Accéder au contenu principal

The Island, le communisme, les choix collectifs, la croissance et l'emploi.

Vous avez peut-être déjà suivi un ou plusieurs épisodes de The Island sur M6. Si ça n’est pas le cas, on peut décrire cette émission comme une sorte de Kho-Lanta sans Denis Brogniart, ses jeux, ses sacs de riz et ses réserves d’eau potable. The Island, à quelques détails près [1], c’est l’état de nature : une quinzaine d’homo sapiens qui se retrouvent parachutés sur une île perdue au milieu du pacifique et qui doivent se débrouiller pour y ternir 28 jours.

Concrètement, sa signifie que les candidats de The Island, se retrouve dans une sorte de stade ultime de la décroissance, un retour aux origines de notre espèce : pour boire, il faut trouver de l’eau (en général dans une mare d’eau plus ou moins boueuse) ; pour manger, il faut chasser, pêcher ou cueillir (pas le temps de passer à la phase agricole) ; pour dormir au sec, lutter contre le froid ou faire cuire des aliments, il faut faire du feu et se construire un abri. Bref, c’est la nature, la vraie ; une nature qui n’a rien à voir avec les potagers de la place de la République [2] ; une nature avec moustiques, orages et plantes qui piquent dans laquelle Jean-Vincent Placé et Emmanuelle Cosse ne tiendraient sans doute pas plus de vingt-quatre heures.

Communisme réel

Ce que ce retour aux sources a de fascinant, entre autres choses [3], c’est qu’il nous permet d’observer comment un groupe d’homo sapiens s’organise pour faire face. Très naturellement, dès lors que nous avons affaire à de petites communautés, le mode d’organisation est clairement communiste. C’est-à-dire, pour simplifier, que tout le monde s’assoie en rond, décide collectivement de qui fait quoi (« de chacun selon ses facultés… ») et que le fruit de ce travail collectif est ensuite partagé entre tous (« à chacun selon ses besoins » [4]).

À vrai dire, j’idéalise un peu. En général, l’assemblée générale autour du feu n’a pas vraiment lieu : ce sont quelques membres de la communauté qui se mettent spontanément au travail et qui, lassés de voir les inévitables passagers clandestins se faire dorer la pilule sur la plage, finissent par les rappeler à l’ordre. Sur The Island, il semble que ça fonctionne assez bien ; la pression sociale du groupe joue son rôle et les touristes finissent par contribuer à l’effort collectif [5].

C’est une illustration parfaite du problème fondamental de toute société humaine : la coordination de l’effort de production de richesses et la répartition d’icelles. En l’espèce, s’agissant d’un groupe d’une quinzaine d’individus [6], chacun agit nécessairement au vu et au su de tout le monde ce qui fait qu’une stratégie de passager clandestin est presqu’impossible à mettre en œuvre sans s’attirer les foudres de la communauté [7]. Bref, les candidats de The Island créent spontanément des sociétés communistes qui, à quelques frictions près, sont en général tout à fait fonctionnelles.

Les choix collectifs

Un des aspects essentiels qui rend cette coordination possible, c’est que le projet collectif sur lequel les candidats doivent se mettre d’accord est extrêmement simple. Il n’est pas question de voter des dizaines de milliers de lois ou de bâtir un système fiscalo-redistributif à la française : il faut trouver de l’eau et à manger, faire du feu et construire un abri. C’est simple, basique, chaque membre de la communauté est à même de comprendre l’ensemble des tenants et des aboutissants de l’affaire et de mesurer en quoi, précisément, il a tout intérêt à collaborer avec le groupe.

C’est, je crois, très riche en enseignements pour le fonctionnement d’une démocratie ou, plutôt, d’une république constitutionnelle [8]. L’adhésion à un projet commun tient essentiellement au fait qu’il est compréhensible de tous et que, dès lors, chaque citoyen est en mesure d’en mesurer les effets, à commencer par ceux qui le concernent directement. Dans un pays comme la France où, vous me l’accorderez, ni les juristes les plus chevronnés ni la représentation nationale ne peuvent se targuer de connaître les lois — toutes les lois — qui sont supposées régler notre vie commune, il n’est pas tout à fait étonnant que la politique rencontre une certaine défiance.

Quoiqu’il en soit, le projet des candidats de The Island est simple et peut, finalement, se résumer en peu de mots : il faut produire des richesses. C’est-à-dire que la fin du travail, sur l’île en question, n’est pas du tout à l’ordre du jour : tous ont parfaitement conscience que plus ils travaillent, chacun individuellement et tous collectivement, meilleures seront leurs conditions de vie. Ça ne fait pas l’ombre d’un doute : des notions telles qu’une insuffisance de la demande agrégée qui provoquerait du chômage, dans ce monde simple, n’ont pas le moindre sens.

La poule et l’œuf

C’est-à-dire que nos candidats en reviennent à une conception extrêmement simple de l’économie : une conception dans laquelle ce n’est pas la croissance — présumée exogène — qui créé du travail mais, au contraire, le travail qui créé des richesses ce qui fait que c’est en travaillant plus ou en améliorant la productivité du travail qu’on créé de la croissance. C’est simple, basique et concret. Ça fonctionne comme dans votre couple : si vous êtes deux à travailler, vous créez plus de richesses et donc, vous pouvez consommer plus.

Je ne résiste pas, à ce propos, à partager ce petit graphique réalisé à l’aide des données du Conference Board. Vous y trouverez, pour 21 pays d’Europe de l’ouest [9], le pourcentage de la population employée — c’est-à-dire le nombre de gens qui, en 2015, ont eu une activité rémunérée rapporté au total de la population — comparé au Produit Intérieur Brut par habitant, en milliers de dollars au taux du marché.

Alternativement, vous pouvez aussi allumer quelques cierges en espérant que la croissance revienne d’elle-même. On ne sait jamais, sur un malentendu…

---
[1] En réalité, outre qu’ils peuvent se faire rapatrier à tout moment, ils disposent d’un équipement certes minimal mais qui aurait fait pâlir Ötzi de jalousie — bref.
[2] Ceux des #NuitDebout qui, pour ce faire, ont délogé quelques-unes des dalles posées en 2013 (pour 24 millions d’euros).
[3] Il y a des tas de choses intéressantes en fait. Par exemple, d’un point de vue purement biologique, ce sont souvent les plus sportifs — les plus gros consommateurs d’énergie — qui souffrent le plus (cette saison c’est notamment le cas de Julien, le banquier à la carrure de rugbyman et d’Alain, le cadre informatique).
[4] Louis Blanc, Organisation du travail (1839).
[5] C’est, d’ailleurs, une des grandes différences avec Kho-Lanta où, pour tout un tas de raisons, la stratégie du passager clandestin s’avère souvent payante.
[6] C’est ma petite marotte (qui fait beaucoup rire @rubin) : je suis convaincu qu’une société communiste ne peut fonctionner qu’en deçà du nombre de Dunbar (voir L’intérêt général et le nombre de Dunbar) ; au-delà, aucune coordination n’est possible sans marché.
[7] Voir, par exemple, Simon Gächter et Ernst Fehr, Cooperation and Punishment in Public Goods Experiments (HT, Michel Goya)
[8] Si cette subtilité vous échappe, relisez Aristote : la democratia est une dégénérescence de la république constitutionnelle.
[9] Autriche (AT), Belgique (BE), Chypre (CY), Danemark (DK), Finlande (FI), France (FR), Allemagne (DE), Grèce (GR), Islande (IS), Irlande (IE), Italie (IT), Luxembourg (LU), Malte (MT), Pays-Bas (NL), Norvège (NO), Portugal (PT), Espagne (ES), Suède (SE), Suisse (CH), Turquie (TR, oui, je sais, mais ce n’est pas le sujet) et Royaume Uni (GB).

Commentaires

  1. Peut-être qu'avec le transhumanisme, et grâce à la télépathie des modes de sociétés "collectivistes" pourraient fonctionner de façon relative, non sous optimal, et substituer ainsi les systèmes de marchés, notamment de prix.

    (Le principal problème du collectivisme, via la planification centralisée, c'est l'incalculabilité, bref résoudre P = NP, posséder l’omniscience et l'omnipotence un pouvoir divin.)
    Mais pour établir une telle société collectiviste fonctionnelle (non sous optimale) de millions d'individus, il faudrait supprimer en quelque sorte l'individualité... fusionner les gens par la technique.
    Peut-être verrons-nous dans 20 ans des partis prônant une unicité technologique, radicale, coercitive envers l'individualité pour former une seule Humanité, un seul cœur, une seule âme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces sociétés auraient un slogan : resistance is futile.

      Supprimer
  2. L'ireland est étrangement placée...

    Quelle est l'explication ?

    RépondreSupprimer
  3. J'avais pas vu le luxembourg....

    CQFD....

    RépondreSupprimer
  4. Le cierge gros comme une colonne de temple grec ou mieux de temple égyptien s'impose!!!

    RépondreSupprimer
  5. La durée de résistance attribuée à JVP est sous estimée. Aucun PV de stationnement à redouter durant tout son éventuel séjour...

    RépondreSupprimer
  6. Mais comment explique t on la position du Luxembourg ? Quasi 100% de la population y aurait un revenu d'activité?
    Il applique la méthode attalienne qu'Attali oublie d' appliquer à son endroit: euthanasie des vieux >70ans ou méthode plus soft, déchéance de nationalité pour les sortir de cette envieuse statistique???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose que la population employée au Grand Duché compte un bon paquets de français (ce doit être aussi le cas, bien que dans une moindre mesure, en Suisse).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Nombre d'heures travaillées par an et pour 100 personnes

Selon les données de l’OCDE pour 2015, le taux d’emploi de la population française âgée de 15 à 64 ans était de 63.8%. C’est-à-dire que sur 100 personnes en âge de travailler, un peu moins de 64 ont effectivement occupé un emploi — fût-ce à temps partiel — durant l’année considérée. Par ailleurs, selon la même source, le temps de travail annuel moyen des français qui ont travaillé en 2015 s’établissait à 1 482 heures [1].En croisant ces deux données, on peut facilement estimer le nombre d’heures de travail fournies en une année par 100 français en âge de travailler : ça fait environ 94 552 heures. Juste pour remettre ce chiffre dans son contexte, voici ce que ça donne pour tous les pays pour lesquels les données sont disponibles dans les bases de l’OCDE : Juste pour votre information, pas moins de 84.7% des islandais âgés de 15 à 64 ans travaillent (c’est le record du panel) et ils travaillent en moyenne 1 880 heures par an. Ce sont les mexicains et les coréens (du sud) qui, lorsqu’ils…