Accéder au contenu principal

La ruée vers l'or, #2

Alors que l’inflation du Bear Nanke gagne progressivement la planète et que les Etats-Unis se transforment en économie de carry-trade comme le Japon il y a déjà deux décennies, le prix de l’once d’or est désormais supérieur à $1 359. Rappelons pour mémoire que le prix de l’once d’or était fixé à$35 lors de l’instauration du système de Bretton Woods et que le 13 août 1971, deux jours avant qu’Oncle Sam décide d’abandonner l’étalon-or (le Nixon Chock), elle se négociait aux environs de $43.275 au fixing du matin à Londres – soit une augmentation de 3 040% du prix de l’or exprimé en dollars US depuis août 1971… ou une baisse de 97% du prix du dollar US exprimé en onces d’or, c’est à vous de voir.




Or voilà, il semble qu’à plus de $1 300 l’once, l’exploitation des mines étasuniennes et californiennes en particulier redeviennent un projet économiquement viable : c’est une deuxième ruée vers l’or qui est en train de se préparer autour de LA.

La dernière ruée avait atteint son paroxysme en 1852, quand presque 4 millions d’onces ont été découvertes en Californie. La plupart des mines de l’état ont fermé à la mise en place de Bretton Woods et l’année du Nixon Chock, la production Californienne était tombée à 2 000 onces. Selon les chiffres de l’article du NYT, Mesquite Mine, qui a rouvert en 2008, aurait extrait pas moins de 170 000 onces en 2010 et Briggs Mine aurait produit 25 000 onces – soit à elles seules, 5% du volume paroxystique de 1852.

Pour l’instant, les mines réactivées sont essentiellement des exploitations en plein air mais il semble que, malgré les coûts règlementaires prohibitifs, nous pourrions bientôt revoir ouvrir des mines enterrées aux Etats-Unis. Selon le Metals Economics Group, l’extraction d’une once d’or coûtait en moyenne $655 en 2008 (contre $281 en 2001, la croissance des coûts de production semble être essentiellement liée à des considérations environnementales)… autant dire qu’à plus de $1 300 l’once, il y a de la marge.

Pour mémoire :
Selon les estimations du World Gold Council, la quantité totale d’or extraite dans l’histoire serait de l’ordre de 5 324 millions d’once dont 65% auraient été produites depuis 1950. Selon la même source, la production actuelle serait de l’ordre de 80.3 millions d’once par an.


Addendum :
Ce post n’est pas une recommandation d’investissement sur l’or pour le long terme. Investir sur l’or, ou n’importe quelle autre matière première est stupide : les matières premières ne génèrent pas de cash-flows, leurs rendements tendent vers zéro. Investir sur les matières premières à long terme, c’est parier contre l’ingéniosité humaine – et ça, c’est un très mauvais pari.

Commentaires

  1. Bonjour,

    L'addendum est un peu surprenant quand on relit la fin du premier paragraphe. Parier sur l'or, ne serait-ce pas plutôt parier sur l'incompétence des hommes politiques que contre l'ingéniosité humaine ?

    RépondreSupprimer
  2. Pour un pari à court terme, vous avez entièrement raison. Pour une investissement à long terme, votre espérance de rendement tend vers zéro.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça : C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C&#…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…