Accéder au contenu principal

Apocalypse 2.0, le retour de la vengeance

Souvenez-vous, c’était en 1972. Donnella Meadows, Jorgen Randers et Dennis Meadows, trois analystes du Massachussetts Institute of Technonoly soutenus par le Club de Rome publiaient The Limits to Growth (Halte à la croissance ? en français), probablement l’étude néo-malthusienne la plus célèbre de tous les temps. The Limits to Growth, c’était l’Apocalypse 1.0 : si rien n’était fait pour contrôler la croissance de la population mondiale (3,8 milliards d’individus à l’époque), nous allions bientôt assister a une gigantesque catastrophe économique, écologique et humaine ; les terres cultivables viendraient à manquer, les ressources naturelles seraient épuisées et la pollution rendrait toute vie sur terre pratiquement impossible.

Retour sur Apocalypse 1.0

L’idée clé de The Limits to Growth tient en deux constatations : nous vivons dans un monde fini où la plupart des ressources qui permettent la survie de l’espèce humaine – terres arables, énergies fossiles etc… - existent en quantité limité et, surtout depuis la révolution industrielle, la population humaine ne cesse de s’accroître. Évidemment, l’idée selon laquelle les ressources naturelles à notre disposition sont limitées par la nature ne date pas de 1972 mais ce que le Club de Rome apporte de nouveau dans ses simulations, c’est l’idée d’une croissance exponentielle de notre consommation desdites ressources.

Prenons l’exemple du pétrole : à l’époque où le Club de Rome publie The Limits to Growth, on évaluait les réserves prouvées de pétrole à quelque chose comme 583 milliards de barils et la consommation annuelle tournait à environ 18,8 milliards de barils par an ; de là, en posant l’hypothèse d’une consommation stable de pétrole, on estimait que le stock serait épuisé 31 ans plus tard ; c'est-à-dire en 2003 [1].

Or, nous expliquent les auteurs du rapport, ne serait-ce que parce que la population mondiale augmente, il est tout à fait ridicule d’imaginer que nous puissions nous satisfaire de 18,8 milliards de barils indéfiniment. L’apport du Club de Rome consiste donc à introduire des estimations de croissance de notre consommation dans ses modèles et à en déduire que l’épuisement des réserves aura lieu beaucoup plus tôt que prévu. Typiquement, avec une croissance annuelle de la consommation de 3,9% – hypothèse retenue dans The Limits to Growth – ce n’est pas en 2003 que les puits de pétrole seront à sec mais au bout de 20 ans, soit en 1992.

Il ne vous aura pas échappé que la prédiction ne s’est pas précisément avérée exacte. Mieux encore : non seulement nous n’avons toujours pas pompé cette fameuse dernière goutte de pétrole mais, sur la base des dernières données disponibles [2], il semble qu’avec une hypothèse de consommation constante il nous reste du pétrole pour un peu plus de 43 années. Oui, vous avez bien lu : alors que la population mondiale a augmenté de 83% et que nous avons consommé la bagatelle de 958 milliards de barils depuis 1972, les réserves prouvées actuelles devraient, si nous en restons au même rythme de consommation, nous permettre de tenir non pas 31 ans, comme on le croyait en 1972, mais 43 ans. Le Club de Rome s’est donc magistralement planté ; et pas qu’un peu.

Oh, bien sûr on nous explique depuis que les simulations de The Limits to Growth n’étaient pas des prédictions, que les chiffres donnés dans le rapport n’étaient que des illustrations, que dans le cas du pétrole, les auteurs avaient prévu la possibilité que les réserves se révèlent finalement plus importantes que prévues, que le technologie progresse etc... Dont acte mais il n’en reste pas moins que les résultats des simulations, contrairement à ce qu’on a pu lire ici et là ces quatre dernières décennies, ne collent pas à la réalité observée et qu’il y existe d’excellentes raisons de penser que ce n’est un problème de paramètres ou de scénarios mais quelque chose de beaucoup plus fondamental ; leurs modèles ignorent le principal mécanisme de régulation de nos sociétés : le marché et le mécanisme des prix.

La main invisible a encore frappé…

Le fait est que si les auteurs de The Limits to Growth ont certainement de nombreuses qualités, ils n’en sont pas moins de piètres économistes. À vrai dire, ils ont même totalement évacué le phénomène économique et extrapolent des tendances comme si la rareté n’avait aucune incidence sur la consommation ni la production. Ce que n’importe quel étudiant en première année d’économie sait, et que les auteurs du Club de Rome ont superbement ignoré, c’est que quand une ressource recherchée se fait rare, son prix augmente et que cette augmentation du prix, sans qu’aucune planification centralisée ne soit nécessaire, va déclencher deux types de réactions. Là encore, l’exemple du pétrole est tout à fait symptomatique des failles de des approches malthusiennes en général :

En effet, dès l’année qui suit la publication du rapport, le premier « choc pétrolier » va propulser pour la première fois le baril de brut au-delà des 40 dollars [3] et c’est à ce moment que joue le premier effet : la croissance de notre consommation, presque immédiatement, a ralenti. C’est la première réaction : quand le prix de quelque chose augmente, la consommation baisse ou, du moins, croît moins vite. De fait, cela fait maintenant quatre décennies que nous économisons cette ressource.

Prenez nos voitures par exemple : nous avons complètement changé nos habitudes de consommation pour intégrer cette contrainte de prix. La capacité d’une voiture à consommer peu est désormais un élément déterminant de nos actes d’achat et nous sommes même prêts à investir des montants conséquents dans l’acquisition des technologies les plus économes : moteurs plus performants, carburants plus efficaces, voitures hybrides, dispositifs start and go… La consommation moyenne des voitures vendues en France est passée de 8,55 litres en 1988 à moins de 7 litres actuellement et, pas plus tard qu’en février de cette année. Du coup, là où le Club de Rome tablait sur une augmentation de 3,9% par an, le rythme de progression de notre consommation de pétrole depuis 1972 n’a été que de 1,4% par an – deux fois moins vite que prévu. En quatre décennies, l’économie mondiale a réagit aux chocs pétroliers en organisant gestion de cette ressource rare mieux que n’importe quel organisme de planification.

Mais ce n’est pas tout. Une erreur commune consiste à penser que les réserves prouvées constituent le stock de pétrole disponible sur terre : ce chiffre, personne ne le connait. Par réserves prouvées, il faut entendre la quantité de pétrole qui pourrait raisonnablement être extraite des gisements connus à ce jour si les conditions économiques et techniques restent inchangées. Et voici la deuxième règle : quand le prix d’une ressource augmente, les producteurs ont toutes les incitations du monde à investir dans la recherche de nouvelles sources d’approvisionnement, de nouvelles méthodes d’exploitation ou de ressources alternatives. Et ce, d’autant plus qu’un régime de prix élevé leur en donne les moyens. « À 200 dollars le baril de pétrole, disait un de mes professeurs, on en trouvera sous votre salon. »

Repassez-vous le film des quatre décennies en question : des gisements à bas coût du moyen orient, nous sommes passés aux forages en haute mer, à la prospection en milieu extrêmes, puis aux sables bitumeux canadiens, aux pétroles de schiste et il existe même aujourd’hui quelques projets très sérieux de pétrole de synthèse [4] ! Résultat : en quarante ans, les réserves prouvées mondiales sont passées d’environ 583 milliards de barils en 1972 à plus de 1 383 milliards de barils au dernier pointage – c'est-à-dire qu’elles ont largement plus que doublé en quarante ans.

Et maintenant ? Apocalypse 2.0 !

On aurait, à bon droit, pu penser que les prophètes de l’apocalypse avaient profité de ces quatre décennies pour comprendre leur erreur. Eh bien non : figurez-vous que le Club de Rome a décidé de remettre le couvert pour les quatre décennies qui viennent en publiant ce mois-ci 2052: A Global Forecast for the Next Forty Years. Mêmes causes, mêmes effets : les auteurs n’ont manifestement toujours pas compris qu’ignorer les forces du marché revient tout simplement à raisonner en l’absence d’êtres humains, comme si nous pouvions être comparés à des branches de bois mort porté par le courant. Une fois encore, on verra des mathématiciens aux barbes vénérables nous expliquer ce que signifie une croissance exponentielle et nous rappeler que nous vivons sur le troisième caillou en partant du soleil ; une fois encore les thèses malthusiennes vont faire la une des médias et le cœur du discours politique.

Et dans 40 ans – Ô surprise – on réalisera qu’ils se sont encore une fois trompés.

---
[1] Le calcul n’a rien de sorcier ; c’est une simple division : 583 divisés par 18,8.
[2] J’utilise dans cet article les données collectées par BP.
[3] Les prix sont exprimés en dollars actuels – c'est-à-dire qu’ils sont corrigés de l’inflation. Pour information, les deux pics historiques du prix du baril sont de presque 112 dollars actuels en décembre 1979 et de 130 dollars actuels en juin 2008.
[4] Voir, par exemple, le BFS Blue Petroleum.

Sur le même thème, voir aussi cet excellent papier sur Reason.com.

Commentaires

  1. Je suis bien d'accord avec l'ensemble de ce texte très sympathique (excepté l'irritant pluriel "scénarii" au lieu de "scénarios", comme si on disait des "piani" et "lavabi" au lieu de "pianos" et "lavabos"... à ce sujet voir ici http://fr.wikipedia.org/wiki/Sc%C3%A9nario#.C3.89tymologie_et_orthographe). Ceci dit, je conseille la lecture de ce très amusant dialogue entre un physicien et un économiste :
    http://physics.ucsd.edu/do-the-math/2012/04/economist-meets-physicist/
    Une belle matière à réflexion, même si le physicien se donne sans doute un peu trop le beau rôle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le texte en lien est très bon! Réfléchir à une économie "steady state" qui permettrait de développer la qualité de vie sans consommer plus d'énergie est un véritable défi.

      Le livre de Jancovici sur le sujet "Le plein s'il vous plaît" est assez intéressant.

      Supprimer
  2. Bravo. Dans le meme esprit, lire l'excellentissime ouvrage "The Bottomless Well", dont la these peut etre resumee ainsi : plus on depense d'energie, plus on a les moyen d'en trouver de nouvelles...

    RépondreSupprimer
  3. Du temps de la révolution industrielle en Angleterre, les mêmes prophètes de l'apocalypse prédisaient que le charbon allait manqué et que toutes les machines à vapeur se trouveraient à l'arrêt.

    Comme d'habitude ils ont ignoré les capacités d'adaptation et d'innovation de l'homme.

    RépondreSupprimer
  4. glesser@enscbp.fr14/07/2012 02:59

    D’après toi l'économie, les marchés et l'humain se tirerons toujours bien en gaspillant et ayant foi en l'avenir.

    Mais qu'en est ils de la disparition des animaux, des plantes, et du fait que les ressources renouvelables soient menacés ?

    Ma réponse est qu'on suis collectivement le chemin des habitants de l'ile de Pâque, plus les ressources renouvelables disparaissent plus elle prennent de la valeur, et plus elle sont exploitées, les mettant encore plus en danger.

    La nature est un capital, on est pas riche de dépenser un capital, au contraire on s'appauvris ! la solution eu été d'entretenir ce capital et de vivre des intérets

    Marc

    RépondreSupprimer
  5. Marc,
    Justement pas. Plus une ressource est rare, plus son prix est élevé, moins on la gaspille. Typiquement, nos voitures modernes consomment beaucoup moins que celles de nos parents.
    Il n'est pas question ici d'une foi aveugle mais d'un raisonnement fondé sur la compréhension de ce qu'est fondamentalement une économie : un système social de gestion de la rareté.
    Pour les animaux, les plantes (etc.) c'est le même principe : presque toutes les espèces en voie de disparition sont victimes de ce que les économistes appellent "la tragédies des communs". N'appartenant à personne, l'intérêt bien compris de tous est d'exploiter la ressource le plus vite possible jusqu'à son épuisement (voir, par exemple les bisons d'Amérique). Poses-toi une simple question : pourquoi les éléphants d'Afrique risquent-ils de disparaître alors que leurs cousins asiatiques se portent très bien ?
    Pour ce qui est de l'île de Pâque, c'est une image qu'aiment bien prendre les malthusiens sans vraiment savoir ce qui s'est passé là-bas. J'avais trouvé un papiers de chercheurs qui développaient une théorie complètement différente (il faut que je retrouve ça).
    La nature n'est un capital que si elle appartient à quelqu'un. Les éléphants du Zimbabwe appartiennent effectivement depuis quelques décennies aux population autochtones qui, du coup, en prennent grand soin. C'est le seul pays d'Afrique où la population d'éléphants n'est pas menacée.

    RépondreSupprimer
  6. Le problème n'est pas dans les quantités disponibles mais dans le ccoût humain et écologique, votre ancien professeur le disait à demi mot le vai soucis :

    "A 200 dollars le baril on trouvera du pétrole sous votre salon."

    Ce qui implique deux choses, votre salon sera détruit et au mieux vous en changerez pour en construire un autre dans votre espace fini.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne semblez pas comprendre ou voir que " le coût humain et écologique", cela ne veut rien dire. Plus précisément, le prix, ce bon vieux prix, nous informe bien mieux de ce coût que tout autre métrique ou surtout avis politicien.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…