Le corps et l'ombre

1836, Victor Hugo, accompagné de sa maîtresse, s’arrête à Barfleur (Normandie) et y loue une barque pour admirer le coucher de soleil sur l’océan. Las, le maire Barfleur s’y oppose.

Dans une lettre à sa femme datée du 6 juillet 1836, il conclut :

« En général, en France, on abandonne trop volontiers la liberté, qui est la réalité, pour courir après l’égalité, qui est la chimère. C’est assez la manie française de lâcher le corps pour l’ombre. »

Comme quoi, plus ça change…

2 commentaires:

  1. La liberté est malheureusement aussi une chimère...quand à la l'égalité... des hommes...des hommes ?! ...c'est possible...oui tout est possible pour leur système morbide! L'ombre vers la noirceur...

    RépondreSupprimer

Cheval de fer, acte II

La première partie est ici. Quand John Kennedy s’y était installé au tout début des années 1790, Manchester n’était encore qu’un gros bour...