Accéder au contenu principal

De la dévaluation

50 000 bolivars

On appelle dévaluation l’opération qui consiste à faire baisser la valeur de votre monnaie par rapport à une ou plusieurs autres. Dans le cas qui nous occupe, le programme du Front National, l’idée est d’abandonner l’euro, de le remplacer par un nouveau franc à raison d’un franc pour un euro puis, de dévaluer le franc de telle sorte que, par exemple, le franc ne vaudra plus un euro mais 80 centimes d’euros.

D’une façon générale, une dévaluation revient toujours à faire baisser la valeur d’une monnaie ou à reconnaître officiellement que son cours actuel, fixé arbitrairement ou administré, ne reflète plus la réalité du marché. C’est très important : mêmes les régimes les plus autoritaires ne peuvent pas s’absoudre de la réalité du marché pour la bonne et simple raison que, s’ils contrôlent leur population, ils ne contrôlent pas le monde entier. Concrètement, un État français autoritaire peut imposer aux français d’acheter le dollar à un certain prix mais ne peut pas imposer aux américains de nous le vendre à ce prix-là.

Comment l’État français s’y prendrait-il pour faire baisser la valeur du franc ? Rien n’est plus facile : il suffit d’en imprimer et d’inonder le marché avec ; chose qui, dès lors que nos monnaies modernes ne sont garanties par rien d’autre que par le bon vouloir de nos dirigeants, peut se faire à volonté et pour un coût virtuellement nul [1]. C’est-à-dire que si le Front National prend le contrôle de la Banque de France et décide de faire plonger la valeur du franc de 99% face, par exemple, au dollar, il lui suffit de faire imprimer des centaines de milliards de francs et de les utiliser pour acheter des dollars. Effet garanti.

Ceci étant posé, la mise en œuvre de ce type de politique dépend en grande partie du régime de change en vigueur. Il en existe principalement trois.

Régime de change autoritaire

Dans un régime de change autoritaire, la parité du franc par rapport aux autres devises serait fixée arbitrairement par les pouvoirs publics. Concrètement, ça signifie qu’il n’y a pas de marché : si vous avez besoin, par exemple, de dollars pour payer des produits que vous importez des États-Unis, vous devez vous adresser à une officine de l’État [2] qui vous échangera vos francs contre des dollars au taux de change officiel et, naturellement, dans la limite des stocks disponibles. Évidemment, toute autre forme de transaction est illégale.

Dans un régime de change autoritaire, la décision de dévaluer et donc purement politique : elle intervient habituellement quand l’État estime que le rationnement en devises étrangères pénalise l’économie. C’est typiquement la situation que nous avons connu, en France, dans l’immédiat après-guerre : le taux de change du franc face au dollar avait été fixé à 50 francs pour un dollar ; sauf qu’à ce prix, aucun détenteur de billet vert n’acceptait de les échanger contre des francs — autant dire que le rationnement était sévère. Pour pouvoir rejoindre le système de Bretton Woods, à la toute fin de l’année 1945, il a donc fallu dévaluer le franc massivement à 119.11 francs pour un dollar, soit une dévaluation de 58%.

Plus proche de nous dans le temps, c’est aussi la situation que connait le Venezuela depuis plusieurs années : le gouvernement bolivarien ayant fait un usage immodéré de sa planche à billets [3] — notamment pour financer ses programmes sociaux — la valeur réelle du bolivar fuerte s’est effondrée de telle sorte qu’au cours officiel, le gouvernement ne parvient plus à fournir des dollars ; d’où les pénuries d’à peu près tout que connaissent les vénézuéliens et les dévaluations successives du taux de change du bolivar qui n’est, du coup, plus si fuerte que ça (euphémisme).

Régime de change administré

Un autre régime plus souple, c’est le régime de change administré. Dans ce système, l’État fixe la valeur cible de sa monnaie, à plus ou moins quelque chose près, par rapport à une ou plusieurs monnaies de référence. Il y a donc un marché sur lequel vous et moi pouvons intervenir plus ou moins librement [4] et c’est la banque centrale qui se charge de maintenir le cours de la monnaie nationale dans les bornes fixées par l’État en en vendant quand elle devient trop chère ou en en achetant quand son cours baisse trop.

Évidemment, ça n’est pas symétrique : pour les raisons expliquées plus haut, il serait très facile pour la Banque de France de créer des francs ex-nihilo et de s’en servir pour racheter, par exemple, des dollars. En revanche, l’opération inverse est forcément limitée par le stock de dollar dont dispose la Banque de France : si l’État abuse de sa planche à billet et donc, que la valeur de marché du franc baisse continuellement, la Banque de France finira par être à court de dollars. C’est à ce moment qu’intervient la dévaluation : quand la banque centrale ne parvient plus à enrayer la baisse du cours de sa monnaie.

C’est ce type de régime que nous avons connu avec Bretton Woods de 1945 à 1971 (je raconte l’histoire ici) puis avec le serpent monétaire (1972-1976) et le système monétaire européen (1979-1998, voir ici pour les détails). Si l’on met de côté la décennie gaullienne (les années 1960) et la période du franc fort (de 1986 à 1998), le reste n’a été qu’une suite de dévaluations du type de celle décrite ci-dessus. Au total, du jour de leur mise en circulation à l’avènement de l’euro, les nouveaux francs que Charles de Gaulle souhaitait forts ont perdu près de 65% de leur valeur par rapport au deutschemark [5].

Régime de change flottant

Dans un régime de change flottant, le cours des devises varient librement sur le marché en fonction de l’offre et de la demande. Ça ne signifie bien sûr pas que les banques centrales n’interviennent pas mais elles n’ont pas d’objectif fixe : seuls compte les objectifs macroéconomiques de croissance, d’emploi et de stabilité des prix. C’est dans ce type de régime qu’évoluent aujourd’hui les principales monnaies internationales dont, évidemment, l’euro depuis sa création le 1er janvier 1999.

Dans ce cadre, une dévaluation consisterait simplement à imprimer des francs et à les utiliser pour acheter les devises par rapport auxquelles le gouvernement souhaiterait voir le franc se déprécier. Paradoxalement, c’est dans ce type de régime qu’une dévaluation est la plus facile à mettre en œuvre : pas d’accords internationaux à renégocier ni de loi à modifier ; la seule limite, évidemment, ce sont les manœuvres de rétorsion de nos partenaires commerciaux qui peuvent se mettre eux-aussi à dévaluer — auquel cas on rentre dans une guerre monétaire [6].

C’est-à-dire qu’une dévaluation, fondamentalement, c’est une politique inflationniste. Peu importe les calculs savants de ceux qui veulent nous démontrer que seuls les coûts des produits importés augmenteront, les francs créés par une dévaluation finiront tôt ou tard par revenir chez nous — notamment en paiement de nos exportations — et ça créera de l’inflation. Nécessairement. Après, tout est une question d’ampleur et de contrôle et l’expérience prouve que confier une planche à billet à des pieds nickelés, généralement, ça fini très mal.

---
[1] Les pièces et les billets, évidemment, coûtent un peu d’argent puisqu’il faut payer du papier, de l’encre, des imprimantes et de la main d’œuvre. Mais l’essentiel de la monnaie que nous utilisons aujourd’hui étant électronique, ça ne coûte presque rien.
[2] Ou à des opérateurs agréés par ce dernier.
[3] Détail amusant : les billets physiques sont imprimés par une société anglaise qui, faute d’être payée, menaçait récemment de cesser de fournir le régime de Caracas. Comme quoi ça ne coûte pas tout à fait rien.
[4] Parfois pas du tout : ça a longtemps été le cas en France.
[5] La dernière séquence de dévaluations a eu lieu entre 1981 et 1983, au début du premier septennat de François Mitterrand et s’est accompagnée de politiques protectionnistes et de nationalisations (notamment bancaires) — en gros ce que veut faire le FN.
[6] C’est précisément ce que les accords de Bretton Woods voulaient éviter de la même façon que les accords du GATT visaient à mettre fin au protectionnisme. Il faut croire que, du point de vue de ceux qui ont vécu le déclenchement de la seconde guerre mondiale, le nationalisme économique n’y était pas étranger.

Commentaires

  1. Ca fait plaisir de vous (re)lire, merci pour tous ces excellents articles !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…