Les plans de l’ennemi

La stratégie de l’adversaire nous est connue. Elle est née sous la plume d’un certain Abou Moussab al-Souri [1], un djihadiste originaire de Syrie souvent présenté comme la tête pensante d’al-Qaïda. Fin 2004 ou début 2005, al-Souri a publié un Appel à la résistance islamique globale, un pavé de 1 600 pages dans lequel il théorise le nizam, la tanzim (« un système, pas une organisation »), le djihad décentralisé à l’échelle planétaire, lequel peut se résumer par son mode opératoire et son objectif stratégique.

Le mode opératoire, c’est la décentralisation. L’idée défendue par al-Souri, c’est une sorte de jihad open source dans lequel le rôle de la structure centrale — aujourd’hui l’État Islamique — se limite pour l’essentiel à inspirer des « loups solitaires » ou de petites cellules autonomes qui agissent en son nom mais sans bénéficier d’un réel soutien logistique. C’est le concept clé du nizam, la tanzim : en l’absence d’organisation structurée on se limite à de petites opérations symboliques mais on n’est d’autant plus difficile à repérer.

L’objectif de ce « jihad du pauvre » est assez bien décrit par ce que Yuval Noah Harari appelle la stratégie de la mouche. Ce que l’État Islamique (la mouche) cherche à obtenir de nous (l’éléphant), c’est une violente poussée d’islamophobie qui, espèrent-ils, poussera les musulmans qui vivent parmi nous dans leurs bras. J’insiste : il n’y a là aucune interprétation de ma part ; c’est explicite dans le texte d’al-Souri et c’est exactement ce qu’écrit Daesh dans sa propagande [2] :

« Les musulmans des pays occidentaux vont maintenant rapidement se retrouver face à un choix, soit ils s’apostasient et adoptent la religion mécréante propagée par Bush, Obama, Blair, Cameron, Sarkozy et Hollande pour vivre au milieu des mécréants, soit ils font leur hijra [3] jusqu’à l’État Islamique et ainsi échappent à la persécution des gouvernements et citoyens croisés. »

Face à ça, ma conviction personnelle c’est que nous devons mener un combat sur deux fronts. Le premier, c’est celui du renseignement ; l’ensemble des méthodes et organisations que nous mettrons en place pour repérer et neutraliser les cellules adverses avant qu’elles ne passent à l’acte. Le second front, c’est celui des idées ; c’est la stratégie que nous devons mettre en œuvre pour anéantir la propagande de Daesh et donc sa capacité de recrutement.

---
[1] Né Mustafa bin Abd al-Qadir Setmariam Nasar.
[2] Dabiq, février 2015.
[3] Hégire, l’immigration des musulmans en terre d’Islam. Il semble que, face à ses revers récents sur le terrain, le discours de l’État Islamique a quelque peu évolué sur ce point : ils recommandent désormais aux candidats djihadistes de frapper là où ils vivent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cheval de fer, acte II

La première partie est ici. Quand John Kennedy s’y était installé au tout début des années 1790, Manchester n’était encore qu’un gros bour...