Accéder au contenu principal

Quelques chiffres sur la dette grecque

Au dernier pointage officiel, le 31 mars 2015, le total de la dette publique grecque atteignait 312.7 milliards d’euros. Ne soyez pas surpris si vous voyez circuler des chiffres légèrement différents : ce total incluait près de 15 milliards de dettes à court terme (typiquement à 13 ou 26 semaines) ce qui fait qu’il varie régulièrement au rythme des remboursements et des nouvelles émissions [1]. Sans tenir compte de cette partie fluctuante et en omettant les 16.2 milliards de garanties émises par l’État grec [2], ça nous donne 297.8 milliards d’euros de dettes à plus ou moins long terme.

Après la restructuration de 2012 (107 milliards effacés), le stock d’obligations à long terme ne s’élève plus qu’à 66.5 milliards. On sait que l’Eurosystème (la BCE et les banques centrales nationales) détient 27 milliards de ce total [3] ce qui signifie donc que le reste du monde ne détient plus que 39.5 milliards d’obligations grecques — dont, vraisemblablement, une bonne partie pour les banques grecques qui les apporte en garantie de leurs emprunts auprès de la BCE.

Le reste, 231.2 milliards, ce sont des prêts que l’on peut répartir en quatre groupes : (i) le Fonds Européen de Stabilité Financière, d’abord, qui porte l’essentiel avec pas moins de 130.9 milliards d’euros, (ii) les prêts accordés directement par les États européens en 2010 pour 52.9 milliards, (iii) les prêts du FMI, en incluant celui qui n’a pas été remboursé le 30 juin, pour 21.2 milliards et, pour finir, (iv) la catégories tutti frutti, qui inclue notamment la Banque de Grèce, pour un total de 26.2 milliards.

Au total, donc, la Troïka — le Fond Monétaire International, la Banque Centrale Européenne et les États-membres de la zone euro — assure donc 74% du financement de l’État grec pour un total de 232 milliards d’euros et les États-membres de la zone euro détiennent à eux seuls 59% de la dette accumulée par Athènes ; voyons maintenant à quoi ressemblent les conditions réputées usuraires de ces prêts.

L’aide des États-membres de la zone euro s’est faite en deux temps. D’abord, en 2010, sous forme de prêts via la Greek Loan Facility pour un montant de 52.9 milliards. Afin de laisser au grecs le temps de remettre de l’ordre dans leurs finances publiques, aucun remboursement ne leur sera réclamé avant le 15 juin 2020 et l’échéancier s’étale jusqu’en 2041 ; par ailleurs, le taux d’intérêt pratiqué — qui est variable (Euribor 3 mois plus 50 points de base) — est loin d’être usuraire : en ce moment, ça fait moins de 0,5% par an.

Le deuxième plan de secours, a été mis en place en 2012 avec le Fonds Européen de Stabilité Financière qui, ayant prêté 130.9 milliards d’euros est de loin le premier créancier de l’État grec. Le principe en est fort simple : le FESF est une structure garantie par les États-membres de la zone euro (et donc, par nous) qui emprunte de l’argent sur les marchés puis, le prête à la Grèce. La Grèce est supposée rembourser le FESF à partir du 24 février 2023 et ce, jusqu’en 2054. En terme de taux d’intérêt c’est du prix coutant : le FESF prêt au taux auquel il s’est lui-même endetté plus 0.01% pour couvrir ses frais de fonctionnement.

Au total, donc, les États-membres de la zone euro prêtent pas moins de 183.8 milliards d'euros à la Grèce, acceptent d’étaler les remboursements entre 2020 et 2054 et réclament un taux d’intérêt moyen inférieur à 1%.

---
[1] Au 7 juillet 2015 et selon les calculs de votre serviteurs, on doit en être aux alentours de 314.8 milliards.
[2] Principalement pour des entreprises publiques.
[3] Dont les 3.5 milliards d’obligations à 3.7% qui arrivent à échéance le 20 juillet et les 3.2 milliards à 6.1% pour le 20 août.

Si vous ne l'avez jamais vu, le WSJ propose un récapitulatif assez bien fait.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…