Accéder au contenu principal

Trolls et biais de sélection

Dans un billet sur son blog (Les nouveaux trolls cons des blogs politiques, le 4 janvier 2013), Jégoun identifie trois types de trolls qui, selon lui, hantent les blogs politiques sans respecter les codes de conduite implicites entre blogueurs (notez l’ordre spontané). Les catégories proposées par Jégoun sont les trolls « réactionnaires » et les trolls « libéraux » (regroupés dans une même catégorie) et les trolls « de gauche » (i.e. en l’occurrence d’extrême gauche).

Vu de ma fenêtre, voici les catégories de trolls qui trustent régulièrement les commentaires sur Ordre Spontané (où là où mes billets sont republiés).

J’ai, comme Jégoun, régulièrement droit la visite de commentateurs qui correspondent probablement à ce que Jégoun appelle des « réactionnaires ». Ma classification est un petit peu plus précise : il y a des souverainistes (i.e. Debout la République, Montebourgeois, Chevènementistes…), des conservateurs (principalement des UMP décomplexés) et, bien sûr, les inévitables nationaux-socialistes (militant frontistes et autres rebus soraliens).

Sur mon flanc gauche, il m’arrive de subir quelques militant de l’autre front (de gauche, NPA, LO etc…) et, bien que moins souvent, des visiteurs qui sont probablement plus proches du parti présumé socialiste ou des écologistes tendance pastèque (verts à l’extérieur, rouge à l’intérieur).

En revanche, contrairement à Jégoun, je n’ai jamais eu à me plaindre de trolls libéraux de la même manière que Jégoun ne semble pas être particulièrement incommodé par les trolls socialistes (i.e. proches du PS).

C’est ce qu’on appelle un biais de sélection.

Je suis libéral et il est donc assez naturel que celles et ceux qui sont philosophiquement proches de mes idées, même s’ils ne sont pas tout à fait d’accord avec ce que j’écris, évitent de m’aborder, chez moi, par la face nord de l’Everest. De la même manière, Jégoun, qui est « de gauche » (sauf erreur de ma part, proche du PS), subit principalement des attaques de gens qui ne sont pas d’accord avec lui – dont une proportion irréductibles de trolls.

Pour le reste, le portrait que fait Jégoun des trolls « réactionnaires » (souvent de belles plumes) et « libéraux » (qui sont souvent, il faut bien le reconnaitre, de véritables pitbulls) me semble effectivement assez juste. À ces derniers, mes petits camarades, je suggère un peu plus de modération : un blog est une propriété privée ; je n’ai pas besoin de vous en dire plus.

Commentaires

  1. On est toujours le troll de quelqu'un d'autre...

    RépondreSupprimer
  2. ..."Vu de ma fenêtre"..."propriété privée"...Une fenêtre...objet étroit...après propriété privée...défense d'entrer. Alors c'est avant tout à vous même que vous parlez...Très bien c'est votre droit.Puisque vous aimez les étiquettes...Inscrivez DEFENSE D ENTRER à tous les autres...! Ne donnez pas la possibilité de poster des commentaires...Ici nous avons peur... des autres...Bonne chance.

    RépondreSupprimer
  3. Merci d'avoir rebondi sur mon billet.

    Je pense qu'il est important de préciser que le qualificatif de trolls ne s'applique pas à tous ceux qui ne sont pas d'accord mais à ceux qui sont "désagréables".

    Par exemple, "valmayamay v" ci-dessus pourrait être assimilable à un troll (je ne sais pas si elle est habituée des lieux).

    RépondreSupprimer
  4. Habituée non...pas vraiment...Vous m'avez jugé de la manière dont vous devriez vous juger...avec ce recul nécessaire. Les propos de vos papiers ne sont jamais nuancés. Seule la subtilité n'est pas divisible. De ce fait...et par mimétisme alors, je n'ai en effet absolument pas nuancés mes propos. Qui vous sont donc désagréables...comme le sont les votres. D'un troll n'est un autre troll...Mais, au moins cela suscite réaction...merci.Si l'on considère que du chaos naît l'ordre...le troll est malheureusement un mal nécessaire...tant que nous restons des trolls raisonnables, évidemment! Ordre spontané...?! L'indifférence ?! Seule l'indifférence est la marque des grands...Vous vouliez susciter de l'indifférence ?

    RépondreSupprimer
  5. Valmayamay,
    Ne le prenez pas mal. Je ne vous réponds pas parce que je ne sais pas quoi vous répondre. Pour être honnête, je ne vois pas vraiment où vous voulez en venir.

    RépondreSupprimer
  6. Pourriez vous m'expliquer la notion d'"ordre spontané"? ...je ne vois pas non plus...Merci

    RépondreSupprimer
  7. Valmayamay,
    Un ordre spontané est une organisation qui se met en place et qui fonctionne sans aucune planification centralisée. En pratique : la quasi-totalité des chaînes de production et des marchés.

    RépondreSupprimer
  8. Qu'on nous donne le nom de ces belles plumes.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça : C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C&#…