Accéder au contenu principal

Marche aléatoire

Jules Regnault, courtier, désespérait de prédire les cours de la bourse. En l’espèce, c’est la rente française 3% – obligation d’Etat émise en 1859 pour financer la guerre d’Italie – qui occupe les pensées de cet agent de change et par ailleurs éminent probabiliste : il a beau essayer, rien n’y fait, cette fichue rente monte et baisse sans qu’il soit humainement possible d’en prévoir le prochain mouvement.

En 1863, il publie son Calcul des Chances et Philosophie de la Bourse, unique ouvrage connu de sa plume dans lequel il introduit dans la plus grande discrétion de qui va devenir le fondement de la manière dont nous concevons les marchés financiers depuis : la très fameuse et pourtant si incomprise marche aléatoire.

Le fait est que nous ne voyons pas le futur. Cette fameuse valeur intrinsèque dont se prévalent si volontiers ceux qui ne connaissent de l’économie que ce qu’ils en perçoivent depuis leur tour d’ivoire n’est jamais que la somme d’une série de flux financiers hypothétiques actualisés à un taux arbitraire sur une période de temps laissée à la libre appréciation de l’utilisateur – c’est-à-dire du vent, un concept purement théorique, une chimère. Peu importent les fioritures auxquels les analystes recourent – Modigliani & Miller, Gordon & Shapiro… – le cours des évènements, et donc celui de la bourse, appartient à un futur qui nous échappe et nous échappera toujours. Que celui qui aurait été capable de produire une produire une valorisation décente d’Apple ou de Google il y a dix ans me jette la première pierre.

Et donc, suggère Regnault, si nous sommes infichus de prévoir l’avenir, autant considérer l’évolution des cours comme une variable aléatoire et tenter de comprendre les lois qui gouvernent cette dernière.

C’est là que vient se nicher la première grande incompréhension. Le fait que Regnault, plus tard repris par Louis Bachelier puis par le monde académique américain, suggère d’analyser les cours de bourse comme si leur évolution était aléatoire ne signifie aucunement qu’il pense qu’elle le soit vraiment. Ce que Regnault nous dit, n’en déplaise aux partisans de l’idée ridicule selon laquelle les marchés financiers ne seraient qu’un grand casino, c’est qu’une façon intelligente de faire face à l’incertitude radicale qui gouverne l’évolution des cours consiste à faire comme si leurs évolutions étaient effectivement guidées par le hasard.

Une analogie pratique et, je crois, assez juste consiste à comparer les marchés financiers aux générateurs de chiffres pseudo-aléatoires [2] utilisés par les cryptographes : tout le monde sait que ces algorithmes sont entièrement déterministes mais – et c’est leur raison d’être – les résultats qu’ils produisent donnent l’illusion de l’aléa ; c’est-à-dire, précisément, qu’un observateur aura beau scruter l’évolution des cours nuit et jours, il n’en sera pas plus capable de déterminer le prochain mouvement.

C’est tout le sens et le génie de cette marche aléatoire qui va devenir la base conceptuelle de la plupart des modèles financiers : puisque nous ne sommes pas capables de prédire l’avenir, faisons comme si ces choses évoluaient au hasard et se contentaient de suivre une loi probabiliste dont il nous revient, dès lors, de découvrir les paramètres – moyenne, variance… – pour tenter, autant que faire se peut, de réduire l’incertitude.

Voilà donc plus de 150 ans que le monde inventé par Regnault gouverne la façon dont nous envisageons les marchés financiers – ou, du moins, les marchés où se négocient des instruments aux cash-flows incertains. Que le modèle soit critiquable, je suis le premier à en convenir ; encore faut-il, comme toujours lorsqu’on critique une idée, en comprendre le sens et la raison d’être.

---
[1] Louis Bachelier, Théorie de la spéculation, thèse soutenue le 29 mars 1900.
[2] Les Pseudo-Random Number Generators (PRNG) que vous utilisez sans le savoir quotidiennement pour, par exemple, chiffrer le contenu de vos e-mails.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…