Accéder au contenu principal

12 stratégies pour éviter de se faire tondre en 2012

1/ Plus de dettes que de liquidités tu auras. Attendu que les États détiennent le monopole de la violence, qu’ils sont endettés et qu’ils disposent d’une technologie – la « planche à billet » – qui leur permet d’imprimer autant d’euros qu’ils le souhaitent, tu veilleras soigneusement à rester du bon coté un fusil en évitant de détenir du papier-monnaie mais en en devant le plus possible aux autres. Parce que tu sais, Ô lecteur avisé, qu’il vaut mieux voir fondre la valeur de ses dettes que celle de son épargne.

2/ Des actions tu achèteras. Règle numéro 1 des investissements en actions : « acheter au son du canon et vendre au son du clairon. » Il ne t’aura pas échappé, Ô lecteur aux oreilles de lynx, que c’est bien le bruit de la poudre et l’odeur du salpêtre qui dominent l’actualité. Par ailleurs, si les actions ont ceci de commun avec les obligations qu’elles génèrent des revenus, elles ont en revanche ceci de différent qu’elles génèrent des revenus variables. L’inflation qui pointe le bout de son groin à l’horizon te suggère donc avec insistance de privilégier les premières par rapport aux secondes. Les actions, tu vas donc les acheter et voici quelques suggestions pour te guider dans tes emplettes.

3/ Les actions américaines tu préfèreras ; si le pays d’Oncle Sam n’a pas brillé par sa clairvoyance ces dernières années, le citoyen étasunien moyen reste globalement plus compétent en matière économique que nous autres, habitants de la vieille Europe. Ainsi donc, tu as quelques bonnes raisons de penser que le gouvernement des États-Unis sera moins prompt à saborder son économie que les clowns à roulettes (copyright h16) qui nous gouvernent. C’est donc outre Atlantique que tu feras ton marché.

4/ Les financières et les pétrolières tu privilégieras. Tu feras ça précisément parce que ton cerveau reptilien te dit de n’en rien faire (rappel de la règle numéro 1) et parce que toi, Ô lecteur malin comme un singe, tu n’es pas un lézard mais un primate évolué et doué de raison. Ainsi donc, tu sais que dans un monde de monnaies-papiers administrées par des planificateurs soviétiques à la solde des clowns à roulettes déjà évoqués plus haut, la possibilité d’un nouveau « credit crunch » et d’une nouvelle vague de faillites bancaires relève plus de la théorie que de la pratique.

5/ La dette publique (et notamment AAA), comme la peste, le choléra et le scorbut tu fuiras. Non pas, Ô lecteur dont la sagesse égale ou surpasse même celle de l’ibis sacré du Nil, que tu crois ne serais-ce qu’un instant à un défaut de paiement mais plutôt que des taux d’intérêt réels négatifs et le doux ronronnement de la planche à billet te donne toutes les meilleures raisons du monde de penser que celui qui s’y risquera y laissera plus d’une plume. Sage et érudit, tu sais que des taux qui remontent c’est aussi des prix qui baissent ; et tu sais aussi qu’au niveau des prix actuel et avec l’inflation qui se prépare, la dette publique c’est la déculottée garantie.

6/ Il suit de la précédente que du fonds en euros de ton contrat d’assurance vie tu te débarrasseras. Car bien sûr, tu sais qu’en ultime analyse, les marchés financiers tant décriés c’est toi. Ainsi donc, tu préfèreras les « unités de comptes » (c'est-à-dire des fonds d’investissement) investis au moins en partie en actions.

7/ Dans l’immobilier (et avec effet de levier) tu investiras. Tu privilégieras cependant les investissements les moins onéreux au mètre carré et éviteras soigneusement les petites surfaces, notamment parisiennes. Car toi, Ô lecteur doté d’une ouïe qui n’a rien à envier aux fennecs du désert, tu as entendu et bien compris que les clowns à roulettes envisagent très sérieusement de nous refaire le coup du plafonnement des loyers – solution mainte fois essayée et aux effets invariablement catastrophiques. Tu préfèreras donc des grandes surfaces en province ou même de l’immobilier commercial – pour les détails, tu te rapprocheras de l’ami XP.

8/ La bulle tu chercheras. La question n’est pas de savoir s’il y aura une bulle mais de savoir où et quand elle se gonflera. Forts de l’expérience de celles et ceux qui nous on précédé, nous savons toi et moi qu’elle peut avoir lieu sur le marché des actions ou sur le marché immobilier et qu’elle suit de quelques années l’ouverture toute grande des vannes de la banque centrale ; bref, c’est pour bientôt. Des prix totalement déraisonnables dans un secteur lourdement subventionné et favorisé par les pouvoir publics ; telles sont les caractéristiques de la bulle que nous cherchons. Tu y investiras avec la même ferveur que les autres à cette différence près que tu te tiendras prêt à vendre à mon signal (ton serviteur assurera le service après-vente).

9/ L’or et les métaux précieux tu n’accumuleras pas. Beaucoup l’ont fait avant toi et tu sais que l’administration fiscale des clowns à roulette ne va pas tarder à s’y intéresser. Quitte à stocker des matières premières, tu préfèreras celles qui sont aujourd’hui moins onéreuses et moins fiscalement repérables.

10/ De la même manière, le Franc suisse tu éviteras. Aux raisons applicables aux métaux précieux s’ajoute le fait indiscutable que le CHF est aussi une monnaie-papier administrée par une banque centrale en liaison directe avec la direction générale du groupe Nestlé. L’expérience récente prouve que ladite banque centrale se fiche comme d’une guigne du pouvoir d’achat de l’helvète moyen mais répond diligemment à toute demande de dévaluation provenant de l’état-major des grandes entreprises suisses.

11/ Des marchés émergents en général et de la Chine en particulier éloigné tu te tiendras. Si l’Empire du milieu a copié nos bonnes recettes, il a fait de même avec nos idées les plus absurdes en y ajoutant une dose certaine d’autoritarisme et de gigantisme. L’admiration que suscite le gouvernement local chez nos souverainistes et autres étatolâtres socialoïdes doit éveiller chez toi, Ô lecteur, la méfiance salvatrice de la souris face à un gros morceau de gruyère posé sur une planche en bois au pied du garde-manger.

12/ Dans un nouveau passeport, tu investiras. 2012 ne sera certainement pas la fin du monde mais un second tour Marine le Pen contre Jean-Luc Mélenchon n’était désormais plus totalement impossible, mieux vaut se tenir prêt.

Bonne chance à toutes et à tous.

(Publié sur ilikeyourstyle.net, sur le ton d'une aimable plaisanterie, certes, mais méfiez-vous tout de même.)

Commentaires

  1. L'année derniére tu avais conseillé quoi ?
    Seb

    RépondreSupprimer
  2. ha ok :-) bonne initiative ;-) ouai mais tu devais en donner non ?

    RépondreSupprimer
  3. Concernant les métaux, tu sais que les économistes autrichiens le conseil en général ?

    RépondreSupprimer
  4. Je propose, aux fins de ne plus se faire tondre, l'abolition de la loi de 1973.

    Etienne Chouard est très clair sur ce point.

    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2008/05/16/94-la-dette-publique-est-une-affaire-tres-rentable-mais-pour-qui

    Il a pu répondre à ce propos aux arguments d'un très récent article du Monde traitant de ce sujet :

    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2011/12/30/178-analyse-des-reflexions-de-monsieur-beitone-sur-la-pretendue-rumeur-d-extreme-droite-a-propos-de-la-loi-de-1973

    RépondreSupprimer
  5. pas mal ces conseils ... :-)
    bonne année 2012 !

    RépondreSupprimer
  6. "Etienne Chouard est très clair sur ce point." Et c'est vrai que M. Chouard est quelqu'un de très crédible.
    http://www.conspiracywatch.info/Le-blogueur-Etienne-Chouard-adoube-Thierry-Meyssan_a54.html
    http://www.conspiracywatch.info/Etienne-Chouard-chez-les-Amis-du-Monde-diplo-la-descente-aux-enfers_a721.html
    http://www.conspiracywatch.info/Finalement-Etienne-Chouard-dit-oui-a-la-theorie-du-complot_a515.html

    Une bonne année et une longue vie à ce blog !

    RépondreSupprimer
  7. Fabien, gardez votre calme.

    Il ne me paraît pas pertinent de tenter de décrédibiliser une argumentation précise par la mention d'éléments extérieurs au débat considéré et extérieurs à cette même argumentation.

    Une réponse crédible est une réponse sur le sujet au débat, avec des arguments critiques fondés et précis.

    Manifestement, cette manière de détourner le débat, atteste une vraie difficulté quant aux analyses d'Etienne Chouard sur la loi de 1973. Vous ne devriez pas en rester à cette échec argumentatif, ce n'est pas digne de vous.

    Je vous invite donc à venir considérer les arguments d'Etienne Chouard sur ce sujet précis de la loi de 1973, c'est cela que nous examinons.

    Sur le reste, et de manière générale, on peut avoir raison sur un sujet et tort sur un autre ; où alors, si vous considérez qu'un individu n'est dans le vrai que s'il est tout le temps, à chaque instant, dans la vérité, c'est que vous vivez dans un monde idéologique - totalitaire ? - où tout est dicté par une même parole de vérité indiscutable et révélée - main invisible du marché ? - ; dans ce monde là, tout à fait effrayant à mon sens, un même individu peut effectivement dire à chaque instant et pour toujours la vérité, et selon cette fameuse marque qui semble donc être pour vous celle du vrai, soit ce fait de ne s'être jamais trompé sur aucun sujet à aucun moment.

    Est-ce que Meyssan se trompe ou non, je n'en sais rien. Est-ce que Chouard soutient ce dernier ? je n'en sais rien, et cela m'importe peu à ce moment précis ; ce que je sais, c'est que la loi de 1973 est un sujet qui m'intéresse, et que votre critique du positionnement d'Etienne Chouard n'est ni existant ni sérieux.

    Faites un effort !

    Le sujet ? L'abolition de la loi de 1973.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  8. Et tu vas faire d'autres articles sur l'investissement cette année ?

    RépondreSupprimer
  9. ok, mais donc tu t'oppose au conseil de Schiff et Jim Rogers concernant les métaux précieus alors ?

    RépondreSupprimer
  10. Petit rappel aux deux anonymes : avant 1973, l'Etat empruntait directement à la population (rente Pinay, Emprunt Giscard) moyennant des taux d'intérêt très élevés pour attirer les épargnants (7 % pour l'emprunt Giscard). Les épargnants s'en mettaient donc plein les fouilles : l'emprunt Giscard a coûté aux contribuables 20 fois son montant initial. L'Etat s'est donc tourné vers les banques parce que ça coûtait tout simplement moins cher.

    Jusqu'à la crise pétrolière, les comptes publics étaient équilibrés et l'endettement était plus que raisonnable. Avec la crise, le président pro-communiste Giscard a décidé de mettre le socialisme dans son programme de gouvernement, faisant du déficit chronique, de la dette, faisant exploser les prélèvements et ses successeurs ont continué dans la même lignée, Sarkouille molle étant le 4ème dirigeant communiste qu'a eu ce pays en 40 ans.

    RépondreSupprimer
  11. :o
    Merci pour ces conseils !
    étant débutant et découvrant le trading depuis moins d'une semaine je suis un peu perdu, ...
    les cours de trading que j'ai trouvé sur forexagone.com ainsi que vos précieux conseils m'éclairent beaucoup.
    Pour ma part j'avais prévu d'investir massivement sur l'or, mais je vais plutôt opter pour la diversification de mon portefeuille :)

    à bientôt ;)

    RépondreSupprimer
  12. C'est drôle de voir, avec le recul, combien ces conseils n'ont pas été pertinents.
    On me répondra que c'est parce qu'il faut encore attendre un peu.
    Quand reverra-t-on par exemple, le CAC à 7000 points. Je ne crois pas que ce sera le cas de mon vivant.
    Les actions, c'est uniquement pour ceux qui ont la possibilité du délit d'initié...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le socios de Le Média

Pour devenir socio de Le Média, la future web-TV des amis de M. Mélenchon, vous devez (i) acquérir un ou plusieurs titres de propriété de Le Média (5 euros l’unité) et (ii) régler une contribution destinée à « financer le Média » (en fonction de vos revenus de 50, 80, 120 ou 200 euros). C’est le paiement de ces deux sommes, appelé droit d’entrée, qui fait de vous un socio. Les conditions générales stipulent très clairement qu’aucune cotisation n’est demandée.En contrepartie, vous promettent-ils, vous deviendrez propriétaire du nouveau média (selon la homepage) ou, du moins, d’une partie de celui-ci via l’association « Le Média » (selon la page socios, j'y reviens) et vous bénéficierez d’un certain nombre de « services exclusifs » comme, par exemple, le droit de publier un avis et de commenter les programmes ou, plus prosaïquement, celui d’avoir votre nom au générique d’un programme de votre choix.À l’heure où j’écris ces lignes, Le Média revendique 9 421 socios pour 1 117 972 eur…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…