Accéder au contenu principal

Ce ne sont pas les armes qui tuent

Ce ne sont pas les armes à feu qui tuent les gens, ce sont les gens avec des armes à feu. Si cette introduction vous semble relever de la pure rhétorique, je vais vous montrer qu’en réalité, cette subtile distinction sémantique est bien plus importante qu’il n’y parait.

Parce qu’en effet, si ce sont les armes à feu qui tuent les gens, ont serait naturellement tenté de compter combien. C’est ce que fait, par exemple, le Law Center to Prevent Gun Violence qui en conclue que, chaque année, les armes à feu tuent 33 000 américains. J’ai vérifié, le chiffre est exact : sur la période 2010-14, les 5 dernières années pour lesquels les données sont disponibles [1], on dénombre effectivement 164 821 américains tués par des armes à feu soit, effectivement, environ 33 000 par an.

Ceci étant posé, appliquons maintenant la petite distinction sémantique que je vous proposais en introduction et demandons-nous qui sont ces homos-sapiens qui ont utilisé des armes à feu pour tuer leurs semblables. Eh bien dans 62.2% des cas, le meurtrier n’est autre que la victime : ce sont des suicides. Les homicides pèsent un gros tiers du total (33.9%) et le solde (3.8%) se partage entre les accidents, les interventions légales et les causes indéterminées.

Parenthèse macabre sur les suicides : on peut, bien sûr, supposer que si les américains avaient moins d’armes ils se suicideraient moins. L’argument est recevable mais il n’y a là absolument rien d’évident. En France, où l’on se suicide autant (et même légèrement plus) qu’aux États-Unis, les pauvres gens qui veulent mettre fin à leurs jours y parviennent, pour la plupart, sans utiliser d’armes à feu — je vous passe les détails — et les américains font de même dans pratiquement un cas sur deux.

Mettons donc les suicides de côté avec les accidents, interventions légales et autres causes indéterminées (qui, je le rappelle, ne pèsent pas grand-chose) et concentrons-nous sur le cœur du sujet : les actes de violence commis avec des armes à feu. Je n’ai, disons les choses tout de suite, pas de chiffres exhaustifs. Sur la base des données du CDC, on peut raisonnablement estimer le nombre d’agressions à l’aide d’armes à feu ayant causé des blessures à environ 70 000 par an [2] dont environ 11 200 blessures fatales [3]. Naturellement, ces chiffres ne nous disent rien sur tous les épisodes durant lesquels des armes à feu ont été utilisées mais sans occasionner aucune blessure.

Je vais donc faire comme le Law Center to Prevent Gun Violence et me concentrer sur les statistiques de décès liés aux armes à feu avec deux différences toutefois : je ne retiens que les actes de violence volontaire envers un tiers autres que ceux commis par les forces de l’ordre — les homicides — et je vais vous proposer des moyennes sur 5 ans plutôt que les chiffres de 2014 [4]. Pour le reste, je garde l’idée qui consiste à comparer les différents états des États-Unis et l’échelle de notation proposée par le centre — de A, pour les États qui ont une réglementation très restrictive en matière d’armes à feu, B, C, D et F, pour les états jugés les plus laxistes.

Le tableau ci-dessous donne les taux de décès liés aux armes à feu (pour 100 000 habitants) en moyenne, pour chacune des 5 catégories définies par le LCPGV. La première colonne (Tous), correspond à l’ensemble des décès provoqués par des armes à feu (ce sont les données utilisées par le centre dans son nuage de point et l’histogramme en-dessous, sauf que j’utilise 5 ans de données) et les deux colonnes suivantes isolent les suicides et les homicides.

CatégorieTousSuicidesHomicides
A6.112.992.91
B7.124.342.5
C10.157.372.42
D10.547.492.62
F14.19.933.53

Comme vous pouvez le constater vous-même : il semble que les lois restrictives aient effectivement un effet sur les suicides par armes à feu mais qu’en matière de violence à proprement parler, le résultat est nettement moins saisissant. Et ce, d’autant plus si vous considérez mon second tableau ; même données mais cette fois-ci ce sont les suicides et homicides commis sans armes à feu, c’est à dire par d’autres moyens :

GradeAllSuicidesHomicides
A7.776.291.48
B9.578.131.43
C8.727.461.25
D7.836.491.34
F8.586.781.79

Alors là, vous conviendrez avec moi que ça commence à devenir vraiment gênant. Doit-on en conclure que des lois plus restrictives en matière d’armes à feu permettent aussi de réduire le nombre de meurtres commis sans armes à feu ? J’ai tendance à penser que ça ne passe pas le sniff-test le plus élémentaire.

Voici, enfin, des données issue de la même source qui, je crois, nous raconte une autre histoire. Il s’agit, pour chaque état, du taux d’homicide avec arme à feu et du taux d’homicide sans arme à feu. Je vous laisse faire vos propres graphes, vos propres tests statistiques et vous convaincre par vous-même que la relation est très clairement significative. Concrètement, ça signifie que les états où les gens tuent d’autres gens avec des armes à feu sont aussi les états où les gens tuent d’autres gens par d’autres moyens. Que ce soit en Alabama (F) ou au Maryland (A), les gens se tuent avec ou sans armes à feu tandis que dans le Vermont (F) ou à Hawaï (B), les mœurs semblent infiniment plus pacifiques.

En d’autres termes, tout se passe comme si chacun de ces états se caractérisait par un niveau de violence endémique — qui reste à expliquer — laquelle, violence, s’exprime avec ou sans armes à feu. Ce ne sont pas les armes à feu qui tuent les gens, ce sont les gens avec des armes à feu.

EtatArme à feuSans
Alabama6.1872.031
Alaska2.9142.529
Arizona3.8032.068
Arkansas5.1332.084
California3.451.587
Colorado2.0061.571
Connecticut2.41.108
Delaware4.321.811
Florida4.2161.742
Georgia4.7281.763
Hawaii0.4021.422
Idaho1.0130.901
Illinois4.6971.537
Indiana3.771.544
Iowa1.0270.988
Kansas2.5541.277
Kentucky3.1641.529
Louisiana9.3852.488
Maine0.9931.084
Maryland4.842.202
Massachusetts1.4370.941
Michigan4.9221.593
Minnesota1.1890.862
Mississippi7.4812.654
Missouri5.2071.809
Montana1.3121.55
Nebraska2.3511.197
Nevada3.2232.166
New Hampshire0.6810.772
New Jersey3.1271.375
New Mexico3.7233.04
New York2.2271.659
North Carolina4.0651.582
North Dakota1.0221.107
Ohio3.7281.54
Oklahoma4.2962.269
Oregon1.4461.236
Pennsylvania3.9381.27
Rhode Island1.4241.12
South Carolina5.3541.972
South Dakota0.6471.942
Tennessee4.6981.842
Texas3.4491.688
Utah1.0570.826
Vermont0.7660.862
Virginia2.9191.276
Washington1.6391.267
West Virginia2.9672.072
Wisconsin1.9360.985
Wyoming1.4261.808

---
[1] J’utilise les données la base WISQARS du CDC qui, manifestement, est la source la plus complète est la plus fiable en la matière.
[2] Le chiffre, avancé par Law Center to Prevent Gun Violence, de 117 000 américains qui se font tirer dessus chaque année inclue l’ensemble des blessures causées par des armes à feu, y compris les suicides, les accidents et les interventions des forces de l’ordre etc. Par ailleurs, c’est le chiffre de 2013.
[3] Le nombre d’agressions à l’aide d’arme à feu a fortement augmenté ces dernières années mais, heureusement, le nombre de cas fatals a légèrement baissé.
[4] Nous allons travailler sur des évènements à très faible fréquence : 5 ans de données permettent d’avoir des chiffres plus significatifs.

Side note : Et si, tout bêtement, la relation était inverse : ce n’est pas parce qu’il y a beaucoup d’armes qu’il y a de la violence mais c’est parce qu’il y a de la violence que les gens s’arment (et votent pour des politiques qui leur garantissent ce droit).

Commentaires

  1. Les chiffres ne sont brandis par les hoplophobes que pour justifier les conclusions dont ils sont déjà persuadés par leurs émotions, leur sensiblerie...
    Effectivement ils ne prouvent souvent rien à eux seuls, et peuvent être interprétés complètement différemment...
    Faites un tour sur www.arpac.eu à l'occasion, on essaye de lutter contre le règne de l'émotionnel et du pathos sur la raison.

    RépondreSupprimer
  2. Petit rappel d'évidence : je préfère être vivant illégalement, que mort légalement .
    Le droit de détenir des armes
    USA
    « La plus forte raison pour les gens de conserver le droit de porter des armes est, en ultime ressort, de se protéger eux-mêmes contre la tyrannie de leur propre gouvernement. » Thomas Jefferson.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Deuxi%C3%A8me_amendement_de_la_Constitution_des_%C3%89tats-Unis

    France :
    le gouvernement du front populaire socialo-stalinien français a interdit au peuple de détenir des armes en 1939 quelques mois avant le début de la guerre et de la défaite . . . c'est la raison majeure du retard de la constitution de réseau de partisans, centre et centre droit, alors que la résistance communiste après la rupture d'alliance Hitler/Stalin avait quand même gardé un grand nombre de ces joujoux, ce qui leur a permis d'être les leaders du maquis y compris à la libération et au-delà . . . encore aujourd'hui leur influence méphitique se fait sentir et l'appareil d'État reste sous leur domination (par le biais d'anti-fas [qui le sont eux mêmes en fait] cagoulés de noir)

    Pendant la guerre d’Algérie, l’armée française avait perquisitionné chez les français pour prendre toutes les armes, les laissant à la merci des arabes. On sait ce qu'il est arrivé, hélas !
    Alors oui, ça vaut le coup d’essayer de s’armer, mais je ne me fais pas d’illusion. :)

    et puis si ça n'a rien à voir avec le débat sur les armes, quoique ?
    - si nous ne pouvons être tous riches, soyons tous pauvres (slogan socialiste) !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…