Accéder au contenu principal

Faites confiance aux politiciens

Pour mémoire, une des propositions phares du candidat Nicolas Sarkozy en 2007.

(cliquez pour profiter d'une meilleure définition)

Commentaires

  1. Faites confiance aux économistes : pour mémoire les belles déclarations et promesses de 2007, puis la douche froide de 2008 !

    RépondreSupprimer
  2. "Faites confiance aux économistes" :

    Ça dépend lesquels. Il n'en manque pas pour avoir prononcé des mises en garde sous les quolibets des bien-pensants, de ceux qui nous expliquaient (et expliquent encore) qu'un état ne peut pas faire faillite.

    RépondreSupprimer
  3. Citations d'un économiste assez connu ici :

    http://robvstate.com/2010/01/04/bernanke-quotes/

    RépondreSupprimer
  4. 1/2


    Certains économistes ont vu les problèmes avec acuité. Voir ainsi :

    Un article de 1999 par Steven Holmes sur la pression dangereuse du gouvernement Clinton sur Fannie Mae
    http://www.nytimes.com/1999/09/30/business/fannie-mae-eases-credit-to-aid-mortgage-lending.html?sec=&spon=&pagewanted=1

    Un article de 2002 par Robert Blumen sur les dangers de "massive systemic risk" dus à Fannie Mae
    Fannie Mae Distorts Markets
    http://mises.org/story/986

    Un article de 2003 rapportant les mises en garde de Gregory Mankiw
    http://www.marketwatch.com/story/bush-adviser-warns-of-fannie-mae-freddie-mac-risks

    Répétition de la mise en garde de Mankiw en 2004
    http://www.economics.harvard.edu/faculty/mankiw/files/fanfred_ft.pdf

    Un article de 2004 par Antony Mueller sur la politique insensée de la Fed encouragée par le pouvoir politique
    Mr Bailout
    http://mises.org/story/1627

    Un article de 2004 par Christopher Mayer sur l'encouragement systémique à l'irresponsabilité des banques
    The Widening Safety Net
    http://mises.org/story/1474

    Un autre article de 2004 par Frank Shostak également sur les raisons des comportements irresponsables
    Who Made the Fannie and Freddie Threat?
    http://mises.org/story/1463

    RépondreSupprimer
  5. 2/2


    Un article de 2007 par Christopher Westley sur les prêts hypothécaires (subprimes)
    The Mortgage Market Mess
    http://mises.org/story/2555

    Un article de 2007 par Robert Blumen sur l'ineptie qu'il y a à vivre dans un monde de conte de fées où on pourrait magiquement suppléer à l'épargne par la consommation basée sur l'inflation via une dette gagée sur rien
    The Financial Apocalyptics Are Back
    http://mises.org/story/2637

    Peter Schiff was right in 2006, 2007 (sur la richesse artificielle ; un économiste perspicace prend le contrepied des affirmations irresponsables de gens qui parfois lui rient au nez, dont Arthur Laffer : Schiff prétend qu'il faut produire et épargner)
    http://www.youtube.com/watch?v=A92VUmEw-gU

    -------------

    La majorité des économistes ont été peu perspicaces, étant prisonniers d'idées qui leur faisaient croire à une illusion de l'abondance perpétuelle. Quelques exemples :


    La réponse à la question n° 1 du NABE Economic Policy Survey (échantillon d'économistes américains) d'août 2006
    (National Association for Business Economics, Washington)
    http://nabe.com/publib/pol/06/08/pol0608data.pdf

    DSK, directeur du FMI : la crise des subprimes ne menace pas la croissance, juin 2008
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique_eco/20071001.OBS7482/dsk__la_crise_des_subprimene_menace_pas_la_croissance.html

    L'aveu un peu tardif (mai 2009) d'une politique monétaire laxiste
    http://online.wsj.com/article/SB124208327133908471.html

    RépondreSupprimer
  6. Curmudgeon,
    M'enverriez-vous un petit mail ?

    RépondreSupprimer
  7. A propos des machines à mouvement perpétuel, et pour rire un peu : cette vidéo qui a un petit succès aux Etats-Unis. Un interviewer pince-sans-rire très très irritant, Jan Helfeld, fait l'andouille. Il n'arrête pas de poser une question à un membre de la Chambre des Représentants, Pete Stark (Californie), très imbu de sa personne, et arrive à coincer ce dernier.

    Helfeld veut faire confirmer par Stark que sa doctrine est bel et bien : "plus on est endetté, plus on est riche" [quand il s'agit d'un Etat, bien sûr , car là, des processus magiques opèrent]. Stark finit par péter les plombs. Ça finit par : "Foutez-moi le camp vite fait ou je vous passe par la fenêtre".

    On compatit : si maintenant on ose exiger des réponses claires, sensées et cohérentes des politiciens, où va-t-on ?

    http://www.youtube.com/watch?v=UjbPZAMked0

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…