Accéder au contenu principal

La dette publique

Au 30 septembre 2016, la dette publique française (a.k.a. dette des administrations publiques au sens de Maastricht) s’établissait à 2 160.4 milliards d’euros soit 97.6% du PIB. C’est le niveau le plus élevé jamais constaté en temps de paix.

Cette dette comprend la dette de l’État lui-même, les dettes des organismes divers d’administration centrale [1], les dettes des administrations publiques locales [2] et les dettes des administrations de sécurité sociale [3]. Voici comment elles se répartissaient au 30 septembre 2016, en milliards d’euros (source : Insee) :

Entité Montant Poids
État 1 722.6 79.7%
Autres 437.9 20.3%

C’est donc l’État lui-même, au sens de la comptabilité nationale, qui a contracté l’essentiel de notre dette publique. Cette dette de l’État, de façon marginale, a été contractée sous forme de dépôts réalisés auprès du Trésor (l'État, entre autres choses, est aussi banquier) et de crédits (je n'en sais pas plus). Mais l'écrasante majorité, 1 636.2 milliards d’euros au 30 septembre 2016 (source : AFT), soit 95% de la dette de l’État, a été contractée sous forme d'obligations émises sur les marchés financiers. C'est la dette négociable de l’État.

Cette part de la dette publique est intégralement gérée par l’Agence France Trésor (AFT), une agence placée sous l'autorité du directeur général du Trésor et chargée de gérer la dette et la trésorerie de l'État. Elle prend la forme de deux types d'obligations :

  • Les Bons du Trésor à taux Fixe et à intérêts précomptés (BTF) qui sont des obligations à court terme (un an au maximum) destinés à pourvoir aux besoins de trésorerie de l'État (comme payer les salaires des fonctionnaires à la fin du mois) ;
  • Les Obligations Assimilables du Trésor (OAT) qui représentent l'essentiel (91% au 30 septembre 2016) et permettent à l'État d'emprunter de l'argent sur de plus longues périodes [4] : l’échéance la plus lointaine à l'heure où j'écris ces lignes est fixée au 25 mai 2066 soit un peu moins d'un demi-siècle [5].

Bref, si on ne tient compte que de la dette publique officielle [6], les 3 quarts ont été empruntés sur les marchés financiers sous forme d’obligations. Ça n’a, en soit, rien d’exceptionnel : la plupart des autres pays s’endettent de la même façon et c’est aussi de cette façon que nous avons fonctionné pendant des siècles [7].

---
[1] Les organismes divers d’administration centrale (ODAC) forment une catégorie d’établissements publics composée, pour l’essentiel, d’agences gouvernementales (le CEA, l’AMF, Météo France…), de groupement d’intérêt public et d’écoles et universités publiques. On en compte environ 700 selon la liste des ODAC publiée par l’Insee en mai 2016.
[2] Les administrations publiques locales regroupent les collectivités locales — 35 885 communes, 101 départements, 18 régions et 2 062 métropoles et communautés (source, 1er janvier 2016) et les organismes divers d’administration locale (ODAL) ; c’est-à-dire, principalement, les collèges, les lycées, les chambres consulaires (commerce, agriculture, métiers), les établissements publics locaux (pompiers, CCAS…) et un certain nombre d’associations financées sur fonds publics locaux.
[3] Les administrations de sécurité sociale (ASSO) comprennent les régimes obligatoires de sécurité sociale — régime général, régime social agricole (MSA), régime social des indépendants (RSI), AGIRC et ARRCO —, l’assurance chômage, la caisse d’amortissement de la dette sociale (CADES) et le Fond de réserve des retraites (FRR) mais aussi les hôpitaux et certaines œuvres sociales.
[4] L'AFT utilisait également, jusqu'au 31 décembre 2012, des Bons du Trésor à intérêt ANnuel (BTAN) pour les maturités intermédiaires. Ces choses n'existent presque plus : le dernier BTAN arrivera à maturité le 25 juillet 2017.
[5] En moyenne, la dette négociable de l’État avait une durée de vie (le temps qui nous sépare du remboursement du capital) de 7 ans et 124 jours au 30 septembre 2016.
[6] Les engagements hors bilan de l’État sont, à eux seuls, un vaste sujet qui occupe beaucoup la Cour des Comptes : outre de nombreuses garanties accordées aux uns et aux autres, ils comportent des milliards de dettes en bonne et due forme (retraites des fonctionnaires, dettes de la SNCF…) qui n’apparaissent pas dans les chiffres officiels.
[7] Emprunter de l’argent et, éventuellement, exproprier ses créanciers est une habitude des États presque aussi vieille que la monnaie elle-même. Les historiens estiment habituellement que le premier véritable emprunt public de l'État français date de 1535, sous le règne de François Ier.
[8] Non, personne n’a interdit au Trésor d’emprunter de l’argent à la Banque de France en 1973.

Commentaires

  1. LA DETTE
    1981 (Mitterrand) 110 milliards €
    2016 (Hollande) 2200 Milliards €

    RépondreSupprimer
  2. Acceptons nous de jouer au MONOPOLY avec la banque planquée sous la table ?
    Un enfant de 7 ans non lobotomisé refuse catégoriquement.
    Nous sommes sous contrôle mental, sous hypnose.
    Sachant cela, toutes les théories économiques n'ont absolument aucun sens.

    RépondreSupprimer
  3. Si on écoute certains gauchistes comme Mélenchon c'est pas grave la dette sera jamais remboursée. Comment peut-on raconter des conneries pareilles ???

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…