Démondialisation à Gaza

Les promoteurs de la « démondialisation » estiment qu’un retour des barrières douanières serait de nature à améliorer le bien-être des français ; étrangement, les mêmes politiciens ne semblent pas penser que le blocus de gaza ait amélioré le bien-être des gazaouis…

(Note: Don Boudreaux fait régulièrement le même constat pour Cuba...)

6 commentaires:

  1. Les relations entre croissance économique et protectionnisme (par droits de douane, sans parler des barrières non tarifaires) semblent dépendre de diverses circonstances et facteurs, ce qui pousse à une certaine prudence dans l'application des principes :

    http://www.ekh.lu.se/ehes/paper/Antonio%20Tena%202%202%20(EHS%20Lund)%20(2).pdf

    http://www.econ.yale.edu/seminars/echist/eh02/williamson-020418.pdf

    Des pays comme Cuba sont des cas particuliers parce qu'il ne s'agit pas seulement de protectionnisme, mais aussi de système collectiviste, ce qui fait encore empirer très gravement les choses. De même la Corée du Sud a un niveau bas de droits de douane, mais sa différence avec la Corée du Nord tient évidemment aussi fondamentalement à autre chose. Un pays en économie de marché et pratiquant un certain protectionnisme ne peut pas descendre aussi bas qu'un pays comme Cuba.

    RépondreSupprimer
  2. Le blocus est imposé par l'extérieur, le protectionnisme aux frontières est administré de l'intérieur, sur décision politique et selon les intérêts économiques d'une nation - d'un peuple - et non des firmes internationales de cette nation.

    Vous ne voyez pas la différence Kaplan ?

    Arrêtez de lire Hayek, en matière de philosophie du droit et de philosophie politique, ça ne vaut pas tripette, ce surtout si l'on compare ce brave Monsieur à ses glorieux prédécesseurs !

    Le néolibéralisme est un échec patent ; il ravage le monde. Cet utilitarisme est un nouveau totalitarisme mais qui a pris la précaution de soigner son profil par le journalisme militant, le markéting idéologique et les mondes des écrans et des images.

    RépondreSupprimer
  3. Desaix :

    Vous avez raison : un blocus n'est pas la même chose que le protectionnisme.

    Vous avez tort : Hayek ne se définissait pas comme utilitariste (ou utilitarien).

    RépondreSupprimer
  4. @Curmudgeon,

    J'ai raison par principe. Figurez-vous que Vendredi dernier je causais encore avec Gabriel, au Balto, lequel n'a pas manqué de me rappeler à l'ordre :

    - souviens-toi Desaix que tu es fontaine de Justice et oracle de Vérité.

    Ce à quoi je lui ai répondu :

    - allez Gabriel, finis ton verre de blanc et arrêtes de parler boulot, on est en Week-End.

    ps : Saint Pierre n'a toujours aucune nouvelle de Monsieur Hayek, on ne vous cache pas qu'on est un peu inquiet pour lui à la boîte... y s'dit à la machine à café que le patron veut pas l'voir...

    RépondreSupprimer
  5. C'est bizarre, ça fait des années que ça dure, et personne à Gaza ne demande à venir à une table de négociations pour que les choses changent. Et si les choses ne changent pas, c'est probablement parce que certains, à Gaza, n'ont pas intérêt à ce que ça change. Arafat a pu devenir milliardaire en se servant de la cause palestinienne.

    Desaix : rappelez-moi, qui a commencé à foutre le bordel le 14 mai 1948 ?

    RépondreSupprimer

La loi Pompidou-Giscard (encore)

« Un mensonge fera le tour du monde avant que la vérité ait eu le temps de mettre ses bottes. » — Charles Spurgeon « Le Trésor public ne p...