Accéder au contenu principal

Réfléchissez bien

Le S&P 500 évolue désormais au-delà des 1 850 points.

De nombreux observateurs s’alarment de ce que, sur ces niveaux historiquement élevés, l’indice-phare de la bourse américaine est environ 25% plus cher qu’il ne l’était en mars 2000, à la veille de l’explosion de la bulle internet.

C’est tout à fait faux. Ce que ces commentateurs omettent de prendre en compte c’est le fait que le S&P 500, comme n’importe quel indice boursier, est un indice nominal ; c’est-à-dire qu’ils comparent à tort des dollars de mars 2000 à des dollars de mars 2014. Corrigé de l’inflation du dollar, le plus haut du S&P 500 en mars 2000 n’était pas de 1527 mais de 2 087 points. En termes réels, nous sommes donc plus de 10% en-deçà du record historique.

Par ailleurs, il faut également tenir compte du niveau des résultats des entreprises qui composent ce portefeuille. À la fin du premier trimestre 2000, 2 048 dollars (actuels) investis dans les titres qui composaient alors l’indice aurait généré environ 68 dollars de résultat net sur l’année suivante — soit un taux de résultat de 3.3%. Aujourd’hui et si l’on en croit les estimations des analystes, avec seulement 1 850 dollars vous pourriez former un portefeuille qui a de bonnes chance de générer plus de 120 dollars de profits — soit un taux de 6,5%. Sur cette base, le marché n’est non seulement pas cher : il est même très attractif.

Mais il y a mieux encore : quand le taux de profit du S&P 500 atteignait 3.3% en mars 2000, le taux des obligations d’État américaines à 10 ans offrait un rendement de 6,3% — soit 3% de mieux. Comparez cette situation à celle d’aujourd’hui où, à moins que les analystes se fourvoient et sauf catastrophe dans les années à venir, nous pouvons obtenir 6,5% de rendement sur les actions tandis que les obligations ne nous offrent que 3,7%.

Voilà maintenant 5 ans que cet écart de rendement prospectif entre le marché des actions et les obligations d’État à 10 ans est supérieur à 3,5%. C’est un niveau historiquement élevé et la plupart d’entre nous n’avions jamais connu de toute notre carrière de marchés actions aussi attractifs.

Bien sûr, les analystes peuvent se tromper et les projections de résultats très optimistes aujourd’hui peuvent finalement s’avérer fausses. Bien sûr, la Russie est une cause légitime d’inquiétude sur le plan géopolitique. Bien sûr, enfin, le devenir de la croissance chinoise a toutes les raisons d’inciter les investisseurs à la prudence. Il y a toujours des risques, l’avenir est toujours incertain : de ce point de vue, rien de nouveau.

Mais voici ce que nous savons : primo, les taux sont plus bas qu’ils ne l’ont jamais été, la Fed commence à ralentir le rythme de ses injections monétaires et, pour peu que la croissance gagne en momentum, vous avez les meilleures raisons du monde d’anticiper de l’inflation. Deuxio, les entreprises américaines affichent une excellente santé, des bilans solides et des perspectives bénéficiaires plus élevées qu’elles ne l’ont jamais été ; le tout, sur des niveaux de valorisation relative extrêmement attractifs.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…