Accéder au contenu principal

Le retour de la gabelle

Nicolas Sarkozy – pardon – François Fillon a annoncé l’instauration d’une nouvelle taxe sur les boissons avec sucre ajouté. Comme c’est devenu l’habitude en France, l’impôt n’est plus (ou du moins plus seulement) une contribution des citoyens au budget de l’Etat mais aussi un outil d’ingénierie sociale qui permet aux sages qui nous gouvernent de modeler cette société imparfaite selon leurs désirs. Ainsi donc, au-delà des 100 millions d’euros dont le premier ministre espère alléger nos poches, il est également question cette fois-ci de lutter contre l’obésité.

Anecdotique me direz-vous.

Eh bien peut être pas. Ça a commencé avec l’élue de mon cœur, qui ne se mêle pourtant jamais de politique mais se trouve être une grande consommatrice de Coca Cola. Sitôt qu’elle a appris la nouvelle par l’entremise d’une amie (ce qui est, en soi, déjà surprenant) elle est rentrée dans une sainte colère et m’immédiatement cuisiné en long en large et en travers sur le montant des nombreux impôts indirects dont nous abreuve la citadelle de Bercy. Dès le lendemain, mon boucher s’y met à son tour : lui qui est d’habitude aussi bavard qu’une tombe ne trouve pas de mots assez durs pour qualifier ce gouvernement et ceux qui l’ont précédé. Et ainsi de suite…

Je ne sais pas si vous avez la même impression, mais j’ai rarement vu et entendu autant d’honnêtes citoyens s’offusquer d’un nouvel impôt. On parle d’une nouvelle gabelle et j’ai même vu une « Soda Party » [1] se créer sur Facebook [2] et attirer en quelques jours un nombre considérable de sympathisants. La gabelle, une « Soda Party » : fichtre ! Si ce ne sont pas des références explicitement révolutionnaires, elles le sont au moins implicitement.

Notre premier ministre croyait sans doute qu’une énième taxe à la consommation et, qui plus est une taxe assortie d’un objectif aussi mollement consensuel que l’impérieuse nécessité de lutter contre l’obésité, passerait comme une lettre à la Poste [3]. C’est bien mal connaître l’histoire. Les révoltes populaires, insurrections et autres révolutions ont bien souvent des origines bêtement fiscales.

---
[1] Référence à la « Boston Tea Party » de 1773.
[2] Le CSA a récemment interdit de nommer les réseaux sociaux à la télévision ; dans la presse écrite, il me semble que c’est encore autorisé.
[3] Hors périodes de grèves.

Commentaires

  1. C'est un insignifiant supplément de taxe qui fera exploser l'Etat-providence, telle la menthe de Mr Creosote.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Nombre d'heures travaillées par an et pour 100 personnes

Selon les données de l’OCDE pour 2015, le taux d’emploi de la population française âgée de 15 à 64 ans était de 63.8%. C’est-à-dire que sur 100 personnes en âge de travailler, un peu moins de 64 ont effectivement occupé un emploi — fût-ce à temps partiel — durant l’année considérée. Par ailleurs, selon la même source, le temps de travail annuel moyen des français qui ont travaillé en 2015 s’établissait à 1 482 heures [1].En croisant ces deux données, on peut facilement estimer le nombre d’heures de travail fournies en une année par 100 français en âge de travailler : ça fait environ 94 552 heures. Juste pour remettre ce chiffre dans son contexte, voici ce que ça donne pour tous les pays pour lesquels les données sont disponibles dans les bases de l’OCDE : Juste pour votre information, pas moins de 84.7% des islandais âgés de 15 à 64 ans travaillent (c’est le record du panel) et ils travaillent en moyenne 1 880 heures par an. Ce sont les mexicains et les coréens (du sud) qui, lorsqu’ils…