Accéder au contenu principal

Choc fiscal : les dividendes

Officiellement, sur la base des informations du PLF 2013, la fiscalité des dividendes perçus par des particuliers se décompose comme suit :

  1. Les prélèvements sociaux (CSG, CRDS…) à hauteur de 15,5% du montant du dividende brut ;
  2. L’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) calculé selon la barème progressif et assis sur 45,1% (40% d’abattement et 5,1% de CSG déductible) du montant du dividende brut.

Bien sûr, avant de verser un dividende, toute entreprise domiciliée en France paye un impôt sur les sociétés (IS) qui réduit d’autant le montant dudit dividende. Le taux normal de cet impôt est de 33% 1/3 auquel il faut rajouter une contribution sociale de 3,3% du montant de l’IS ; soit un taux effectif de 34,43%. Néanmoins, certaines sociétés échappent à cette contribution sociale [1] et peuvent bénéficier d’un taux réduit d’IS de 15% pour la fraction de leur bénéfice net avant impôt qui est inférieure à 38 120 euros [2].

Le calcul du taux de fiscalisation réel des dividendes impose donc de tenir compte de l’IS. Naturellement, ce dernier étant payé avant le versement d’un éventuel dividende, il est impossible de dire s’il a impacté plutôt le montant du dividende ou plutôt le montant réinvestit par les actionnaires. La seule méthode neutre consiste à considérer que la fraction d’IS à affecter aux dividendes est égale au taux de distribution après impôt. On considère donc qu’en l’absence d’impôt, les actionnaires auraient touché un dividende théorique égal au dividende réel augmenté de cette fraction d’IS. Exemple :

Une entreprise réalisé un bénéfice net avant impôt de 100k euros. Sur ce total, elle doit payer 34.43k euros d’IS et dispose donc de 65,57k euros de résultat net qu’elle peut choisir de distribuer ou de réinvestir. Si par hypothèse, elle décide de verser la moitié de cette somme (32,79k euros) à ses actionnaires, on considèrera qu’en l’absence d’IS, elle aurait également distribué la moitié de son bénéfice ; soit 50k euros. Dès lors, la part d’IS imputable aux dividendes est égale au produit du taux de distribution (ici 50%) et du montant total d’IS payé. Dans notre exemple 34.43k x 50% ; soit 17,22k euros. Du point de vue de l’actionnaire : sur un dividende théorique de 50k, il payé 17,22k d’IS (34,43%) et va maintenant devoir régler 15,5% de prélèvements sociaux et son IRPP.

Le taux de fiscalisation des dividendes le plus faible s’établit, selon mes calculs, à 28,2% du dividende théorique. Ce cas limite correspond à un dividende versé par une société éligible au taux réduit de l’IS (15%) qui a réalisé un bénéfice net avant impôt inférieur à 38 120 euros et versé ce dividende à un contribuable exempté d’IRPP [3]. Pour un dividende versé par une société soumise au taux normal de l’IS, le taux de fiscalisation minimum est d’environ 45%.

À l’opposé du spectre, le taux de fiscalisation des dividendes tends vers (sans jamais l’atteindre) 60,79% à mesure que les revenus fiscaux du contribuable augmente. Cette situation correspond aux dividendes d’entreprises soumises au taux normal de l’IS (34,43%) versés à des contribuables dont l’écrasante majorité des revenus sont taxés au taux marginal de l’IRPP (45%).

À titre d’exemple, un dividende de 1 000 euros payé par une société soumise au taux normal de l’IS (soit un dividende théorique avant IS de 1 525.1 euros) sera fiscalisé à plus de 50% pour les contribuables dont le revenu fiscal par part (hors ce dividende) est supérieur à 37 000 euros ; à plus de 55% au-delà d’un revenu fiscal de 110 000 euros et à plus de 60% pour les revenus fiscaux supérieurs à 878 000 euros.

---
[1] Chiffre d’affaires hors taxes inférieur à 7,63 millions d’euros.
[2] Capital entièrement libéré et détenu à 75 % au moins par des personnes physiques ou des sociétés présentant ces mêmes caractéristiques.
[3] Revenu fiscal par part inférieur à 5 936 euros, dividende inclus.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…