Accéder au contenu principal

Un gouvernement endetté et une planche à billet

C’est une histoire vieille comme le monde. De la Rome impériale au Venezuela d’Hugo Chavez en passant par l’épisode épique de la République de Weimar, c’est l’histoire d’un gouvernement endetté qui n’ose pas lever de nouveaux impôts mais qui dispose d’un monopole monétaire.

Quand l’Etat croule sous les dettes – à cause d’une guerre ou de politiques économiques ineptes – la solution naturelle consiste à augmenter l’impôt. Mais cette option présente un grand inconvénient : elle est extrêmement impopulaire et ce, en particulier quand le peuple étouffe déjà sous le poids des prélèvements obligatoires. Même le maître de Rome, pourtant peu sensible à la pression des prochaines échéances électorales, hésitait à y recourir. Pour éviter d’avoir à affronter l’ire populaire, de nombreux princes [1] eurent recours à l’expropriation – l’émission des assignats était garantie par les biens confisqués à l’Eglise – ou tout simplement à l’élimination physique des créanciers – option choisie par Philippe le Bel pour éviter de rembourser ses banquiers Templiers.

Une autre possibilité, qui relève tout autant du vol mais présente l’avantage de revêtir l’apparence d’une certaine forme de légalité, consiste à refuser unilatéralement de rembourser ses dettes. On parle alors d’un défaut de paiement. Il est de bon ton, de nos jours, de fustiger le diktat des marchés financiers qui imposent l’austérité à nos gouvernements. C’est bien sûr une fumisterie pure et simple : si vous deviez un jour décider de ne pas rembourser votre crédit immobilier, on vous enverrait la police. Mais si le débiteur indélicat est un gouvernement, non seulement il n’enverra pas sa propre police récupérer les fonds qu’il doit mais de plus, les éventuels créanciers mécontents ont les meilleures raisons du monde de se montrer discrets : un Etat n’a pas seulement une police, il a aussi une armée.

Mais dans un monde où tout se sait, un gouvernement qui pratique ostensiblement le vol ou le meurtre pour annuler sa dette peine à inspirer confiance à ses éventuels créanciers. C’est ici qu’intervient la planche à billets qui est à la fiscalité ce que les armes bactériologiques sont à la guerre : la solution la plus radicale et la plus discrète qui soit.

Pour que le système fonctionne, vous avez besoin de deux dispositifs légaux. Le premier accorde le monopole d’émission de billets de banques à une banque centrale et interdit à quiconque de lui faire concurrence (article 442-4 du Code pénal français). Le second dispositif instaure le « cours légal » de la monnaie gouvernementale ; c'est-à-dire que vous n’avez pas le droit d’utiliser d’autre monnaie que celle de l’Etat (article R642-3) et que vous n’avez pas le droit de refuser cette monnaie en paiement (article R642-2).

Une fois ces deux conditions préalables remplies, le prince dispose potentiellement de deux méthodes : la première, assez grossière, consiste à financer directement la dépense publique par la planche à billets ; la seconde, plus élégante, vise à dévaluer la monnaie afin de réduire la valeur réelle de sa dette [2]. Dans un cas comme dans l’autre, l’Etat peut donc se sortir des situations financières les plus épineuses en dévaluant la monnaie, c'est-à-dire en créant de l’inflation.

L’usage de l’inflation à des fins fiscales offre au moins deux avantages majeurs : il se passe volontiers de tout contrôle parlementaire [3] et surtout, il ne se matérialise pour le contribuable que par une hausse continue et généralisées des prix. Cette deuxième caractéristique est particulièrement appréciable dans la mesure où elle permet d’accuser les marchands, les banquiers, les riches, les juifs, les monarchistes, le clergé, les propriétaires terriens… bref, à peu près n’importe qui à l’exception notable du véritable coupable qui se trouve d’ailleurs être le premier accusateur [4].

Le prince peut alors imposer un contrôle des prix destiné à lutter contre « la rapacité des spéculateurs » ; s’en suivent invariablement des pénuries de plus en plus sévères qui donnent elles-mêmes lieu à une corruption généralisée des fonctionnaires chargés de les gérer. Le peuple furieux réclame une reprise en main de l’économie et cherche un homme providentiel pour remettre de l’ordre dans le pays. La suite, vous la connaissez : il suffit d’ouvrir un livre d’histoire.

---
[1] En application du précepte Shadock qui veut que pour qu’il y ait le moins de mécontents possibles, il faut toujours taper sur les mêmes.
[2] L’Etat doit toujours cent millions de livres… mais la valeur de la livre a été divisée par dix.
[3] Ou peut, le cas échéant, être habilement masqué par une politique de soutien aux exportations – i.e. une « dévaluation compétitive ».
[4] Pour un exemple contemporain, voir le président vénézuélien Hugo Chavez.

Article publié le 27 juillet 2011 sur 24hgold.com.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…