Accéder au contenu principal

Les plans de l’ennemi

La stratégie de l’adversaire nous est connue. Elle est née sous la plume d’un certain Abou Moussab al-Souri [1], un djihadiste originaire de Syrie souvent présenté comme la tête pensante d’al-Qaïda. Fin 2004 ou début 2005, al-Souri a publié un Appel à la résistance islamique globale, un pavé de 1 600 pages dans lequel il théorise le nizam, la tanzim (« un système, pas une organisation »), le djihad décentralisé à l’échelle planétaire, lequel peut se résumer par son mode opératoire et son objectif stratégique.

Le mode opératoire, c’est la décentralisation. L’idée défendue par al-Souri, c’est une sorte de jihad open source dans lequel le rôle de la structure centrale — aujourd’hui l’État Islamique — se limite pour l’essentiel à inspirer des « loups solitaires » ou de petites cellules autonomes qui agissent en son nom mais sans bénéficier d’un réel soutien logistique. C’est le concept clé du nizam, la tanzim : en l’absence d’organisation structurée on se limite à de petites opérations symboliques mais on n’est d’autant plus difficile à repérer.

L’objectif de ce « jihad du pauvre » est assez bien décrit par ce que Yuval Noah Harari appelle la stratégie de la mouche. Ce que l’État Islamique (la mouche) cherche à obtenir de nous (l’éléphant), c’est une violente poussée d’islamophobie qui, espèrent-ils, poussera les musulmans qui vivent parmi nous dans leurs bras. J’insiste : il n’y a là aucune interprétation de ma part ; c’est explicite dans le texte d’al-Souri et c’est exactement ce qu’écrit Daesh dans sa propagande [2] :

« Les musulmans des pays occidentaux vont maintenant rapidement se retrouver face à un choix, soit ils s’apostasient et adoptent la religion mécréante propagée par Bush, Obama, Blair, Cameron, Sarkozy et Hollande pour vivre au milieu des mécréants, soit ils font leur hijra [3] jusqu’à l’État Islamique et ainsi échappent à la persécution des gouvernements et citoyens croisés. »

Face à ça, ma conviction personnelle c’est que nous devons mener un combat sur deux fronts. Le premier, c’est celui du renseignement ; l’ensemble des méthodes et organisations que nous mettrons en place pour repérer et neutraliser les cellules adverses avant qu’elles ne passent à l’acte. Le second front, c’est celui des idées ; c’est la stratégie que nous devons mettre en œuvre pour anéantir la propagande de Daesh et donc sa capacité de recrutement.

---
[1] Né Mustafa bin Abd al-Qadir Setmariam Nasar.
[2] Dabiq, février 2015.
[3] Hégire, l’immigration des musulmans en terre d’Islam. Il semble que, face à ses revers récents sur le terrain, le discours de l’État Islamique a quelque peu évolué sur ce point : ils recommandent désormais aux candidats djihadistes de frapper là où ils vivent.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…