Accéder au contenu principal

La lutte des classes dans mon salon

Lors d’un débat politique retransmit récemment sur la télévision d’État, l’un des protagonistes – Monsieur Mélenchon pour ne pas le nommer – nous a opportunément rappelé que la France est sans doute le dernier pays au monde où la « lutte des classes » est encore considérée comme une vision réaliste et crédible de la société. Le moment me semble donc bien choisi pour vous raconter l’histoire de Robert et Francis, deux enfants de la deuxième moitié du XXe siècle qui ont ceci de commun avec Johnny Halliday qu’ils sont nés en 1943.

Robert et les affres du lumpenprolétariat

C’est donc en 1943, à Paris, dans le quartier de la porte de Vanves que nait Robert. Fils d’ouvrier, le petit Robert perdra sa maman dès l’âge de 5 ans et c’est sa grande sœur, Ivonne, qui se chargera d’élever la fratrie. Son père, fou de chagrin, parviendra à nourrir ce qui reste de sa famille quelques années encore avant de rejoindre son épouse dans la tombe. L’enfance de Robert, c’est une misère que les jeunes de maintenant ne peuvent même pas imaginer. C’est l’enfance d’un gamin qui fait le chiffonnier pour pouvoir se payer une paire de chaussures, qui n’a pas de quoi s’offrir des sous-vêtements et qui n’a aucune certitude, quand il rentre chez lui le soir, de trouver un dîner sur la table.

Robert a donc grandi là, entre voyous et militants communistes. Mille fois, il a eu l’occasion de mal tourner mais, sans doute grâce à Ivonne, il restera finalement dans le droit chemin. Adolescent, il n’est pas bien grand mais c’est un garçon solide : il devient déménageur avant de se reconvertir dans le bâtiment. Il faut dire que durant les 30 glorieuses, du travail dans le bâtiment, ça ne manque pas. Robert commence comme apprenti puis, fort de quelques années d’expérience, s’installe à son compte finira même patron d’une petite entreprise de dix salariés.

Un été, Robert décide avec quelques amis de s’offrir les premières vacances de sa vie et jette son dévolu sur un village italien du Club Med. Bien lui en prit : il y rencontre Mireille. Coiffeuse, issue d’un milieu modeste comme lui, elle est aussi blonde qu’il est brun : c’est le coup de foudre suivi d’un mariage dont naîtront deux enfants. Entre temps, Robert se lasse des tracasseries administratives et fiscales que lui imposent sont rôle de patron et décide de devenir formateur ; Mireille, désormais jeune maman, abandonne la coiffure pour trouver un travail de bureau.

Francis et l’opulence de la bourgeoisie

C’est à Mâcon que Francis voit le jour. Fils d’un haut fonctionnaire d’origine bretonne et d’une infirmière issue de la meilleure bourgeoisie rochefortaise, il est le cadet de sa fratrie. Ses premiers souvenirs d’enfance datent de la période de l’immédiat après-guerre, lorsque son père, responsable de l’occupation militaire d’un länder allemand, avait reçu pour logement de fonction le château du prince local. Puis, ce fût une magnifique maison patricienne sur les rives du lac de Constance avant que l’État ne décide finalement que le père de Francis lui serait plus utile dans une carrière préfectorale.

Au grès des affectations paternelles, Francis et ses frères et sœurs, navigueront ainsi de sous-préfectures en préfectures, en France métropolitaine comme en Algérie et ne connaitrons, de toute leur enfance, que des demeures somptueuses scrupuleusement entretenues par un personnel de maison aux petits soins. Très tôt, Francis développe un goût certain pour l’aventure mais se montre en revanche plus circonspect dès lors qu’il est question d’étudier ; de fait, il n’aura jamais son baccalauréat. Peu importe : après un bref passage dans l’armée de terre, il trouve – grâce au réseau paternel – un bon poste dans l’administration à Marseille.

C’est un beau soir d’été, lors d’une soirée mondaine de la meilleure bourgeoisie marseillaise, qu’il rencontre Christelle. Issue d’une famille d’industriels du nord – industrie textile, cela va de soi – qui a fuit l’occasion nazi pendant la guerre, elle est jeune, belle comme un cœur et loin d’être insensible au charme de Francis. De leur mariage naîtront trois enfants qui connaitront l’enfance dorée et ensoleillée des gamins des beaux quartiers de la citée phocéenne.

Mon ennemie de classe

J’ai rencontré Marie à la toute fin des années 1990. Moi, le jeune provincial qui découvrait la capitale à l’occasion de son premier emploi et elle, ma fleur de banlieue, qui avait décroché son poste grâce aux excellentes relations que sa maman entretenait avec les ressources humaines. Nous étions jeunes, nous travaillions sur le même open space, nous étions l’un et l’autre célibataires… Quelques semaines plus tard, nous emménagions ensemble ; encore quelques mois et nous étions mariés.

Si je vous raconte cette histoire, c’est que, voyez vous, Marie est la fille de Robert et Mireille tandis que moi, je suis le fils ainé de Francis et Christelle. C'est-à-dire que chez nous, si j’en crois Monsieur Mélenchon et ses amis, la lutte des classes est un sujet particulièrement épineux puisqu’elle traverse notre salon (et notre lit conjugal).

En effet, si vous l’étudiez du point de vue de l’historicisme marxiste, notre petite famille est un champ de bataille homérique, le lieu de l’espace et du temps où le prolétariat, en la personne de mon épouse, tente de mettre fin à la domination de la classe bourgeoise et capitaliste que j’ai l’honneur de représenter. Je vous laisse imaginer le tableau : barricades sur le canapé, jets de pavés par-dessus la télévision et peloton de CRS en embuscade derrière le buffet…

L’appartenance de classe se transmet-elle ?

Mais là où la conception marxiste devient beaucoup plus difficile à se représenter, c’est avec nos enfants. Marie et moi en avons trois et je pose la question : nos enfants – issus de l’accouplement d’une prolétaire et d’un bourgeois – héritent-ils de la classe de leur mère, de celle de leur père ou d’un mélange des deux ? Notez que dans ce dernier cas, il y aurait donc une ou plusieurs classes intermédiaires dont il faudra préciser le rôle dans la lutte des classes. J’attends avec impatience les commentaires des docteurs de la foi marxiste sur ce point.

Par ailleurs, en cet an de grâce 2013, alors Marie et moi nous préparons à fêter le 70ème printemps de nos pères respectifs, j’observe que Francis et Robert partagent autre chose que leurs petits enfants : leur principal problème est désormais de trouver un moyen (légal) d’échapper à l’Impôt sur la fortune. En ce qui concerne mon papa, me direz-vous, c’est tout à fait conforme aux préceptes de la doctrine marxiste puisqu’il appartient à la classe dominante. En revanche, j’avoue être plus perplexe en ce qui concerne l’imposition de mon beau-père : est-ce à dire qu’il aurait, au cours de sa vie, changé de classe ? Le fait de s’enrichir par son travail serait-il un crime ?

Quoiqu’il en soit et très concrètement, il y a deux faits dont je peux témoigner devant vous. Le premier, c’est que ni Francis ni Robert ne croient ne serait-ce qu’une traitre seconde en cette fameuse lutte des classes. Le second, c’est que leurs petits-enfants ne sont pas le résultat de l’affrontement de deux classes antagonistes mais bel et bien le fruit de l’amour entre homme et une femme. Amis marxistes, je vous laisse méditer là-dessus.

Commentaires

  1. ...Les prolétaires ne sont jamais que des bourgeois qui n'ont pas réussi :) Ce qui rapprochera toujours les hommes c'est le respect profond des uns envers les autres et évidemment l'amour...On y revient toujours !!!

    RépondreSupprimer
  2. Ma mère me disait que dans le métro on lui avait craché sur ses chaussures...Je comprends la haine...elle est humaine...Mais j'ai tout de suite pensé à à Charlie Chaplin...A cette scène où une femme lui crache sur sa godasse, après l'avoir bousculé, suite au fait qu'il avait perdu l'équilibre... tangage, du à... je ne sais plus quoi....bref...Charlot sort son chiffon et se met à frotter sa godasse pour la faire briller...La femme énervée lui crache sur sa deuxième chaussure...et il recommence...il lustre sa deuxième chaussure...La femme excédée prend alors son parapluie et se met à le frapper...vient alors la marée chaussée...Le génie de Chaplin...traiter de l'absurde ! Pour une raison qui leur échappe, extérieure... les gens viennent à se taper dessus...

    RépondreSupprimer
  3. De la même manière, il faudra un jour qu'un marxiste m'explique comment fonctionne l'exploitation capitaliste quand le patron et le salarié sont une seule et même personne. Je l'ai demandé une fois, je n'ai eu aucune réponse.

    RépondreSupprimer
  4. Théo,
    J'ai même posé la question à Gérard Filoche... Silence radio :)

    RépondreSupprimer
  5. Quand la philo sera enseignée en classe de maternelle...Les enfants sont beaucoup plus logiques que les adultes...alors nous avancerons :)

    RépondreSupprimer
  6. On domine le monde par la peur...Alors surtout pas de logique, ni de reflexion personnelle...bref de cerveau bien construit...On préfère donner une masse d'infos dans tous les sens...évidemment nous sommes si bien informés...ou pas d'ailleurs !

    RépondreSupprimer
  7. L'absurde sert à nous faire bien rire... c'est déjà pas si mal!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…