Accéder au contenu principal

Le salaire brut n'est que pure fiction

Comme il semble que cette notion n’est pas tout à fait claire pour un grand nombre d’entre nous, je voudrais profiter de cette trêve des confiseurs pour bien établir un principe qui me semble essentiel : le salaire « brut » est une pure fiction. C’est un artifice administratif et comptable qui n’a pas d’autre objet que de faire croire aux salariés qu’ils ne payent que les charges dites « salariales » tandis que les charges dites « patronales » sont à la charge de leurs employeurs. En réalité, cette distinction n’est qu’un écran de fumée.

En tant que salarié, vous louez votre travail à un employeur en contrepartie d’une rémunération – essentiellement fixe et versée à la fin de chaque mois – qui est le prix de marché de votre travail. C’est ce qu’on appelle un salaire. C’est le prix auquel vous acceptez de louer vos services et c’est le prix auquel votre employeur accepte de les payer. Concrètement, sur votre bulletin de paie, votre véritable salaire est égal au salaire dit « brut » augmenté des charges dites « patronales ».

Par exemple, le salaire réel d’un employé de l’hôtellerie-restauration rémunéré au Smic hôtelier pour 151,7 heures de travail par mois (semaine de 35 heures) est égal à 2 109 euros (1 430 euros de « salaire brut » + 679 euros de « charges patronales »). Dans la réalité très concrète des choses, la valeur du travail d’un salarié titulaire d’un tel contrat est de 2 109 euros et s’il ne touche que 1 205 euros nets, c’est parce qu’un total de 904 euros de cotisations, taxes et impôts divers ont étés prélevés directement à la source avant même qu’un euro ne lui soit versé. Ces 904 euros correspondent à la part de son salaire qui a été socialisée : c’est-à-dire que ces prélèvements donnent lieu, du moins en principe, à des contreparties mais que la nature et le coût de ces dernières font l’objet d’une décision collective et non pas individuelle.

Si un gouvernement « de gauche » (resp. « de droite ») devait décréter demain que l’intégralité des charges sera désormais payée par les patrons (resp. les salariés), notre salarié coûterait toujours 2 109 euros à son employeur et toucherait les mêmes 1 205 euros de salaire net. Dans les grandes lignes, cela ne changerait rigoureusement rien pour personne au-delà d’un effet d’affichage : ce sont toujours 2 109 euros qui sortent de la poche du restaurateur, 1 205 qui sont virés sur le compte du serveur et 904 qui partent dans les caisses de l’Urssaf, de Pôle-emploi, des régimes de retraite etc.

On peut aussi imaginer que notre serveur décide de créer une entreprise individuelle, une société spécialisé dans les services à la restauration, et propose à son employeur de devenir son client. En lieu et place d’un contrat de travail, ils signent ensembles un contrat commercial dans lequel le restaurant s’engage à acheter 151,7 heures de travail par mois facturés 2 109 TTC. C’est bien le prix de la prestation de notre serveur et vous conviendrez sans doute qu’à quelques incidences règlementaires près, rien n’a changé.

Si vous deviez un jour vous retrouver dans la situation d’un employeur qui cherche à recruter, cela ne ferait aucun doute dans votre esprit ; il n’y a que deux réalités concrètes : le salaire net, le montant que votre futur salarié touchera chaque mois, et son salaire réel (ou « chargé »), qui correspond, en moyenne et pour faire simple, au double du précédent. Chaque centime de différence entre ces deux montants correspond à la part du salaire payé par l’employeur qui ne sera pas perçue par son salarié : le salaire brut, qui se trouve quelque part au milieu, n’est qu’une vue de l’esprit parfaitement arbitraire.

Toute la subtilité perverse de la manœuvre consiste, vous l’aurez deviné, à faire en sorte que les charges réputées « patronales » apparaissent nettement plus élevées que les charges réputées « salariales » : ainsi, on donne l’impression au salarié que notre fameux modèle social ne lui coûte finalement pas grand-chose et que si son salaire net est misérable, c’est à cause de la rapacité de son patron. C’est un simple écran de fumée, une fiction malhonnête qui permet d’opacifier un peu plus notre fiscalité tentaculaire et d’obtenir ce fameux consentement à l’impôt en en masquant la réalité.

Commentaires

  1. tout est dit ou presque... il faut préciser qu'un employeur paie en plus des cotisations qui ne figurent pas sur les bulletins de salaires.
    Exemple : la médecine du travail qui est aujourd'hui un % sur la masse salariales, la CS2, etc....
    Les 904€ de cotisations salariales et patronales ne sont que celles qui sont visibles.
    Ajouter à cela que les cotisations mutuelles vont devenir "obligatoires" et qu'elles vont être réintégré dans le "net imposable"...
    A quand des cotisations patronales considérées comme avantage en nature... la retraite par exemple... c'est sans fin... :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…