalisme. Le capitalisme se sclérose ainsi progressivement de l'intérieur, pour des raisons sociales et politiques, au fur et à mesure que des majorités démocratiquement élues choisissent de mettre en place une économie planifiée accompagnée d'un système d'État-providence et de restriction des entrepreneurs. Le climat intellectuel et social nécessaire à l'esprit d'entreprise et d'innovation, et donc à l'apparition d'entrepreneurs, décline et finit par être remplacé par une forme ou une autre de socialisme, encore plus sclérosant."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Particulièrement vrai en fRance.

      Supprimer
  7. tres bon post. La rigueur consisterait à avoir des excedents budgétaires, donc à baisser TRES TRES fortement la dépense publique, en taillant dans le vif.

    RépondreSupprimer
  8. Vous évoquez le multiplicateur keynésien, mais sans le réfuter, ni indiquer de lien mettant en évidence la fumisterie de la théorie (car l'article de wikiberal est bien creux il faut l'admettre). C'est dommage, parce qu'avec cet oubli, votre article manque d'un petit quelque chose.

    J'ai récemment compilé les citations des auteurs réfutant le mieux la théorie du multiplicateur keynésien. Le lien :
    The Fatal Flaw of the Keynesian Multiplier Theory
    Si les preuves empiriques vous intéressent, vous avez aussi cette étude :
    Government Spending Has Zero Effect On Private-Sector Job Creation During Recession

    RépondreSupprimer
  9. Vous soulevez à juste titre un défaut de la théorie Keynésienne et les errances qui en découlent. Néanmoins, n'est il pas vrai que depuis la mise en place de politiques calées sur cette théorie l'économie mondiale a connu une croissance qu'elle n'avait jamais auparavant connue ? Comment l'expliquez vous ?

    Un partie du problème découle de la dissymétrie entre la façon dont l'électeur-citoyen perçoit l'état providence et l'agent économique (soit le même individu mais sous deux casquettes différentes)recycle les aides diverses de ce régime.

    Une large majorité des électeurs trouvent nécessaire que l'état aide leurs concitoyens en phase précaire, ne serait-ce pour des raisons de sécurité individuelle (car un ventre bien nourri à moins de probabilité de verser dans la délinquance qu'un indigent).

    En revanche les acteurs économiques imbriqués dans des ensemble qui pour la plupart agissent sous des dogmes libéraux et vont être formés à ne pas considérer du même oeil un revenu issu du travail et une pension reçue de l'état. De ce paradoxe nait un biais qui déstabilise le marché.

    Par exemple, celui qui va voir une banque pour s'endetter lourdement (en spéculant) en vue de louer des habitation à des personnes bénéficiant de l'aide au logement sera bien reçu par le banquier (pour peu qu'il ait un peu de bagout et d’entregent) quand un allocataire verra sa demande de prêt bancaire blackboulée pour insuffisance de revenus salariaux.

    Pourtant le risque est exactement le même pour la banque puisqu'en cas d'arrêt des aides au logement tant le spéculateur que l'allocataire se retrouveront dans une situation intenable.

    Du coup in fine les aides de l'état sont accaparées par un petit groupe, dont les membres sont prompts à dénoncer l'état providence puisque entretenant l'illusion qu'ils ont réussi sans assistance...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le socios de Le Média

Pour devenir socio de Le Média, la future web-TV des amis de M. Mélenchon, vous devez (i) acquérir un ou plusieurs titres de propriété de Le Média (5 euros l’unité) et (ii) régler une contribution destinée à « financer le Média » (en fonction de vos revenus de 50, 80, 120 ou 200 euros). C’est le paiement de ces deux sommes, appelé droit d’entrée, qui fait de vous un socio. Les conditions générales stipulent très clairement qu’aucune cotisation n’est demandée.En contrepartie, vous promettent-ils, vous deviendrez propriétaire du nouveau média (selon la homepage) ou, du moins, d’une partie de celui-ci via l’association « Le Média » (selon la page socios, j'y reviens) et vous bénéficierez d’un certain nombre de « services exclusifs » comme, par exemple, le droit de publier un avis et de commenter les programmes ou, plus prosaïquement, celui d’avoir votre nom au générique d’un programme de votre choix.À l’heure où j’écris ces lignes, Le Média revendique 9 421 socios pour 1 117 972 eur…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…