Accéder au contenu principal

Infaillibilité collective

Cette histoire de trains trop larges rappelle furieusement les plus belles heures de l’ex-URSS et en particulier les ratés les plus mémorables du Gosplan. Scandaleux pour certains, loufoque pour la plupart, ce énième raté de la SNCF a attiré presqu’autant de foudres que de raillerie. Évidemment, personne ne s’en étonne vraiment et il est sans doute inutile de revenir encore sur les raisons profondes des dysfonctionnements de ce service public.

Mais il y a un aspect de cette affaire qui m’a particulièrement frappé ces derniers jours et qui jette une lumière assez crue sur la manière dont fonctionne l’esprit de nos chers dirigeants. Je vais appeler ça le principe de l’infaillibilité collective. Il est assez simple et peut se résumer en deux règles :

Règle #1 : tout succès ne saurait être que collectif et toute démarche collective ne peut être qu’un succès. Fondamentalement, la SNCF est une entreprise collectiviste au sens où la performance individuelle n’y a pas sa place, où le succès de l’entreprise ne peut être le résultat de l’action consensuelle du groupe. C’est dans ses gênes. Du simple cheminot à Guillaume Pepy, personne n’envisage de penser cette entreprise autrement.

Règle #2 et corollaire de la précédente : tout échec est nécessairement imputable à une défaillance individuelle. On a acheté des TER trop larges ? Cela ne peut, par principe, être dû au mode de gestion de l’entreprise et c’est donc qu’il y a un coupable ; coupable qu’il faudra identifier et sanctionner. Cette fois-ci, l’affaire faisant le bruit qu’elle fait, c’est Pepy qui est sur la sellette.

« Je pense qu’il doit démissionner » a déclaré la députée du Tarn-et-Garonne [1], avant d’enfoncer un peu plus le clou du cercueil : « à la SNCF, il faut revenir à une culture d’ingénieur plus poussée comme l’avaient d’anciens dirigeants. » Tout est là, résumé en deux phrases : si la SNCF a failli, c’est forcément le résultat d’une faute individuelle — sabotage ? — et ce qu’il faut pour faire tourner cette mécanique présumée conceptuellement parfaite, c’est une tripotée d’ingénieurs capables de comparer la largeur d’une rame de TER avec l’espace qui sépare deux quais.

À l’époque de l’ex-URSS, le bouc émissaire était jugé en grandes pompes, souvent accusé d’être un contre-révolutionnaire et il finissait parfois ses jours au goulag. Dans notre France moderne, les mœurs sont plus délicates : on se contentera du pilori médiatique, d’une mise à l’écart raisonnablement longue et on finira par lui pardonner en lui proposant un poste plus discret. Mais le fond est le même : l’organisation même de la SNCF ne saurait être en cause, il faut trouver un coupable.

---
[1] Valérie Rabault, celle-là même qui a coécrit avec Karine Berger l’inénarrable Les Trente Glorieuses sont devant nous.

Commentaires

  1. Robert Marchenoir02/06/2014 11:39

    La "culture d'ingénieur" est une recette parfaite pour planter une boîte quand cette culture est placée au mauvais endroit. Ingénieur ne veut pas dire saint infaillible, ingénieur veut dire personne dotée de certaines compétences adaptées à certaines tâches.

    En l'occurrence, le scandale a éclaté parce que la SNCF et RFF se sont renvoyés la balle pendant des années pour savoir qui était responsable de l'élargissement des quais.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…