Accéder au contenu principal

Trump surfe une vague de réactance

Une des grandes marques de fabrique de Donald Trump, c’est sa propension à pulvériser rageusement tous les codes du politiquement correct en vigueur aux États-Unis. Tout y passe : xénophobie, misogynie, homophobie… Il transgresse une à une et plutôt deux fois qu’une toutes les règles patiemment élaborées ces dernières décennies qui définissent les bornes de la liberté d’expression outre-Atlantique et les figures imposées du discours public.

Bien sûr, me direz-vous, tout le monde parle des dérapages verbaux de Trump et il ne se passe pas une journée sans que sa dernière sortie fasse le tour des réseaux sociaux ou, à défaut, qu’on nous fasse une rétrospective des précédentes. Seulement voilà, justement, il est tout à fait possible que ces discours transgressifs ne soient pas des dérapages mais procèdent au contraire d’une stratégie aussi volontaire que parfaitement maîtrisée.

Qu’on parle de Trump en bien ou en mal, peu importe ; l’essentiel, c’est qu’on parle de Trump. Si ses dérapages sont bien des dérapages contrôlés, il assez vraisemblable que la forme de ses discours relève, au moins en partie, de ce type de stratégie — d’ailleurs, admettons-le, ça fonctionne assez bien. Pourtant et sans que ça contredise cette première hypothèse, je suspecte le trublion de jouer un jeu plus fin.

Que fait un partisan de Trump quand est pris à parti sur les propos de son champion ? Eh bien très souvent, pour peu que je puisse en juger, il commence par prendre ses distances sur ce sujet bien précis juste avant de le soutenir en général au motif que « y’en a marre du politiquement correct ! » C’est-à-dire que Trump, sans doute bien moins idiot qu’on se plait à le croire, surfe sur une énorme vague de réactance.

Si vous suivez un peu l’actualité américaine, vous observerez sans doute que l’emprise du politiquement correct — notamment dans les universités — a atteint un tel degré (notamment dans l’absurdité) qu’il suscite désormais un rejet presque viscéral d’une part grandissante des américains et fini même, dans certains cas, par provoquer l’effet exactement inverse à celui qui était recherché. C’est ce que les psychologues appellent de la réactance : à force de se voir imposer le discours et les normes du politiquement correct, une grande partie des américains en sont venus à adopter des convictions parfaitement orthogonales.

Et ça, Trump le sait et il le sait d’autant plus qu’il fait sans doute lui-même partie de la vague qu’il surfe. Son discours outrancier ne vise pas tellement à convaincre sur le fond — qui est d’ailleurs d’une pauvreté abyssale — mais plutôt à rallier sur la forme. Les ingénieurs sociaux ont cru qu’en censurant et en imposant leur novlangue ils parviendraient à modeler la société américaine selon leurs désirs. Ils ont obtenu un Trump.

---
Le phénomène Trump fait, assez légitimement il me semble, couler beaucoup d’encre ces derniers jours. L’émergence de cet improbable personnage sur le devant de la scène politique américaine suscite bon nombre de réflexions particulièrement intéressantes (qui, à mon humble avis, s’appliquent en grande partie à la montée du Front National chez nous). Je vous recommande en particulier The rise of American authoritarianism d’Amanda Taub sur vox.com et Homogénéité et aveuglement : ce que Donald Trump nous apprend sur les surprises stratégiques de Philippe Silberzahn sur son blog.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Nombre d'heures travaillées par an et pour 100 personnes

Selon les données de l’OCDE pour 2015, le taux d’emploi de la population française âgée de 15 à 64 ans était de 63.8%. C’est-à-dire que sur 100 personnes en âge de travailler, un peu moins de 64 ont effectivement occupé un emploi — fût-ce à temps partiel — durant l’année considérée. Par ailleurs, selon la même source, le temps de travail annuel moyen des français qui ont travaillé en 2015 s’établissait à 1 482 heures [1].En croisant ces deux données, on peut facilement estimer le nombre d’heures de travail fournies en une année par 100 français en âge de travailler : ça fait environ 94 552 heures. Juste pour remettre ce chiffre dans son contexte, voici ce que ça donne pour tous les pays pour lesquels les données sont disponibles dans les bases de l’OCDE : Juste pour votre information, pas moins de 84.7% des islandais âgés de 15 à 64 ans travaillent (c’est le record du panel) et ils travaillent en moyenne 1 880 heures par an. Ce sont les mexicains et les coréens (du sud) qui, lorsqu’ils…