Accéder au contenu principal

L'inversion de la courbe

100%

Voilà la situation : dans sa dernière note de conjoncture, l’Insee estime – avec toutes les précautions d’usage [1] – que le taux de chômage, en hausse de 0,1% à 10,9% au troisième trimestre 2013 devrait s’établir à environ 11% d’ici la mi-2004. En d’autres termes, l’organisme public auquel l’État confie l’élaboration de ce type de statistiques, ne voit aucune inversion de la fameuse courbe du chômage dans un horizon prévisible à moins, bien sûr, de procéder par symétrie horizontale.

Seulement voilà, pris d’un réflexe sarkozien, le Président de la République s’est empressé de d’apporter un démenti poli aux statisticiens de l’Insee en confirmant que, malgré ce que raconte l’Institut national, « tout est fait pour que l’inversion de la courbe du chômage puisse être réalisée », que les contrats de génération, les emplois d’avenir et la politique volontariste du gouvernement justifient pleinement la confiance présidentielle [2]. D’ailleurs, note – non sans humour – le président normal, « la note de l’Insee s’intitule reprise poussive, donc il faut la pousser. »

Comment ce diable d’homme peut-il être si sûr de lui ?

Serait-ce le fameux modèle Mésange, ce modèle théorique traditionnel – c’est-à-dire néo-keynésien [3] – développé (entre autres) par l’extraordinairement influente Karine Berger, qui serait à l’origine des certitudes du président ? Se pourrait-il qu’après un énième « Karine, ma sœur Karine, ne vois-tu rien venir ? » cette dernière ait finalement perçu le début du frémissement du retournement de cycle tant attendu dans sa grosse boule de 500 équations ?

Non. Soyons sérieux voulez-vous ? Celles et ceux d’entre nous qui se sont déjà risqués à modéliser des phénomènes économiques – aussi humbles soient-ils – le savent mieux que quiconque : c’est un art d’une extraordinaire complexité qui requiert de ceux qui s’y adonnent la plus grande des prudences et la plus totale des humilités [4]. Un modèle comme Mésange, ça sert à mettre des chiffres à la place des points d’interrogation dans des rapports strictement internes mais, pour peu qu’on ait ne serait-ce qu’une once de lucidité, on ne se risque pas à utiliser ses prédictions en public.

Non, ce n’est pas l’oiseau néo-keynésien (et donc tout à fait neutre) de sœur Karine qui pousse notre président et ses ministres à contredire les équipes de l’Insee en public.

C’est une forme de pensée magique.

Ces oiseaux-là sont sincèrement convaincus qu’en répétant dix fois par jour que la courbe va plier et que la réalité va s’inverser, la courbe va effectivement plier et la réalité effectivement s’inverser parce que vous allez y croire.

Ce n’est pas comme si vous étiez des êtres doués de raison et capables d’analyser votre environnement ; ce n’est pas comme si vous étiez des professionnels formés et expérimentés chacun dans vos spécialités. Ce qu’on vous applique ici, c’est une méthode Coué ; un bourrage de crâne grâce auquel, espèrent-ils, ils finiront par vous convaincre que tout va bien, que votre trésorerie n’est pas dans le rouge, que la dette publique se remboursera par l’opération du Saint Esprit, que vos clients ne mettent pas la clé sous le paillasson et que l’avalanche réglementaire et fiscale ne met pas du tout votre survie en péril.

Ça n’est vraiment que ça. Il n’y a pas de chiffres, pas de modèles, pas de stratégie : toutes ces rodomontades ne sont que des tentatives désespérées destinées à nous faire croire que notre bon gouvernement maîtrise la situation. Pendant que le navire coule, le capitaine fait jouer l'orchestre un peu plus fort.

---
[1] En application de l’effet Dunning-Kruger.
[2] Voir note 1 mais dans l’autre sens.
[3] Je n’invente rien, voir le résumé page 3.
[4] Amis entrepreneurs, rendez-vous page 10 du documents lié ci-dessus et découvrez le programme d’optimisation sous contrainte que vous êtes supposés résoudre au quotidien – ça vaut le détour !

Commentaires

  1. N' étant pas adepte des commentaires ce sera lâchement anonyme mais pas dans une volonté de troll et d'aller vous contredire agressivement sur la réalité et la fiction socialiste.

    Il m'est venu l'idée suivante :
    Si comme le montre la pyramide des ages en France il y a des plus en plus de personnes âgées et de moins en moins de jeunes, lorsque les personnes âgées iront a la retraite (admettons 800 000 par an au hasard) et que la nouvelle génération arrive pour prendre ces postes (au hasard 600 000 anciens étudiants) alors il reste un déficit qui pourrait être comblé par certains (au compte des hasards, 200 000) chômeurs. A conditions qui'ils soient employables, càd maîtrisant les métiers disponibles et que les destructions de postes dues a la mauvaise politique ne soient pas supérieures.
    Peut être Hollande et son gouvernement compte-ils là dessus?

    RépondreSupprimer
  2. Oh le beau sophisme!

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que c'est plus simple / pire que ça. Toute courbe finit toujours par s'inverser. Il suffit de dire que ça va arriver, et de faire croire que c'est grâce au gouvernement.
    En attendant, étant des politiciens ils ne connaissent pas la honte et ils ont bien raison: de toutes façons personne n'y croit.

    Je ne pense pas qu'ils croient à un quelconque effet magique, ce serait un peu les sous-estimer.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le socios de Le Média

Pour devenir socio de Le Média, la future web-TV des amis de M. Mélenchon, vous devez (i) acquérir un ou plusieurs titres de propriété de Le Média (5 euros l’unité) et (ii) régler une contribution destinée à « financer le Média » (en fonction de vos revenus de 50, 80, 120 ou 200 euros). C’est le paiement de ces deux sommes, appelé droit d’entrée, qui fait de vous un socio. Les conditions générales stipulent très clairement qu’aucune cotisation n’est demandée.En contrepartie, vous promettent-ils, vous deviendrez propriétaire du nouveau média (selon la homepage) ou, du moins, d’une partie de celui-ci via l’association « Le Média » (selon la page socios, j'y reviens) et vous bénéficierez d’un certain nombre de « services exclusifs » comme, par exemple, le droit de publier un avis et de commenter les programmes ou, plus prosaïquement, celui d’avoir votre nom au générique d’un programme de votre choix.À l’heure où j’écris ces lignes, Le Média revendique 9 421 socios pour 1 117 972 eur…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…