La surveillance de masse est statistiquement inopérante

Au chapitre des fausses bonnes idées en matière de lutte antiterrorisme, la surveillance de masse – ou le chalutage si vous préférez – continue manifestement à faire rêver celles et ceux qui nous gouvernent ou prétendent le faire. Au-delà des évidentes questions morales que ce type de système pose, il y a un aspect qui semble ne pas être encore tout à fait évident pour tout le monde : la surveillance de masse, ça ne fonctionne pas.

Je reposte ici un papier initialement publié le 10 avril 2015 qui faisait suite à cet article.

« La grande question que nous devrions tous nous poser est : sachant que notre système de surveillance vient de générer une alerte, quelle est la probabilité qu’il ait effectivement repéré un terroriste ?

« Pour répondre à cette question, nous allons devoir faire appel au théorème de Bayes et évaluer trois probabilités :

« Primo, la fréquence de base ; c’est-à-dire la proportion de terroristes dans la population – le chiffre de 3 000 individus circule ce qui, rapporté à la population française âgée de 20 à 64 ans (37,8 millions d’individus [1]) nous donne une fréquence de base de l’ordre de 0,008%.

« Deuxio, le taux de précision du système de surveillance ; c’est-à-dire la probabilité qu’un terroriste génère effectivement une alerte – par hypothèse, nous allons retenir un taux extrêmement élevé de 99%.

« Tercio et pour finir, nous avons également besoin du taux d’erreur ; c’est-à-dire de la probabilité qu’un innocent soit accusé à tort par le système – prenons, là encore, une hypothèse très optimiste de 1%.

« Ce que nous dit le théorème de Bayes c’est qu’avec ces paramètres, la probabilité qu’une alerte ait effectivement identifié un terroriste est de l’ordre de 0,78%. Non, ce n’est une typo : concrètement, notre système va générer 380 940 alertes dont 2 970 vrais positifs (99% des 3 000 terroristes) et 377 970 faux positifs : soit 1% des 37 797 000 citoyens innocents comme vous et moi.

« En d’autres termes, même en prenant des hypothèses hautement irréalistes quant au taux de précision et au taux d’erreur d’un hypothétiques système de surveillance de masse, on aboutit à rien d’autre qu’une déperdition colossale d’énergie. La surveillance de masse en matière d’antiterrorisme est statistiquement impossible. »

Addendum (2016-07-19 @ 13:42) : juste pour que les choses soient claires : cet argument n’a rien de nouveau ; c’est un biais cognitif classique depuis les années 1970 (on utilise habituellement l’exemple d’un test pour une maladie rare). Il existe même une fiche sur Wikipédia.

---
[1] Au 1er janvier 2015 selon l’Insee.

2 commentaires:

  1. Guillaume, ne peut-on pas transposer l'impossibilité de la surveillance de masse dans l'économie administrée, vu que les planificateurs ont besoin de collecter une information d'une certaine qualité pour savoir quels choix économiques adopter ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c’est un autre problème. L’impossibilité d’une planification systématique tient plus, je crois, à la révélation des préférences individuelles, à l’impossibilité de prioriser en l’absence de prix de marché, à la complexité des chaînes de production et à l’absence de feedback (pertes) de ce type de systèmes.

      Supprimer

Cheval de fer, acte II

La première partie est ici. Quand John Kennedy s’y était installé au tout début des années 1790, Manchester n’était encore qu’un gros bour...