Le mystérieux bilan de la Fed

Parmi les légendes urbaines qui font florès ces dernières années, il en est une qui voudrait que le bilan de la Federal Reserve [1] soit entouré d’un épais mystère et que personne, en dehors de quelques élus mis dans la confidence, ne saurait ce que la banque centrale des États-Unis détient à son actif. Comme annoncé ci-dessus, c’est un mythe ; on peut sans doute reprocher beaucoup de choses à la Fed mais certainement pas un manque de transparence.

Avec une simple connexion internet, je puis vous affirmer qu’au 24 juin 2015, l’actif total de la Fed atteignait 4 495.055 milliards de dollars. Il était composé essentiellement d’un portefeuille d’emprunts d’État étasuniens pour 2 460.911 milliards de dollars (54.7% du total) et, à hauteur de 1 746,393 milliards (38.9%), des fameuses Mortgage-backed securities [2] rachetées aux banques durant la crise. Ces chiffres sont mis à jour chaque semaine (le jeudi) sur la base des positions de la veille.

Si vous souhaitez avoir plus de détails et, notamment, savoir ce que valent vraiment ces titres sur le marché, rien n’est plus facile : il suffit de vous rendre sur le site de la Fed de New York où vous trouverez rien de moins que l’intégralité du portefeuille, ligne par ligne et avec les codes Cusip de chaque titre. Vous pouvez ainsi vérifier avec moi que parmi les emprunts d’État détenus par la Fed, on trouve une position de 7 158 553 000 dollars [3] sur la US T-Note 4-5/8 15 Fév. 2017 (Cusip : 912828GH7) qui, au prix du marché ce jour-là, aurait pu se revendre pour un peu plus de 7.753 milliards (avec le coupon couru).

Bref, on a absolument tout ou, du moins, tout ce qui est nécessaire pour évaluer très précisément ce que contient et ce que vaut vraiment le portefeuille de la Fed et ce, mis à jour chaque mercredi. En matière de transparence, c’est même tout à fait remarquable.

Alors évidemment, il se trouvera forcément quelqu’un pour imaginer que ces positions sont fictives et que le Board of Governors dont les sept membres, je le rappelle, sont nommés par le président des États-Unis et confirmés par le Sénat, s’amusent à mentir à tout le monde en inventant de toutes pièces ce portefeuille. Mauvaise pioche : il est audité. En 2014, c’est Deloitte & Touche qui s’y est collé. Vous pensez que l’auditeur n’est pas vraiment indépendant ? Pas de problème : le Government Accountability Office (GAO), l’agence qui audite pour le compte du Congrès [4], repasse régulièrement derrière.

Bref, non, oubliez ça.

---
[1] Il s’agit ici, bien sûr, du bilan consolidé de l’ensemble du Federal Reserve System ; c’est-à-dire des douze Federal Reserve Banks.
[2] Ce sont des titrisations d’emprunts hypothécaires (a.k.a. actifs toxiques) c’est-à-dire, pour faire simple, des crédits immobiliers transformés par les banques en obligations négociables sur les marchés.
[3] C’est un chiffre exact : la valeur nominale d’une T-Note américaine est toujours de 1 000 dollars.
[4] C’est important : le GAO est aux ordres du législateur et pas de l’exécutif.

2 commentaires:

  1. et est ce qu'il y a moyen de savoir si l'or physique que les banques centrales étrangères (buba par expl) ont déposé dans les coffres de la Fed de NY y figure toujours ? ou il aurait été prêté (le carry trade sur l'or des banques d’investissement qui empruntait l'or à la Fed contre une commission pour se financer à un taux très compétitif)

    RépondreSupprimer

La loi Pompidou-Giscard (encore)

« Un mensonge fera le tour du monde avant que la vérité ait eu le temps de mettre ses bottes. » — Charles Spurgeon « Le Trésor public ne p...