Accéder au contenu principal

Grand chelem !

Si vous faites partie de ceux qui jouent avec Gérard Filoche sur Tweeter (un peu comme un chat joue avec une balle de papier), sachez que Philippe Lacour nous a tous enterré. Là, vraiment, ça va être difficile à battre.

Ça a commencé par un tweet dans lequel l’inénarrable Gérard se plaint d’un long trajet en autobus entre Aurillac et Brives la Gaillarde.

Et là, coup de génie : Philippe Lacour tente le grand chelem, la face nord de l’Everest, le coup magistral dont vous ne rêviez même pas :

Bingo !

Philippe, tu es notre maître à tous !

Commentaires

  1. Robert Marchenoir13/06/2014 23:26

    Hahaha, grandiose... D'ailleurs je me demande comment Gérard Filoche peut oser prendre le car, cet outil de l'ultra-libéralisme débridé au service des actionnaires du CAC 40, alors que l'emprunt de "petites lignes" de la SNCF exploitées par des cheminots communistes devrait être de rigueur...

    RépondreSupprimer
  2. Superbe, en effet.
    Merci pour ce bon moment

    RépondreSupprimer
  3. c'est moche ce que vous faites là ...

    non mais franchement, frapper un homme à terre, hein.

    RépondreSupprimer
  4. Robert Marchenoir18/06/2014 21:54

    Megabus lance un Toulouse-Barcelone en car à 20 euros

    http://www.lefigaro.fr/societes/2014/06/18/20005-20140618ARTFIG00142-megabus-lance-un-toulouse-barcelone-en-car-a-20-euros.php

    «Nous prévoyons de devenir très vite rentables, précise la directrice commerciale de Stagecoach qui a lancé il y a deux ans un Paris-Boulogne-Bruxelles-Amsterdam et un Londres-Calais-Paris-Bruxelles. «Le Londres-Paris marche très bien», souligne Stéphanie Rivet.

    Le groupe anglais serait prêt à ouvrir d'autres destinations en France mais juge que la réglementation française sur le «cabotage» - c'est-à-dire des dessertes nationales sur des lignes internationales - est trop contraignante pour garantir sa rentabilité.

    Mais ça n'empêche pas les socialistes de droite et de gauche de se scandaliser parce que la SNCF fermerait des "petites lignes" non rentables. Comme chacun sait, l'objectif social suprême, c'est d'avoir des services publics qui ne soient PAS rentables ! Le profit, c'est le mal ! Les pertes, c'est la vertu !

    Marine le Pen s'indignant que le gouvernement tente d'économiser l'argent des Français :

    http://youtu.be/LvQERpvMft0

    "Cette libéralisation totale [du rail] aura des conséquences catastrophiques... suppression des lignes les moins rentables, essentiellement dans nos campagnes et autour des villes moyennes."

    Evidemment, il serait absolument catastrophique, pour les Français, de pouvoir aller où bon leur semble, de village en village, et de village en ville moyenne, dans des autocars confortables, voire luxueux, sûrs, rapides, bon marché, privés et... rentables !

    La mythologie communiste est la plus forte. La convoitise du vote des fonctionnaires aussi.

    RépondreSupprimer
  5. Vous pouvez vous intéresser à l'histoire des lignes d'autobus, toutes privées, qui irriguaient la France entre les deux guerres. Ce n'est pas un hasard si dans les films sepia on voit le héros débarquer au village du bus et non du train

    Elles ont été tuées par la SNCF après guerre.

    Le retour a des lignes de bus privées, c'est l'ordre des choses.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…