Accéder au contenu principal

Pas le pyramidion que vous cherchiez

(Cet article fait partie d’une série dans laquelle je m’amuse à démonter les théories ésotériques avancées par Jacques Grimault, principalement dans La révélation des pyramides.)

Parmi les obsessions de Jacques Grimault, le pyramidion retrouvé aux pieds de la pyramide rouge se pose là. Dans La révélation des pyramides, vers 1:10:23, la narratrice raconte :

« Je découvris alors ce que j’avais pourtant eu sous les yeux pendant longtemps. Non seulement il indiquait le mètre puisqu’il mesurait précisément un mètre de haut mais en plus il donnait la valeur de Pi en mètres car 1.57 mètre plus 1.57 mètre égale 3.14 égale Pi en mètres. […] Ce pyramidion était pourtant une maquette de la grande pyramide […] En fait ce pyramidion était très probablement la pointe de la grande pyramide qu’on avait jamais retrouvé. »

D’abord, il ne mesurait pas « précisément un mètre de haut ». Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, le pyramidion en question a été découvert dans un tel état de délabrement que toute mesure précise est largement sujette à caution. La largeur des côtés de sa base était sans doute de 157 cm (soit 3 coudées royales de 52.35 cm) mais, avec une pente de 54° 30’ (ce qui correspond à un seked de 5 paumes) sa hauteur ne pouvait pas être de 100 cm. Selon Corinna Rossi [1], il mesurait à peu près 110 cm.

Ensuite, nous revoilà encore avec des mètres dans les pyramides, hypothèse parfaitement absurde puisque, je le rappelle, notre mètre n’est pas seulement le fruit de notre avancée technologique : c’est aussi une convention purement arbitraire doublée d’une erreur de mesure. La probabilité pour qu’une éventuelle civilisation antérieure à la nôtre ait fait le même choix et la même erreur est proprement infinitésimale. Bref, non, ça ne fait pas 3.14 mètres mais 6 coudées royales.

Enfin, ce pyramidion ne peut pas être celui de la grande pyramide de Khéops (et encore moins une maquette) : au-delà du fait qu’on l’a retrouvé à Dahchour et pas à Gizeh, il n’a surtout pas les mêmes proportions : la pyramide a été conçue avec un seked de 5½ paumes tandis que ce pyramidion l’a été avec un seked de 5 paumes. C’est précisément à cause de cette pente élevée qu’on doute qu’il ait pu coiffer la pyramide rouge et ce n’est pas pour rien que personne n’a jamais pensé à la pyramide de Khéops : ça ne colle pas.

---
[1] Corinna Rossi, Note on the Pyramidion Found at Dahshur (1999).

Note du 2016-09-13 : Selon Corinna Rossi, l’hypothèse la plus vraisemblable est que ce pyramidion avait été conçu pour la pyramide rhomboïdale, également à Dahshour (elle est à 2 km de la pyramide rouge) et également attribuée à Snéfrou. La raison en est fort simple ; cette pyramide a été construite en 3 étapes : d’abord avec seked de 4 paumes mais ça n’a pas tenu ; dans un second temps, ils l’ont élargie et ont augmenté le seked à 5 paumes mais ça restait trop lourd ; raison pour laquelle elle a finalement cette forme si particulière. Le pyramidion était donc prévu pour la phase 2 mais n’a, du coup, pas été utilisé.

Commentaires

  1. la chambre du roi avec ses supports en granit ressemble au symbole djed des egyptiens le granit est composé de quartz avec le pyramidion sur cheops cela pourrait devenir un capteur cosmotellurique???

    RépondreSupprimer
  2. la constellation d'orion est constituée de sept etoiles les trois centrales sont représentées par les trois pyramides mesurons la distance entre les étoiles reportons les sur la distance entre les trois pyramides , reportons la distance des quatres autre étoiles d'orion il se pourrait qu'en creusant aux endroits reportés en égypte il pourrait y avoir des découvertes superbes???

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…