Accéder au contenu principal

La « désindustrialisation relative » est mondiale

J’ai déjà eu l’occasion d’aborder le sujet : avec un peu plus de 593 milliards d’euros en 2010, la production de notre industrie manufacturière a augmenté de 140% par rapport à 1970 [1]. Au cours de ces 40 années, la valeur ajoutée générée par ce secteur de notre économie – c'est-à-dire la richesse économique qu’il crée chaque année – a plus que doublé [2]. En 2007/08, juste avant la crise, l’industrie manufacturière française avait même battu son record historique de production et de création de richesse. S’il y a bien eut un net recul dans l’industrie textile, il a été plus que largement compensé par d’autres branches comme – par exemple – les équipements électriques, les produits électroniques ou la cosmétique qui ont connu des croissances supérieures à 600%. Il n’y a donc rien, d’un point de vue absolu, qui ressemble de prêt ou de loin à une « désindustrialisation ».

Pourtant, les tenants de ladite désindustrialisation n’en démordent pas et soulignent que le poids de l’industrie dans notre économie a décliné ; conséquence selon eux des délocalisations vers des pays à bas salaires. En effet, la part de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière dans notre PIB est passée d’environ 22% en 1970 à quelque chose de l’ordre de 10% aujourd’hui [3]. Comme nous l’avons vu plus haut, cette évolution n’est pas liée à une réduction de la richesse créée par notre industrie mais à une augmentation plus rapide des activités non-industrielles – et en premier lieu des activités de services. Ce phénomène est bien réel mais il n’est pas lié à la mondialisation puisque – comme le souligne l’excellent Mark Perry – la même évolution s’observe à l’échelle mondiale : la part des industries manufacturières dans le Produit Mondial Brut est passée de près de 27% en 1970 à moins 17% de nos jours [3].

Cette « désindustrialisation relative » – c'est-à-dire la baisse du poids des industries dans nos économies – traduit principalement deux phénomènes : une révolution technologiques – qui nous a fait passer, au cours des dernières décennies, d’une économie des machines à une économie de la connaissance et de l’information – et un gigantesque mouvement d’externalisation des fonctions annexes – qui fait que la part de valeur ajoutée qui revient aux services de nettoyage industriels (par exemple) n’est plus comptabilisée dans l’industrie mais dans les services.

La désindustrialisation est donc bel et bien un mythe qui relève du biais cognitif – les fermetures d’usines font la « une » des journaux mais personne n’entends parler des créations d’emplois qui les compensent – et du marketing politique.

---
[1] Insee – Production par branche aux prix de l'année précédente chaînés.
[2] Insee – Valeur ajoutée aux prix de l'année précédente chaînés .
[3] Nations Unies – GDP/breakdown at current prices in US Dollars.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…