Accéder au contenu principal

Le puzzle du x% -- un teaser

L’idée force du Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty peut se résumer comme suit : le taux de rendement du capital ($r$) est plus élevé que le taux de croissance des revenus ($g$). C’est l’inégalité fondamentale $r > g$ qui fait que, même si les détenteurs de capital ne capitalisent qu’une fraction des revenus tirés d’icelui, leurs patrimoines (et les revenus associés) croîtront plus vite que le reste de l’économie. À plus ou moins brève échéance, ils possèderont pratiquement tout tandis que l’immense majorité de ceux qui ne vivent que des revenus de leur travail n’auront, pour ainsi dire, rien.

À l’appui de sa théorie, Piketty compare la croissance du patrimoine moyen mondial à celle des un cent millionièmes les plus riches d’entre nous (le 0.000001%) de 1987 à 2013 et observe, ce qui est sans doute exact, que ce $x$% a vu son patrimoine croitre de 6.8% en moyenne contre seulement 2.1% pour le commun des mortels (Tableau 12.1, page 693). De là, l’auteur du Capital au XXie siècle conclu que « de 1987 à 2013, les plus hauts patrimoines mondiaux ont progressé de 6%-7% par an, contre 2,1% par an pour le patrimoine moyen mondial ».

J’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer (voir The x% Puzzle) : c’est une fraude intellectuelle totale. Le fait que le $x$% d’aujourd’hui soit $y$% plus riche que le $x$% d’hier ne signifie en aucune façon que le $x$% d’hier se soit enrichi de $y$% ni même, d’ailleurs, qu’il se soit enrichi tout court. Plus précisément, la conclusion que tire Piketty n’est juste que si et seulement si le $x$% d’aujourd’hui est constitué, au moins en grande partie, des mêmes personnes que le $x$% d’hier (ou de leurs héritiers).

Une manière simple de comprendre ce principe consiste à imaginer que le $x$% d’il y a 10 ans possédait en moyenne 10 millions de dollars ; que tous, depuis, ont été intégralement ruinés et que, dans le même temps, une nouvelle génération d’entrepreneurs issus de milieux modestes aient construit des fortunes d’une valeur moyenne de 15 millions de dollars. On observe donc bien que les $x$% les plus riches d’aujourd’hui sont 50% plus riches que les $x$% d’il y a 10 ans.

En quoi est-ce différent des observations de Piketty ? En rien. En quoi est-ce différent des conclusions de Piketty ? En tout : c’est même une description parfaitement orthogonale de la réalité ; un monde dans lequel les riches se sont considérablement appauvrit et quelques pauvres se sont considérablement enrichis ; l’antithèse du monde de rentiers décrit dans Le capital au XXIe siècle.

De la même manière, le fait que les $x$% les plus riches aujourd’hui se soient plus enrichis que la moyenne au cours des dernières décennies ne signifie aucunement que les riches se soient enrichis plus vite que les autres. C’est une simple question de logique : s’ils font partie du $x$% d’aujourd’hui, c’est peut-être (et même probablement) parce qu’ils se sont beaucoup enrichis récemment. C’est un biais de sélection à ce point classique qu’il porte même un nom : on l’appelle biais du survivant.

Bref, les démonstrations de Piketty n’ont aucune valeur. Ça ne signifie pas qu’il a nécessairement tort mais ça signifie qu’il tire des conclusions sur la base d’observations qui peuvent tout aussi bien signifier l’exact contraire de ce qu’il dit.

Toute la question est donc de savoir si les données que nous observons tendent plus à confirmer les conclusions de Piketty — un monde d’héritier oisifs qui se contentent de faire fructifier leurs fortunes — ou le scénario inverse : celui d’un monde dominé par des entrepreneurs qui bâtissent leurs fortunes de leurs propres mains. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner, une rapide analyse du CV des plus grandes fortunes mondiales tend vers le scénario des entrepreneurs mais les partisans de Piketty ne manquerons pas d’y opposer la faible représentativité du panel — et ils auront raison.

Seulement voilà, en y réfléchissant un peu, il y a quelques bonnes raisons de penser que c’est bien la thèse des entrepreneurs qui décrit le plus fidèlement la réalité. Ça fera l’objet d’un prochain billet ici même mais je vous prévient tout de suite, ça risque d’être un peu technique.

Commentaires

  1. Tout à fait d'accord. Je me permettrais d'ajouter une observation, dont je m'étonne que personne ne la fasse (à moins que j'ai tort); on peut très bien avoir r supérieur à g sans que la part du patrimoine des capitalistes dans celui du pays n'augmente, car les deux grandeurs ne sont pas homotéthyques ; r est la rentabilité du capital tandis que g est la CROISSANCE du revenu national (travail + capital), cela revient à comparer des distances (r) et des vitesses (g), or écrire "si 3 km plus grand que 50 km/h alors..." n'a aucun sens. Avoir une firme rentable à 5 % des capitaux investis ne signifie pas que le gérant va voir sa part du REVENU de son village augmenter. Non ?
    YB

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…