Accéder au contenu principal

La revolución bolivarienne ne marche plus, elle court

Jérôme Leroy, pom-pom-boy en chef du régime bolivarien de M. Chavez, nous annonce triomphalement que ce dernier a augmenté les salaires de 25% en quelques mois. Comme c’est effectivement un des grands thèmes de la communication bolivarienne du moment, je suppose que Jérôme fait référence au décret du 25 avril 2011 dans lequel M. Chavez a annoncé une hausse de 26.5% du salaire minimum vénézuélien. En effet, ledit salaire minimum était fixé à 1 223.89 bolivars depuis le 1er mai 2010 et l’administration bolivarienne l’a augmenté à 1 407.40 bolivars le 1er mai 2011 (+15%) et a annoncé qu’il passerait à 1 548.14 bolivar au 1er septembre 2011 (+26.5% par rapport à mai 2010).

Voilà donc pour le salaire minimum nominal.

Mais qu’en est-il du pouvoir d’achat des travailleurs vénézuéliens ? La question peut paraître incongrue mais, ça a manifestement échappé à notre supporter en chef du régime chaviste, il se trouve que le Venezuela subit une inflation massive ; c'est-à-dire que les prix augmentent et qu’ils augmentent très vite. Coupons cours tout de suite aux accusations qui ne manqueront pas de fuser de toutes parts et utilisons les chiffres officiels de l’administration de M. Chavez calculés par le Instituto Nacional de Estadistica et publiés par la Banco Central de Venezuela.

Du 1er mai 2010 au 1er mai 2011, le salaire minimum vénézuélien (qui ne concerne pas, je dis ça en passant, les 45% de travailleurs qui sont employés dans l’économie dite informelle) a augmenté de 15%. Or, de mai 2010 à mai 2011, l’indice des prix à la consommation vénézuélien (le très officiel Indice Nacional de Precios al Consumidor) a augmenté de 22.9%. Résultat des courses : le pouvoir d’achat d’un salarié payé au Smic local a donc régressé 7.9% en un an.

Jérôme aurait aussi pu nous indiquer que sur les trois dernières années (depuis le 1er mai 2008), M. Chavez a fait augmenter le salaire minimum de 76.1% (de 799 Bs à 1 407.40 Bs). Auquel cas, j’aurais sans doute précisé que sur cette même période l’inflation a atteint 105.6% : les prix officiels ont plus que doublé (je dis « officiels » parce que les pénuries qui frappent le régime chaviste ont naturellement permit le développement d’un marché noir sur lequel vous imaginez bien que les prix sont un poil plus élevés). Au final, le pouvoir d’achat des smicards vénézuéliens a baissé de 29.5% en trois ans (chiffres officiels, je me permets de le répéter).

Juste pour compléter, converti en dollars US, la valeur du Smic local est passée de $372 le 1er mai 2008 à $327.21 au 1er mai 2011. Vous me direz que ça ne fait que 12% de baisse ; c’est vrai mais c’est oublier qu’entre temps, M. Chavez a instauré un strict contrôle des changes et fixé la valeur du dollar US à 4.3 bolivars (janvier 2010). Outre les nombreuses pénuries que provoque cette politique (en effet, les importateurs vénézuéliens ont un mal fou à se fournir en dollars US pour acheter les biens et services qui manquent cruellement au Venezuela – voitures, médicaments etc…), elle rend toute comparaison internationale pour le moins difficile. Un indice tout de même : au marché noir, le dollar US se négocie manifestement aux alentours de 8.5 bolivars ce qui nous met le Smic de Caracas à environ $166 (55% de baisse en trois ans... oups).

Dernière bonne nouvelle, M. Chavez n’ayant toujours pas compris que c’est son usage immodéré de la planche à bolivars pour financer sa révolution qui est, pour l’essentiel, responsable de l’inflation : il a récemment conçu l’idée fort peu originale d’instaurer le contrôle des prix (Ley de Costos y Precios justos, le 22 juillet 2011).

On arrive en phase terminale, celle de la loi du maximum général.

Addendum :
Il semble que le vrai taux de change soit quelque part entre Bs 5.18 et Bs 5.65 pour un dollar US (basé sur la décote des obligations émises par Caracas). Ces chiffres sont d’ailleurs tout à fait cohérents avec l’inflation du bolivar. Le taux officiel de 4.3 est donc vraisemblablement surévalué de 20 à 31%.

Commentaires

  1. Mais quel abruti ce Chavez ! Toute la journée à brailler contre les Américains et il utilise leur dollar pour fixer la parité de sa monnaie.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…