Accéder au contenu principal

Principe de séniorité des déposants

En prenant quelques libertés avec les proportions, on peut expliquer le principe d’un CDO (Collateralized Debt Obligation) avec le schéma suivant :

À l’actif, on trouve un portefeuille de dettes (obligations, prêts bancaires ou une exposition synthétique via des Credit Default Swaps) pour un montant de $1,000 qui rapporte 5% d’intérêts annuels soit $50. Le passif qui finance l’achat de ce portefeuille est composé, dans notre exemple, de 4 tranches qui déterminent l’ordre de priorité de paiement des intérêts générés par le portefeuille de dettes.

La priorité absolue revient aux investisseurs qui détiennent, pour un montant de $600, la tranche dite senior : comme c’est la position la moins risquée, ils sont rémunérés à hauteur de 2% par an – soit $12. Suivent les porteurs de la première tranche mezzanine ($200) qui touchent 5% après que les porteurs de la tranche senior aient perçus les intérêts qui leurs sont dus. De la même manière, les investisseurs qui détiennent la seconde mezzanine ($100) perçoivent un taux de 8% payable si et seulement si les porteurs des deux tranches supérieurs ont bien été payés comme prévu. Enfin, les porteurs de la tranche junior (ou equity), ont la position la plus risquée du montage puisqu’ils ne sont payés qu’en derniers ; à ce titre, ils récupèrent ce qui reste – c’est-à-dire, si tout se passe bien, $20 – soit un rendement de 20%.

Le schéma suivant résume les flux :

On a bien, d’un côté, $50 dollars d’intérêts qui rentrent et, de l’autre, $12 qui rémunèrent la tranche senior, $10 et $8 pour les mezzanines et $20 pour la tranche junior – soit un total de $50. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Pour bien comprendre cette idée de redistribution des risques, on peut imaginer que le portefeuille à l’actif subisse $150 de défauts – c’est-à-dire, pour simplifier, que 15% des débiteurs font faillite et ne peuvent ni payer les intérêts, ni rembourser le capital.

Dans cet exemple, on voit bien qu’à la fin du montage, les porteurs de la tranche junior ne toucheront plus rien et que ceux qui détiennent la seconde mezzanine ne toucheront que la moitié du capital qui devait initialement leur être remboursé. En revanche, les porteurs de la première mezzanine et de la tranche senior sont protégés. En termes de flux, toutes les tranches continuent à être rémunérées puisqu’il reste $850 de crédit à 5% qui génèrent $42,5 mais les porteurs de la tranche junior vont devoir se contenter $12,5 d’intérêts au lieu de $20.

Voilà, j’ai simplifié, les proportions ne sont pas réalistes (les tranches junior et mezzanines sont en général beaucoup plus petites) mais c’est le principe d’un CDO.

CDO = banque

Ce qui est amusant, c’est que ce montage relativement moderne n’est finalement rien d’autre qu’une réinvention – dans une forme très épurée – de la banque.

Reprenez le premier schéma et imaginez que l’actif soit composé de prêts immobiliers ou de lignes de crédit aux entreprises, remplacez la tranche junior par les fonds propres de la banque (c’est d’ailleurs pour cela qu’on l’appelle aussi equity en anglais), remplacez les tranches mezzanines et senior par les ressources de financement habituelles d’une banque (obligations, marché interbancaire, banque centrale et déposants) et vous obtenez, à peu de chose près, une banque.

Je dis bien « à peu de chose près » : là ou un CDO ne contient que du risque de crédit, une banque supporte aussi un risque de taux (passif à court terme et actif à long terme) et un risque de liquidité lié au fait qu’une part non-négligeable de son passif est constituée de dépôts bancaires qui peuvent être rachetés à tout moment. Par ailleurs, la banque n’a pas de date de maturité, c’est une sorte de CDO perpétuel qui peut piloter la rémunération des différentes tranches en fonction de ses besoins : c’est typiquement ce qu’ont fait les banques espagnoles l’année dernière en augmentant la rémunération des comptes bancaires pour inciter leurs déposants à y laisser leur argent.

L’intérêt d’un montage de type CDO, c’est que ceux qui financent le passif savent précisément où ils se situent dans l’ordre de priorité des remboursements. Le contrat est clair et chacun peut décider, en toute connaissance de cause, si la rémunération qu’on lui offre rémunère les risques qu’il prend. Mais dans le cas de nos banques, ce n’est pas le cas. Bien sûr, elles se financent, elles aussi, avec de la dette senior et de la dette subordonnée (comme les mezzanines de notre CDO) mais il y a néanmoins une énorme zone d’ombre : la position des déposants.

Dit simplement, la question est la suivante : si ma banque fait faillite et qu’elle fait l’objet d’une procédure de liquidation (ce qui, j’y reviendrai, devrait toujours être le cas) qui sera remboursé avant moi ? Le solde créditeur de mon compte bancaire est-il une mezzanine ou une tranche senior ?

La question est cruciale puisqu’elle détermine non seulement le niveau de rémunération que nous sommes en droit d’exiger de nos banquiers mais, surtout, notre attitude en cas difficultés. Si vous apprenez que votre banque perd de l’argent, vous ne réagirez pas de la même manière si vous avez un rang de séniorité élevé que si vous risquez d’y passer juste après les actionnaires : dans le premier cas, vous laissez passer l’orage, dans le second, c’est le bank run à tous les coups.

Une idée toute simple

Puisque nos dirigeants veulent une réforme bancaire, en voilà une qui me semble essentielle et infiniment plus efficace que les tombereaux de réglementations et de contrôles sous lesquels ils noient l’industrie bancaire depuis des années ; elle est simple, elle ne coûte rien : il faut et il suffit de donner aux déposants le rang de séniorité le plus élevé possible. C’est-à-dire, pour nous replacer dans l’actualité chypriote, qu’il faut remplacer la décision arbitraire (du gouvernement en place, de la troïka ou des deux) par une règle, un principe de droit connus de tous et appliqué systématiquement.

Plus les déposants seront seniors, plus ils seront protégés et donc, moins ils seront prompts à vider leurs comptes au premier coup de tabac. Par ailleurs, une fois subordonnés aux déposants, les créanciers professionnels des banques auraient les toutes les meilleurs raisons du monde de se montrer extrêmement attentifs aux risques que prennent leurs débiteurs ; en substance on remplacerait des contrôles administratifs qui ont largement fait la preuve de leur inefficacité par une surveillance exercée par le marché lui-même.

Bref, si l’objectif est de stabiliser notre industrie bancaire, il ne faut pas casser les mécanismes de fonctionnement du capitalisme, il faut les renforcer.

Commentaires

  1. Une idée simple mais essentielle et exposée en termes remarquablement brillants et pédagogiques. Bravo.

    RépondreSupprimer
  2. Sauf que nos depots sont souvent "junior", et le mieux est de ne pas le savoir pour eviter bank run et bas de laine...

    RépondreSupprimer
  3. Vincent,
    Merci.

    Pela,
    En fait on ne sait pas.

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement limpide.
    Merci !

    RépondreSupprimer
  5. Superbe, merci pour cet article pédagogique très bien expliqué !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Nombre d'heures travaillées par an et pour 100 personnes

Selon les données de l’OCDE pour 2015, le taux d’emploi de la population française âgée de 15 à 64 ans était de 63.8%. C’est-à-dire que sur 100 personnes en âge de travailler, un peu moins de 64 ont effectivement occupé un emploi — fût-ce à temps partiel — durant l’année considérée. Par ailleurs, selon la même source, le temps de travail annuel moyen des français qui ont travaillé en 2015 s’établissait à 1 482 heures [1].En croisant ces deux données, on peut facilement estimer le nombre d’heures de travail fournies en une année par 100 français en âge de travailler : ça fait environ 94 552 heures. Juste pour remettre ce chiffre dans son contexte, voici ce que ça donne pour tous les pays pour lesquels les données sont disponibles dans les bases de l’OCDE : Juste pour votre information, pas moins de 84.7% des islandais âgés de 15 à 64 ans travaillent (c’est le record du panel) et ils travaillent en moyenne 1 880 heures par an. Ce sont les mexicains et les coréens (du sud) qui, lorsqu’ils…