Productivité et taux d’emploi

Avec E, le nombre de personnes occupant un emploi dans une économie donnée, on peut réécrire le PIB par habitant de la manière suivante [1] :

Dans cette équation, p peut être considéré comme un proxy de la productivité du travail des personnes employées ; c’est la quantité de richesse moyenne créée par chaque personne qui travaille ; la résultante de la quantité et de l’efficacité du travail fourni par chacun. Par ailleurs, le rapport de la population employée sur la population totale que nous notons ici e peut être interprété comme un taux d’emploi qui dépend de facteurs démographiques (la proportion d’enfants et de retraités) mais aussi du taux d’emploi de la population active (i.e. conceptuellement : 1 moins le taux de chômage).

En utilisant les données du FMI [2], on peut représenter les PIB par habitant (en US$, moyennes de 2009 à 2013) de quelques pays riches pour lesquels les données sont disponibles de la manière suivante :

Les bandes grisées correspondent à des quartiles de PIB par habitant ; la bande inférieure est celle des 25% les moins élevés de l’échantillon (Grèce, Espagne, Corée du sud…) ; la suivante (plus foncée) correspond au 25% suivants (France, Royaume-Uni, Allemagne…) ; la ligne rouge est la médiane et ainsi de suite.

Graphique à interpréter avec toutes les précautions qui s’imposent (mesure du PIB, qu’est-ce que l’on appelle une personne employée, interdépendances entre ces deux ratios…).

---
[1] Bien sûr, c’est une tautologie ; vous pouvez remplacer E par n’importe quel chiffre, cette égalité reste vrai.
[2] Fonds Monétaire International, World Economic Outlook database (MàJ oct 2012).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cheval de fer, acte II

La première partie est ici. Quand John Kennedy s’y était installé au tout début des années 1790, Manchester n’était encore qu’un gros bour...