Accéder au contenu principal

Département des effets inattendus : la baisse des taux et les rentes

Supposez, par exemple, que nous souhaitions valoriser une rente d’un euro versé tous les ans au cours des trente années à venir le tout, assorti du plus haut niveau de garantie disponible.

Il existe une méthode très simple pour faire cette sorte de calcul : elle consiste tout simplement à se demander combien nous devrions épargner aujourd’hui pour reproduire les mêmes effets ; c’est-à-dire obtenir un euro tous les ans pendant trente ans avec la sécurité qu’apporte la signature d’un États de la zone euro notés Aaa.

Concrètement, le calcul consiste à former un portefeuille théorique de trente obligations zéro coupon — des obligations dont le capital et les intérêts sont remboursés en une seule fois à l’échéance — de telle sorte que la première soit remboursée, principal et intérêts, à hauteur d’un euro dans exactement un an, que la seconde soit pour un euro dans exactement deux ans et ainsi de suite, jusqu’à obtenir la série de flux prévisionnels désirée.

Les données étant gracieusement mises à notre disposition par la Banque Centrale Européenne, vous pourrez facilement vérifier qu’une telle rente valait environ 16.9 euros [1] le 7 avril 2006 et, au 8 avril 2016, vaut désormais 27.2 euros — soit une progression de plus de 60% en dix ans ; laquelle est intégralement imputable à la baisse des taux c’est-à-dire à la politique monétaire mise en œuvre par la banque centrale.

C’est-à-dire qu’à l’heure où, au regard des résultats obtenus ces dernières années, on peut légitimement s’interroger sur l’efficacité de l’action du planificateur monétaire (c’est un euphémisme), il est en revanche un effet de sa politique qui est tout à fait indiscutable : c’est l’explosion de la valeur des rentes.

Schématiquement, deux cas peuvent se présenter : si vous disposiez déjà d’une rente — sous la forme d’un portefeuille obligataire ou de droits à la retraite publique (dont l’administration nous dit, Ô ironie, qu’elle ne vaut rien [2]) — vous avez vu la valeur de votre patrimoine économique réel augmenter considérablement tandis qui si vous devez vous constituer une rente aujourd'hui, vous devez désormais épargner beaucoup plus et donc, consommer moins.

C’est mathématique. Si l’on suppose que la constitution d’un capital pour ses vieux jours fait partie des choses normales de la vie [3], une baisse des taux généralisée implique un effort d’épargne plus important et donc, une consommation moindre.

---
[1] Les taux donnés par la BCE sont des taux continus, la valeur présente de chaque euro est donc égale à l’exponentielle du taux multiplié par le nombre d’années qui nous sépare du paiement multiplié par moins un.
[2] La retraite par répartition est la grande absente de tous les débats sur les inégalités de patrimoine. L’ironie vient du fait qu’officiellement elle ne vaut rien ; c’est-à-dire que l’État lui-même — via son administration fiscale — fait comme si ses promesses n’avaient aucune valeur.
[3] Contrairement à une idée largement reçue, les rentiers — celles et ceux qui vivent des intérêts produits par leur capital — ne sont que très rarement de jeunes et riches oisifs qui ont perdu leurs parents avant l’heure. L’écrasante majorité des rentiers sont en fait des retraités qui vivent d’une épargne constituée durant une vie entière de travail.

Commentaires

  1. Si on peut critiquer la BCE sur le bien fondé des mesures prises sur l'économie réelle (on note encore aujourd'hui une consommation atone et donc une absence d'inflation), je pense que le phénomène que vous décrivez constitue un effet de bord anecdotique par rapport au reste de l'économie.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas sûr que cela soit si anecdotique, car ce mécanisme renforce la distorsion (ou appelons la inégalité) entre citoyens de différents statuts.
    Dans un système de retraite par répartition, les citoyens dont calcul de la pension de retraite est le plus avantageux se retrouvent de fait encore plus avantagés, tant que ceux contraints d’épargner sont encore plus fragilisés.
    Or il ne vous aura pas échappé que pour que les pensions des premiers soient versées, il faut que les seconds continuent à produire et consommer, en plus d’épargner

    JeanBart

    RépondreSupprimer
  3. Mais pourquoi alors Mr Schäuble milite pour la hausse des taux? Puisqu'elle baissera la valeur mathématique de la retraite par capitalisation déjà investie, bien qu'elle haussera le YTM de la nouvelle?

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de lire ton commentaire JeanBart, cela répond à ma question ci haut. Merci
    Mehdi

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…