Accéder au contenu principal

Préférez la réalité à la chimère

Imaginez que demain, un gouvernement élu à la majorité des suffrages exprimés décrète que l’homosexualité est un crime passible de la peine capitale. Dès lors, les arrestations et les exécutions qui s’en suivront seront, à n’en pas douter, parfaitement légales et s’appuieront, par hypothèse, sur un processus législatif tout à fait démocratique. Question : pensez-vous que nous puissions raisonnablement supposer que les homosexuels consentent à leur sort au motif qu’ils sont réputés avoir signé notre fameux contrat social ?

Probablement pas.

Sans doute m’opposeriez-vous que ledit contrat social stipule qu’un individu ne peut être arrêté et encore moins tué au motif de ses préférences sexuelles. Fort bien, j’y souscris mais je vous demande alors de me produire une copie de ce fameux contrat afin que nous puissions vous et moi constater la non-conformité de la décision gouvernementale suscitée.

Chose dont vous êtes bien incapable.

Le fait est que ce fameux contrat social n’existe pas. C’est une amusante théorie qui n’entretient avec la réalité qu’un rapport lointain et incertain. Le seul document que vous pourriez éventuellement verser au dossier, le seul texte qui puisse, à condition de s’éloigner radicalement de la théorie rousseauiste, être assimilé à un contrat social, c’est notre Constitution.

Cessez donc de vous référer au contrat social, qui est une chimère, et privilégiez la réalité concrète, qui est la Constitution.

Commentaires

  1. Certes le prétendu "contrat social" n'existe pas. Et la Constitution est un règlement proposé par les rédacteurs de cette constitution. Elle ne lie aucunement les habitants à cette Constitution. Aucun habitant ne l'a approuvée.

    RépondreSupprimer
  2. "Qu’est-ce qu’une Nation ?" : "le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis." "l’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours."

    La nation, qui atteste ce contrat social, n'est pas une chimère. La chimère, c'est la main invisible du marché.

    L'homo oeconomicus, l'homme réduit à l'état de calculateur rationnel, préférant, perché dans un arbre, tel régime de banane à tel autre fruit, oeconomicus qui rabaisse la raison au calcul, toujours lui, est encore une chimère, bienheureusement.

    L'homme c'est l'âme dit Platon dans Alcibiabe, comme le dit la Bhagavad-Gita et les mythes sacrées de l'Inde, comme le dit le Christ, Marc Aurèle, Eckhart, Saint Augustin, Nicolas de Cues, Jean de La Croix, Simone Weil, et tant d'autres, à côtés desquels il ne paraît pas raisonnable d'inscrire ceux des tenants de l'école autrichienne d'économie, sur ce même sujet et sur tous les autres.

    Non, nous ne somme pas des chiffres, des numéros...

    Je demande qu'on me produise une photo de la main invisible.

    Préférez la Réalité à la chimère !

    RépondreSupprimer
  3. Errata :
    ...et tant d'autres noms, à côté desquels...

    RépondreSupprimer
  4. Si on part du principe selon lequel la loi est l'expression de la volonté générale, alors on peut décider d'y voir une manifestation possible de ce qu'on appelle en philosophie le "contrat social".

    Ce contrat ne serait donc pas totalement un mythe.

    Maintenant, il faut bien comprendre qu'il y a d'un côté la philosophie politique, avec le contrat social, et de l'autre, le droit avec la loi et - pourquoi pas? - la constitution.

    La loi est un phénomène objectif, qui n'est pas chimérique (même si la considération qu'on peut lui accorder n'est parfois pas à la hauteur de l'espérance).

    Mais, si vous voulez dire qu'une démocratie ne se résume pas au vote de la majorité, là oui, bien sûr, on ne peut qu'approuver. Effectivement, ce n'est pas parce qu'une majorité décide de voter une loi liberticide que c'est "légal" au sens où on l'entend en démocratie, puisque les lois sont soumises à des conditions de validité qui sont posées par des normes supérieures - qu'on trouve habituellement dans la constitution ou les traités.

    Il y a également des règles de forme (qu'on trouve dans les règlements intérieurs des assemblées).

    Et puis il y a des règles qui sont inhérentes aux fonctionnement du système juridique en question et qui sont diffuses dans le système sans qu'on puisse toujours précisément leur affecter un rang dans la hiérarchie des normes.

    Le principe de non rétroactivité de la loi, par exemple, est... légal. Mais il a une valeur supérieure à la loi.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…