Accéder au contenu principal

Shadow capital

Question : combien vaut une rente de 1 000 euros annuels, payables dans un an et pour les 17 années suivantes, le tout assortie d’une garantie publique notée Aaa ?

Une manière simple de répondre à cette question consiste à reproduire le portefeuille d’obligations d’État qui permettrait d’obtenir le même résultat. En l’occurrence et sur la base des données de la BCE (au 19 mai 2014), il vous faudra placer un total de 14 640,5 euros répartis (je vous passe les détails) sur des émissions à 1, 2, 3, … 16 et 17 ans.

Maintenant, prenons le cas d’un groupe d’individus qui, en moyenne, prennent leur retraite à 65 ans, peuvent compter sur une espérance de vie de 82 ans [1] et touchent une pension garantie par l’État de 32 400 euros par an. Comme précédemment, on peut estimer la valeur actualisée de cet avantage à environ 474 353 euros. C’est-à-dire que lorsqu’un des membres de ce groupe théorique [2] part à la retraite, il reçoit sous forme de rente l’équivalent de près d’un demi-million d’euros ; sachant, vous l’aviez compris, que plus les taux sont bas, plus la valeur actuelle nette du package est élevée (et je vous passe les aspects fiscaux).

En gardant cette idée en mémoire, demandez-vous pourquoi l’homo sapiens typique cherche à se composer un patrimoine durant toute sa vie active. Bien évidemment et dans l’immense majorité des cas, il essaie de se constituer un socle de capital qui, une fois l’heure de la retraite venue, lui permettra de cesser de travailler et de profiter de ses vieux jours. Il existe, bien sûr, d’autres motifs à plus court terme — épargne de précaution (assurance santé ou chômage), études des enfants, projet d'acquisition… — mais vous me permettrez de me limiter à celui qui me semble le plus important : l’épargne-retraite [3].

De là, vous pouvez imaginer le cas de Paul et Jacques, deux individus qui, le même jour, prennent leur retraite. Ils ont tous les deux 65 ans, peuvent tous les deux compter sur une espérance de vie de 82 ans et, l’un comme l’autre, se sont arrangés pour toucher un revenu annuel de 32 400 euros pendant dix-sept ans. Seulement voilà, là où Paul a épargné toute sa vie et vient de constituer le portefeuille obligataire que j’évoquais plus haut, Jacques, lui, bénéficie d’un système de retraite publique.

Vous me direz, au risque que prend Paul de vivre au-delà de 82 ans près [4], leur situation est identique.

Pas tout à fait : la grande différence, c’est que du point de vue de l’administration fiscale — et de Piketty — Paul est un riche qu’il convient de taxer lourdement pour réduire les inégalités de patrimoine tandis que Jacques, lui, est un pauvre qu’il convient sans doute de subventionner pour la même raison. Notez bien que l’un comme l’autre sont riches d’une créance sur l’État et que la seule chose qui diffère entre leur deux situations c’est que ladite créance apparait au bilan de Paul tandis que pour Jacques, c’est du hors-bilan ; c'est du shadow capital [5].

De manière assez amusante — pour peu que vous ayez l’humour grinçant — il semble que les grands pourfendeurs des inégalités de patrimoine considèrent que la valeur actualisée des retraites publiques est nulle. Pour un peu, on pourrait croire qu’ils cherchent à nous faire passer un message…

---
[1] On suppose une parité hommes/femmes.
[2] Toute ressemblance avec nos députés est naturellement fortuite.
[3] Il va de soi que vous pouvez reproduire le même genre de calculs pour toutes les formes d’assurances.
[4] Le risque a un prix : en l’occurrence, Paul devra amasser un peu plus de capital ou prendre un peu plus de risques pour couvrir celui-là.
[5] Je viens de l'inventer (ou, du moins, je crois).

Commentaires

  1. Excellent ! Je fais suivre...

    RépondreSupprimer
  2. Ce capital hors bilan accumulé par les fonctionnaires et les politiciens devrait entrer dans le calcul de l'ISF, histoire d'arroser l'arroseur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…