Accéder au contenu principal

Capitalisme.fr #1

Selon les meilleures estimations dont nous disposions [1], le coût global du programme Rafale s’établissait en 2009 à quelques 40,69 milliards d’euros sur la base de 286 appareils [2]. Au total, un Rafale coûte donc 142,3 millions d’euros dont 101,1 millions en coûts de production stricto sensu et 41,2 millions qui correspondent pour l’essentiel, je le suppose, à l’amortissement des frais de développement. Les dernières fois que M. Dassault a essayé d’exporter son appareil, il semble – je dis bien « il semble » tant les ventes d’armes entre Etat sont transparentes – qu’il ait fixé son prix aux alentours de 100 millions d’euros. Et à ce prix, M. Dassault – et ce, malgré l’appui de M. Sarkozy dans son rôle de VRP de luxe – n’a pas vendu le moindre appareil. Pas un seul. Sur les conseils de son directeur commercial [3], notre avionneur a même proposé une remise de pratiquement 50% aux brésiliens (50 millions, soit le même prix que pour l’Etat français). Sans succès. Mais n’ayons pas d’inquiétudes pour Dassault Aviation : une clause du contrat signé entre l'Etat et l'avionneur garanti à ce dernier que le contribuable lui assurera une cadence de production de 11 avions par an.

Dassault Aviation est détenue à 50,5% par le Groupe Dassault et à 46,32% par EADS [4]. Créée en 2000, la European Aeronautic Defence and Space Company est issue de la fusion de l’allemand Dasa (groupe Daimler AG), de l’espagnol CASA et de la société française aérospatiale-Matra, elle-même issue de la fusion d’aérospatiale (publique jusqu’alors) et de Matra (privatisée en 1988). Aujourd’hui encore, EADS est codétenue à hauteur de 22,46% par deux actionnaires majoritaires : Daimler AG et Sogeade. Si le nom du constructeur automobile allemand ne vous est sans doute pas inconnu, vous ne savez peut être pas ce qu’est Sogeade. La Société de gestion de l'aéronautique, de la défense et de l'espace a été fondée lors de la création d’EADS sous la forme d’une holding commune à 50/50 entre l’Etat français (via la Sogepa [5]) et Désirade, une holding du groupe Lagardère, pour représenter les intérêts de ces deux investisseurs dans le groupe européen. Au fil du temps, le groupe Lagardère à réduit sa participation dans Sogeade : de 50% en 2000 à 40% fin 2008 et enfin à 1/3 depuis 2009. Au 30 décembre 2010, Sogeade détenait ainsi 22,46% du capital d’EADS contre 30,3% lors de sa création.

Aujourd’hui, EADS est dirigée par Louis Gallois. Son nom vous dit certainement quelque chose puisque cet énarque [6] a été pendant dix ans le président de la SNCF. M. Gallois a commencé sa carrière à la direction du Trésor en 1972 avant d’assurer brièvement la fonction de directeur de cabinet de Jean-Pierre Chevènement alors ministre de la Recherche et de la Technologie (1981). Il passera ensuite par plusieurs responsabilités au Ministère de l'Industrie (1982-86) et au ministère de l’Économie, des Finances et de la Privatisation (1986-88) avant de retrouver Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de la Défense, en tant que directeur de cabinet (1988). C’est à ce moment que démarre la carrière industrielle de M. Gallois qui est nommé PDG de la Snecma (alors publique) en 1989, prend la tête d’aérospatiale (publique) en 1992, passe dix ans à la tête de la SNCF (1996-2006) et rejoint enfin EADS en tant que co-président avant d’en devenir le président en 2007.

Enfin, quand on parle des groupes Dassault et Lagardère, il faut inévitablement aborder le sujet de la presse. Ça ne vous a pas échappé, M. Dassault est propriétaire de Socpresse et donc de son fleuron le Figaro tandis que M. Lagardère, via Lagardère Active, contrôle des titres comme Paris Match ou Elle. L’un comme l’autre bénéficient donc la manne céleste des subventions destinées à la presse qui tombent en pluie comme dans le ciel du Sinaï. Dans notre prochain numéro, nous aborderons les aventures de Jean-Marie Messier, j6m.com, le héro du capitalisme à la française... à moins que ne change d'avis d'ici là.

---
[1] Chiffres de la cour des comptes confirmés par le ministère de la défense.
[2] Nombre d’appareils commandés par l’Etat français. En comptant les 11 qui devraient êtres livrés en 2011, l’armée française devrait bientôt disposer de 104 Rafales.
[3] Qui est aussi président de la République française à ses heures perdues.
[4] le solde, 3,13%, est détenu par le public.
[5] La « Societé de Gestion de Participations Aéronautiques », une holding détenue à cent pour cent par l’Etat.
[6] Promotion Charles de Gaulle (1972).

Commentaires

  1. Vous pourriez aussi raconter comment la fusion entre le petit GDF public et le gros Suez privé a permis à l'Etat d'empêcher un investissement italien en France et de réaliser une quasi-nationalisation en obtenant le contrôle de GDF Suez où Bercy dispose désormais d'une minorité de blocage... Vous pourriez aussi évoquer le veto de l'Etat à l'opération capitalistique voulue par le groupe privé Ingenico, l'un des leaders mondiaux des paiements électroniques... La France est l'illustration que capitalisme n'est pas synonyme de libéralisme : au grand bonheur d'Henri Guaino, de Nicolas Sarkozy, et des inspecteurs des finances, nous avons en France un capitalisme d'Etat, et non un capitalisme populaire.

    RépondreSupprimer
  2. Les british disent "Crony Capitalism", je ne connais l'équivalent français.

    RépondreSupprimer
  3. Journal Libertas,
    Il y a l’embarras du choix :)

    Ben,
    « Capitalisme de connivence »

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…